Dien n’a pas interdit de sourire (28 décembre 2013). Calembours-bons, enfin pas toujours.

Du Marquis de Bièvre François-Georges Maréchal (1747-1789)

Le lendemain, son corps de garde fut mis dans une bière de Mars, pour être porté en terre cuite.

Tous les Religieux de son Abbaye accompagnerent le convoi dans l’ordre qui suit :

Le Pere Foreur commençoit la marche ; venoient ensuite le Pere Igord, le Pere Manant, le Pere Pignan, le Pere Sonnage, le Pere Fide, le Pere Uquier, le Pere Iode, le Pere Emptoire, le Pere Severant, le Pere Nicieux, le Pere Istile, et enfin le Pere Sécuteur ; Le Pere Clus suivoit de loin à cause de ses infirmités, de même que le Pere Pendiculaire, à cause de son grand âge. Lorsque le convoi fut arrivé, le Pere Mèsse commença le Service de porcelaine, le Pere Turbateur faisant l’Office de Grand-Maître des cérémonies, le Pere Soreille toucha de l’orgue, le Pure Pétuel joua du basson ; on chanta une Hymne de la composition du Pere Vers, et le Pure Oquet prononça l’Oraison funebre. Le soir on donna un grand repas où l’Abbé Daine et l’Abbé Gueule furent invités ; on les pria d’amener avec eux l’Abbé Casse et l’Abbé Cassine ; sans oublier l’Abbé Chamel, l’Abbé Rigoule, l’Abbé Trave, l’Abbé Quée, et même l’Abbé Toine. L’Abbé Tise et l’Abbé Vue, qui n’avoient point été priés, s’y trouvèrent cependant, de même que l’Abbé Nédiction et l’Abbé Nignité, et en général, tous les amis du défunt ; au dessert on chanta des couplets en son honneur. Ensuite il y eut un violon. L’Abbé Attitude dansa une Allemande avec une jeune Dame de Trictrac. Ainsi se termina cette auguste cérémonie, qui n’étoit qu’un hommage dû à la Mémoire de l’Abbé Quille.

Mais une gloire plus solide, plus vraie, plus rare, c’est l’avantage inoui qu’il a eu de voir à la fois dans son Abbaye quatorze Saints et trois Saintes ; sçavoir, Saint Ure, Sainte Onge et Sainte Axe ; Saint Doux, Saint Uron, Saint Foin, Saint Gerie, Saint Phonie, Saint Pathie, etc.

Voilà, Madame, en peu de mots ce qui fonde l’estime et la reconnoissance que la postérité aura pour l’Abbé Quille. Je joins encore à ceci les sentiments patriotiques et les réflexions utiles de ce grand homme. Vous y trouverez aussi une clef qui servira d’explication pour ceux qui ne l’ont pas assez connu. Puisse cet hommage m’assurer votre confiance et votre estime, avec laquelle je suis, MADAME LA COMTESSE, Votre très-humble et très obéissant serviteur DE BOIS-FLOTTÉ,

http://www.miscellanees.com/b/bievre03.htm

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article a été publié dans Société traditionnelle. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s