Louis XVII n’est pas mort au Temple (II) dixit Maximin, un des voyants de La Salette

LE SECRET AUTHENTIQUE DE MAXIMIN, Berger de la Salette

Le secret de Mélanie Calvat, soeur Marie de la Croix, a été publié. Chacun peut méditer ce document révélé par la Sainte Vierge, et que le libéralisme lui-même n’ose plus attaquer, une Commission de Cardinaux l’ayant déclaré irréprochable, quant à la substance. Il a trait surtout, on ne l’ignore pas, aux malheurs de la France et de la Papauté. Le secret de Maximin, au contraire, regarde le triomphe de l’Église et la restauration de la Monarchie française, ou bien de la félicité publique. Le message du berger de la Salette, gardé sévèrement par le Vatican, jusqu’à l’heure de la Providence, est demeuré inconnu de tous. Il n’y a eu, à cet endroit, que des inductions, des présomptions.

Ce qui suit est une page d’histoire. Nous en garantissons l’authenticité, en attendant qu’un avenir peu éloigné la justifie par la réalisation de ce qui y est indiqué.

Toute dénégation serait téméraire, nous la tenons d’avance, si elle se produit, comme nulle et non avenue. Les acteurs de ce que nous allons rapporter ne sont plus, mais il reste un dépositaire de cette grande confidence, dépositaire que son caractère saint et élevé met à l’abri de tout soupçon. C’est surtout, parce que les témoins immédiats du fait ci-après sont allés à Dieu, que la langue du narrateur s’est trouvée déliée et qu’elle a parlé pour la plus grande gloire du Seigneur et pour l’édification des prudents. Nous avons écrit sous sa dictée :

« Maximin, un certain nombre d’années avant sa mort, se rendit à Frohsdorf, pour remplir un message auprès du Comte de Chambord. Il y eut quelque hésitation à recevoir le jeune voyant, mais sur ses instances et sur le vu d’une lettre de recommandation d’un personnage connu au château, l’audience fut accordée. Le Comte de Chambord. avait voulu que M. X…, un des serviteurs du prince, alors de service, ne le quittât pas. Le berger est introduit. Il salue, mais aperçevant M. X…, il déclare ne pouvoir parler qu’au prince seul. Le familier du château s’éloignait, quand un geste impérieux d’Henry de France le retient. En même temps le royal exilé entraîne Maximin dans l’embrasure d’une fenêtre, lui disant de parler bas.

» M. X…, se promène de long en large, pendant l’entretien, qui dure 20 minutes. Dans cet intervalle, le Comte de Chambord paraissait livré aux plus vives émotions ; ses traits exprimaient tour à tour l’étonnement, la stupéfaction, l’inquiétude, l’effroi. L’ami de service suivait des yeux ces impressions successives, et se disait à lui même : je saurai tout, car ici, il n’y a rien de caché pour moi. Le prince avait écouté et fait seulement plusieurs questions. A la fin, il présenta un rouleau d’or à Maximin, qui le refusa poliment, disant tout haut : « Je suis venu remplir un message. J’ai accompli mon devoir, l’argent serait de trop. » Le prince voulut cependant que le berger acceptât ses frais de voyage, ce à quoi ce dernier ne résista pas. Il prit un seul repas au château.

 » Après l’entrevue, le Comte de Chambord, descendit au parc, où M. X… le suivit : mais le prince, surexcité, se promenait absorbé, les mains derrière le dos, et ne faisant attention à personne. Il laissait échapper des exclamations comme celles-ci : « Oh ! que c’est extraordinaire!.. Mais non, c’est impossible… Cela ne peut pas être… Cela ne se réalisera point… Quelle révélation !… »

Je déclare sur la foi du serment, que le confident d’Henri de France m’a dit un jour ce que je répète. Il ajouta à la fin : « Si certaines personnes, qui ont partagé les idées de Martin, en 1817, savaient ceci, ils diraient que Maximin avait reçu pour Henri V, la mission dont le laboureur de Gallardon fut chargé pour Louis XVIII. »

Peu de temps après cet évènement, Henri V, de son exil, fit ériger un riche autel de marbre dans la’ basilique de Notre-Dame de la Salette

P. DE VALAMONT.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5477194g/f1.textePage.r=zola.langFR

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, Uncategorized, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Louis XVII n’est pas mort au Temple (II) dixit Maximin, un des voyants de La Salette

  1. Ping : La Salette et la question Louis XVII (12) « CRIL17

  2. Chouandecoeur dit :

    Ce Monsieur X est le confident et secrétaire particulier du comte de Chambord. C’est M. le comte Henri de Vanssay.
    C’est à lui que le comte de Chambord a dit, après l’entrevue avec Maximin :
     » Maintenant, j’ai la « certitude que mon cousin Louis XVII existe. Je ne monterai donc pas sur le Trône de France. Mais Dieu veut que nous gardions le secret. C’est Lui Seul qui se réserve de rétablir la Royauté « .

    Encore une fois seule la prière (et un nombre déterminé de prières attendu par le Christ) peut faire remonter le roi sur le trône.
    Plus nous serons nombreux plus vite nous atteindrons ce nombre et plus cela ira vite.

    C’est une question de nombre UNIQUEMENT.
    Alors agissons dans le bon sens !

    Nous vous attendons à Pontmain !

    Chouandecoeur

  3. Irène Pincemaille dit :

    Oui, grand merci pour ce texte !
    Le Comte de Chambord avoua ce fait plus tard à plusieurs personnes : son ami le comte de Vansay, une dame dont je n’ai plus le nom sous la main (d’Osmond peut-être, mais je vérifierai) et qui en parla après la mort d’Henri, et surtout en présence du Cardinal Pie de sainte mémoire qui lui rendait visite pour l’inciter à rentrer en France afin d’ y prendre le pouvoir.
    Le Comte de Chambord ne voulut pas règner POUR CETTE RAISON (l’affaire du drapeau blanc ne fut qu’un prétexte !).
    Amitiés à tous.

  4. Ping : 4 février 1988. MESSAGE DU SACRE-COEUR DE PARME AU DR GASPARI POUR LA FRANCE | chartedefontevraultprovidentialisme

  5. -Louis XVII, figure Christique de la Révolution: tout le monde le dit mort, mais personne n’a retrouvé son corps (Princesse Amélie de Bourbon-Parme, LE SACRE DE LOUIS XVII, NRF – Gallimards, p.69) !

    Mais est-ce bien le coeur de Louis XVII qui a été inhumé, le 8 Juin 2004 dans la rypte de Saint-Denis, avec l’accord du Ministère de la culture et en présence de tous les membres officiels de l’Auguste Maison de Bourbon? Ne serait-ce pas plutôt celui du Dauphin Louis-Jospeh, frère aîné de Louis XVII, mort le 8 Juin 1789? Des personnalités comme le professeur Jean Tulard de l’Institut, ou l’historien Alain Decaux, ne l’excluent pas.

    En fait le manuscrit de Trieste démontre la probale survivance de Louis XVII au delà de la date boutoir que les révisionistes révolutionnaires nous donnent constamment: 15 Aout 1795. Le jeune Roi de France n’est pas mort au Temple. Et un enfant du même age, chargé de le substituer, a été martyrisé à sa place. Si l’enfant-Roi a bien été évadé de l’enfer du Temple, le mérite en incombe à l’Ordre Souverain de Malte, à tous les Princes de Sang de France -Même ceux qui pensaient qu’il n’étaient pas le fils de Louis XVI jusqu’à la révélation de Martin de Galardon!- les Rois d’Espagne, les Empereurs d’Autriche, les Aristocrates Français, ceux d’Ecosse, d’Irlande et ceux du Saint-Empire Germanique qui ont fait face à leur resposabilités et permi que l’Enfant-Roi fut mis à l’abrit à l’étranger. On ne peut que remercier leurs descendants actuels.

    Ou se trouve cette descendance?

    Il y a trois hypothèses:

    1. Naundorff était Louis XVII et les descendants de Naundorff sont les descendants de Louis XVII.

    2. Naundorff n’était pas Louis XVII: le futur Grand Monarque est le descendant Salique de Louis XVII mais on ignore complètement où se trouve cette descendance, qui est celle des Lys coupés.

    3. Le futur Grand Monarque ne descend de Louis XVII que par sa mère, petite-fille du petit-fil de l’Enfant-Roi, et membre de la branche coupée des Lys, et descend par son père de la Branche Aînée de Saint-Louis, qui est celle des Bourbons-Montpensier-de-Valois-et-de-La Croix, lignée oubliée mais Légitime, dont le Masque de Fer fut l’incarnation comme l’instrument Divin de la permanance de la Légitimité: on ignore totalement, là aussi, où se trouve cette double descendance.

    Un vrai Providentialiste ne se pose pas la question, les prophéties sont claires: quand tout semblera perdu, N.S. Jésus Christ chargera à Son heure -ET PAS AVANT!- Sa Très Sainte Mère de nous révéler Son Lieutenant tenu miraculseuement en réserve pour la régénération future de la France, Lieutenant qui mènerait en attendant une vie retirée et pénitante.

    Hervé J.VOLTO, CJA

  6. Ping : LES ROIS DE FRANCE ET LE SACRE COEUR | chartedefontevraultprovidentialisme

  7. Ping : Au 15 août 2017, vous avez placé en tête de vos consutations les 5cinq mises en ligne suivantes. | chartedefontevraultprovidentialisme

  8. Ping : Saturne, Cassini, Le Verrier, Neptune et ... Louis XVII ... - Cril17

  9. Ping : 17 novembre 2017. Ce blog a connu ce jour 737 consultations. | La Charte de Fontevrault

  10. Ping : LE SACRE COEUR ET LA MAISON ROYALE DE FRANCE. Hervé Volto. | La Charte de Fontevrault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s