Reynald Secher Éditions.Connaissez-vous vraiment ?

En 1986 et 1987, après le succès de ses deux premiers livres, Le génocide franco-français : La Vendée-Vengé, paru aux P.U.F. et La Chapelle Basse Mer, village vendéeen, paru chez Perrin, Reynald Secher s’apprête à refermer la parenthèse de sa vie d’auteur pour partir travailler aux U.S.A. lorsque des amis nantais, stupéfaits par l’impact national et international de ses deux livres, lui soufflent l’idée de les traduire sous forme de bandes dessinées et de documentaires historiques.

    C’est un tournant pour lui et le début d’une incroyable aventure.

    Après avoir contacté plus de trente dessinateurs, et non des moindres, le hasard lui fait rencontrer René Le Honzec : un an plus tard, c’est la parution de “Vendée”, puis quelques mois plus tard de “Chouannerie”, chez Fleurus. Le succès est tel que plusieurs revues et journaux, comme Famille chrétienne et Presse-Océan, les publient dans leurs colonnes.

    Fort de ce succès inattendu, en 1990, Reynald Secher propose aux éditions Fleurus de poursuivre l’aventure avec comme premier thème une Histoire de Bretagne. L’éditeur refuse. Reynald Secher décide alors de créer sa propre maison d’édition, dans un premier temps, en nom personnel, puis dans un second temps, en 1999, sous forme de S.A.R.L. Reynald Secher Editions.

    En 10 ans, il réussit la prouesse de faire paraître les 10 tomes de l’Histoire de Bretagne. Cette oeuvre unique a été saluée en raison de sa qualité d’où son succès populaire et sa parution intégrale entre 2000-2001 au sein du journal Ouest-France.

    À partir de 2000, la maison d’édition sort du domaine local et régional pour s’attaquer à des thèmes nationaux comme l’Histoire de France, des biographies comme celles d’Henri IV, Charlemagne, sainte Geneviève, ou événementiel comme Verdun.

     Vente en ligne / Conférences

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites mémoriels, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Reynald Secher Éditions.Connaissez-vous vraiment ?

  1. Georges dit :

    Merci! Ca peut servir. On ne sait jamais.

    Après deux nouvelles tentatives d’édition (je dispose de nombreux inédits) ces deux dernières semaines, dont l’une pourtant apparemment bien disposée pour la cause, après des dizaines d’années de silence des maisons d’Edition à propos de ma manière de voir la question Louis XVII, on peut vraiment parler de TABOU! Mes écrits sont-ils vraiment si indignes? Quand ceux de Philippe Delorme seraient parés de tous les honneurs de l’Université. La science ne paie pas son homme, ça aussi, on le sait depuis longtemps. Le tapage est plus récompensé. C’est l’époque… et il serait temps qu’elle s’achève si on ne veut pas être englouti par la vaste vague de contre-nature qui sévit, maintenant, depuis trop longtemps!

    Il fut un temps où je pensais être importun en osant imaginer que la république était à la politique ce que l’homosexualité est à la sexualité, on confondait déjà tout… maintenant, depuis, avec le mariage pour tous, je suis complètement dépassé, en dessous de la réalité…Je dois encore être coupable… Pour beaucoup, par ignorance due à l’abrutissement collectif, il n’y a pas de dignité royale, il ne peut pas y en avoir! Faudrait être réaliste! Tout est égal, tout est indistinct. L’intelligence, comme on dit, en a pris un sacré vieux coup! On aime aussi, on apprécie aussi, de plus en plus mal. Les temps sont à la confusion. Et la culture française ne serait plus qu’à passer à la moulinette d’une mondialisation aussi agressive que mal comprise dans sa réalité vécue, étant donnés les échanges réels entre de nombreux pays. On reviendrait en arrière, ce serait comme si on voulait retourner à l’âge des cavernes; régression… La crise actuelle serait d’abord une crise d’amour et du goût. Savoir ce que l’on aime serait du dernier ringard; il faut d’abord aimer ce qui est davantage susceptible de ne pas être aimé, le mauvais goût au pinacle. Les connaissances ne peuvent qu’en sortir abîmées et méprisées et le fameux progrès après lequel on ne cesserait de courir de plus en plus repoussé!

    La Royauté est sans doute la seule à pouvoir recentrer les Français sur leur vie vécue et non pas seulement selon des idéologies plus ou moins sectaires…. Ou alors il faut laisser la destinée de la France entre les mains d’un Hollande, d’un Sarkozy ou de quiconque peut tirer son épingle du jeu de campagnes électorales si éloignées du fond culturel français qui ne demande qu’à être défait de son « noeud gordien » qui passe fondamentalement par la révolution française et la légitime succession royale ainsi que l’a bien pressenti et démontré Jean-Pascal Romain dans son « LOUIS XVII Roi de Thermidor » (Editions François-Xavier de Guibert, Paris (1995)) et comme se plaît à le rappeler souvent Charles, administrateur de la coque Cril17 de notre trimaran en parlant de principe de Saint fiacre et Le Verrier….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s