Allégorie de de la pagaille régnant lors de la révolution dite française (1789). Lorsque chacun des enfants voulait être Colonel

Chacun son tour

gavroche / mars 19, 2015

Il était impossible que la révolution de 1789 ne fit une impression vive sur les enfants: aussi les vit-on s’attrouper dans toutes les rues avec des tambours, des sabres de bois très aigus, des piques armées de lances de fer-blanc.

L’assemblée des représentants se vit forcée de leur défendre ces jeux militaires; ils avaient causé des accidents; tous voulaient être officiers et se disputaient les grades

les armes à la main. On en sépara deux qui se battaient à outrance, et dont le sang coulait déjà: on leur demande le sujet de la querelle:

« Parbleu ! dit l’un, il y a plus d’une heure que c’est mon tour d’être colonel. »

Hilaire Le Gai, Paris, 1851.

http://gavroche60.com/2015/03/19/chacun-son-tour/

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s