19 Novembre 2016. Lettre de mon laboratoire d’Analyses.

     Tout  va  bien, enfin je le présume . Mais , ce matin pendant  que, assis  dans la minuscule salle d’attente de mon laboratoire d’analyse, j’attendais mon tour  pour me faire faire ma prise de sang annuel et  que les infirmières appelaient ceux  dont  le tour était  venu; de sinistres images  sont  venus me hanter.

    Des souvenirs (?) dramatiques  sont  venus se superposer à mon quotidien . L’échafaud révolutionnaire  attendait sa fournée  quotidienne de  victimes. A l’appel de leur nom , hommes et femmes  étaient  basculés  sous  le  couperet avide de trancher  ces chairs palpitantes et  quand  il se relevait un moment  , ce n’était  que  pour tomber “de plus  belle”.

    A sept heures du soir seulement les charrettes vinrent se dresser au pied de l’échafaud dressé sur la place du Trône. Les victimes furent descendues et se rangèrent devant les bancs de bois, établis en vue des fournées nombreuses, autour de la guillotine. Qui pourra jamais décrire l’horreur de l’attente….les pleurs, les adieux mutuels, “les appels de l’un à l’autre à crever le cœur” ?…….déjà Cécile Renault montait les marches: on la vit se tenir debout un instant, puis, elle bascula tout à coup sur la planche, le couteau tomba…Mme de Sainte Amaranthe, affolée d’horreur, suppliant qu’on la fît mourir avant ses enfants…..maintenant Emilie apparaissait sur la plate-forme. Quand le bourreau lui arracha le voile rouge qui couvrait ses épaules, elle apparut si imposante dans sa beauté de marbre que les lécheurs de guillotine, payés pour applaudir, restèrent la bouche ouverte et les mains suspendues, muets d’admiration. Brutalement, les aides la poussèrent sur la machine déjà inondée de sang…peu à peu le tas de cadavres tronqués s’augmentait, le sang ruisselait des planches….cela durait vingt huit minutes.

http://maria-antonia.justgoo.com/forum

    L’infirmière en avait maintenant  fini avec mon épouse et ce  fut mon nom qui résonna.  A l’heureuse époque où les  valeurs républicaines de liberté, égalité, fraternité pataugeaient  dans le  sang il restait encore aux  auxiliaires  des basses-oeuvres de la république à dénuder les corps tronqués  et  à les  empiler, les têtes tranchées étant mise  ici où là,  sans aucun respect , ni pour l’âge , ni  pour le sexe , ni pour les voeux sacrés  que  certains de ces martyrs avaient  pu prononcés         

*   *   *

   C’était il y a 223 ans, autant  dire hier , et  si tout  continue  comme cela, ce sera  aussi demain puisqu’il ne se trouve personne  parmi le personnel républicain  pour  crier  aujourd’hui que le sinistre  trio des valeurs “ liberté, égalité, fraternité” ne pouvait se concevoir que suivi de l’horrible invocation ” ou la mort”. Un détail supplémentaire pourtant avant  de  vous quitter.

              Le texte  exact de l ‘invocation dont je  viens de vous parler est : liberté, égalité, fraternité ET la mort.

Alain TEXIER, CJA, Président  fondateur de la Charte de Fontevrault.

About alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
This entry was posted in Limites de la république and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to 19 Novembre 2016. Lettre de mon laboratoire d’Analyses.

  1. Pingback: 19 Novembre 2016. Lettre de mon laboratoire d’Analyses. — chartedefontevraultprovidentialisme | MONSITE

  2. Liberté… surveillée, Egalité ? pour ainsi dire, Fraternité ? uniquement au sein de la caste.

    Français, n’êtes vous pas fatigués d’être pris pour des cons-tribuables ?

  3. Après les désastres du Mans et de Savenay, Joseph Texier, ancêtre de notre ami Alain Texier (CJA, Président Fondateur de la Charte de Fontevrault, Président Honoraire -Président 1988-1991- et membre du Chapitre Général), est encerclé par douze bleus après un combat acharné et, alors que ceux-ci lui abjurent de renier sa Foi et son Roi, il refuse de se rendre et s’écrit:

    -Rendez-moi mon Dieu! ! !

    Il est alors impotoyablement passé à la baillonette et son corps est écorché (Souvenir Vendéen, Bulletin N°6, pp. 9 à 12: Les paroles célèbres de la Vendée Militaire; Guy Coutant de Saisseval, Un officier vendéen : Joseph Texier et les siens, Fontenay-le-Comte, Imprimerie de Lussaud frères, Extrait de la Revue du Bas-Poitou (1947), [1948].).

    • alaintexier says:

      On ne prête qu’aux riches , MAIS JOSEPH TEXIER N’EST ABSOLUMENT PAS MON ANCÊTRE. D’ailleurs s’il l’avait été, ma conversion au royalisme providentialisme aurait sans doute eu moins de valeur. Donc merci de ne pas répondre de faux bruits à mon encontre.

  4. Pingback: chartedefontevraultprovidentialisme

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s