Législatives 2017. Les élus du peuple à la soupe.

Publicités

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Image | Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Législatives 2017. Les élus du peuple à la soupe.

  1. Il y en a une qui, curieusement, ne pourra être accusée d’aller à la soupe. A la surprise générale, elle a ême refusé d’y aller !

    La décision surprise de Marion Maréchal-Le Pen de mettre entre parenthèses sa carrière politique est un coup de tonerre qui trouble élus et militants du Vaucluse, qui craignent de perdre des électeurs aux législatives. Elle élimine le risque à court terme d’une fronde contre Marine Le Pen, mais laisse planer la perspective d’un retour, peut-être à la fin du Quinquénat d’Emmanuel Macron.

    Dans l’attente, Jean-Mari Le Pen ne cache pas son désapoint. Bruno Goldnish ses regrets. Ni certains militants leur surprise, comme cette femme qui s’est donné tant de mal pour coller et tracter durant la Présidentielle. Beaucoups pensent sêtre donné du mal pour des prunes.

    Une affaire personnelle ? Assurément. Marion Maréchal-Le Pen, qui ne briguera pas un nouveau mandat de députée du Vaucluse et va démissionner du conseil régional de Paca, en avait « ras le bol », selon un cadre du FN. À 27 ans et après cinq ans d’une expérience politique brillante vers laquelle l’avait poussée son grand-père Jean-Marie Le Pen, la jeune députée veut se construire une carrière professionnelle dans le monde de l’entreprise. Elle veut aussi s’occuper de sa fille d’à peine 2 ans, qu’elle élève seule depuis son divorce, son ex-mari ne l’aidant plus.

    Ces derniers mois, elle avait du mal à supporter l’ambiance du milieu politique, y compris à l’intérieur du FN. Et si elle a effectué, en bon petit soldat, une quinzaine de meetings de soutien à sa tante, assistant aussi sagement à la plupart des conseils stratégiques de campagne, elle n’en pensait pas moins, prise qu’elle était d’une certaine lassitude face au pouvoir sans partage d’un Florient Phillipot omnipotant.

    Sur la ligne politique, d’abord : en meeting à Saint-Jean-le-Blanc, le 28 mars, Marion Maréchal-Le Pen avait habilement laissé le secrétaire départemental évoquer la sortie de l’euro, ce qui lui permettait de ne pas en dire un seul mot dans son discours, se concentrant sur l’identité, les Valeurs, la culture Chrétiennes de la France éternelle. Ce pour quoi la frange la plus à droite du parti et les Cathos Tradis comme les Royalistes -qui sont souvent les mêmes- l’aiment et la célèbrent comme une icône.

    Sur les relations familiales, ensuite : c’est peu dire qu’elle n’a pas apprécié les propos de Marine Le Pen à Femme actuelle, la jugeant « raide » et surtout « inexpérimentée » alors qu’elle vient de batailler pendant cinq années à l’Assemblée nationale. Marine le Pen porte-t-elle une part de eresponsabilité dans le départ de sa nièce ? Marion Maréchal-Le Pen n’a jamais caché que le « ni droite ni gauche » ne lui convenait pas, persuadée que c’est en regardant vers la droite que le Front national pourra conquérir le pouvoir, cette Droite historique, Monarchique et Catholique traditionaliste, qui va de Joseph de Maîstre à Charles Maurras, et qui est la notre…

    Elle représentait un avenir d’espoir pour les militants et les électeurs du Front National. Comme pour un tas de vrais Français, Catholiques, Royalistes, patriotes…

    Et les mondialistes -Le Président acron en tête- de se frotter les mains.

    Mais LES FOUS DU ROI savent quand à eux que le Phantôme du Louvre est assis dans la pénombre sur un siège à accoudoirs, regardant sur son son écran les évênements avec le mênme détachement que s’il regarderait un match de foot, fumant un bon havanne dont la fumée s’accumule au plafond, déborde par la fenêtre ouverte pour s’ajouter aux nuages menaçant qui s’ammoncellent dans gereusement…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s