Le  » sacre » républicain d’ Emmanuel Macron: un premier pas vers le retour du Roi ?

Par Jean-Philippe CHAUVIN

1345578492.2.jpgAinsi, la République s’est donnée un nouveau président en un dimanche qui, s’il fût d’abord d’élection, fût aussi d’abstention : M. Emmanuel Macron a rassemblé autour de son nom à la fois ceux qui souhaitaient un nouvel élan et ceux qui tremblaient devant un nom qui continue de courir depuis les débuts de la Cinquième République en une dynastie républicaine d’opposition ; ceux qui espéraient et ceux qui craignaient ; ceux qui y croyaient et ceux qui n’y croyaient pas… Élu, l’ancien candidat est reconnu président, même s’il reste encore officiellement [au 8.05] une semaine de présidence Hollande : déjà, il endosse la posture présidentielle avant que d’en arborer les insignes. 

Et pourtant, dans cette soirée de dimanche fraîche en température et aux places urbaines désertées, hormis les environs du Louvre, la République a semblé prendre les atours de l’ancienne Monarchie, au moins pour quelques minutes… Comme le retour étrange des fantômes d’un palais qui fût celui des rois avant de devenir le musée de la nation. Ce soir-là, ce n’était plus la Bastille détruite ni la République triomphante de Léopold Morice qui accueillaient le nouvel élu, mais la colonnade de Claude Perrault et les échos des Tuileries, comme une sorte d’hommage à ce qui avait permis à la France d’être et de paraître, à ces rois qui, selon la formule célèbre, « ont fait la France » avant que la République ne s’y installe. L’avancée solitaire au rythme de l’hymne européen (mais qui, pour beaucoup, est d’abord une musique classique de « majesté »…) dans une sorte de lumière irréelle et avec une solennelle lenteur, pouvait rappeler la cérémonie d’un sacre sous les voûtes de la cathédrale de Reims et cette même symbolique d’un homme entrant dans l’histoire par la porte du Pouvoir. Les journalistes les plus avisés ne s’y sont pas trompés, évoquant l’aspect « monarchique, royal, voire royaliste » de cette étrange entrée en présidence, avant même la cérémonie de passation des pouvoirs du 14 suivant ! Un de mes correspondants du soir résumait tout cela en une formule lapidaire : « l’hommage du vice à la vertu »… 

louvre.jpg

Mais il nous faut avouer un sentiment étrange : M. Macron fait effectivement appel à ce qui fait vibrer notre fibre monarchique, et certains royalistes n’y sont pas indifférents, comme le prouvent quelques uns des noms qui l’accompagnent, dont celui de Stéphane Bern qui incarne, pour nombre de nos concitoyens, cet amour de la France et de son histoire, plus royal que républicain. Et ce n’est pas la première fois qu’il rappelle aux Français leurs racines nationales et royales, de son discours d’hommage à Jeanne d’Arc à Orléans à sa visite au Puy-du-Fou aux côtés de Philippe de Villiers. Sans oublier non plus cet entretien de juillet 2015, publié dans Le 1, dans lequel il souligne l’incomplétude de la démocratie et toute l’importance de l’incarnation royale, de « la figure du Roi » qui manque à la France : « La démocratie comporte toujours une forme d’incomplétude, car elle ne se suffit pas à elle-même. Il y a dans le processus démocratique et dans son fonctionnement un absent. Dans la politique française, cet absent est la figure du Roi, dont je pense fondamentalement que le peuple français n’a pas voulu la mort. La Terreur a creusé un vide émotionnel, imaginaire, collectif : le Roi n’est plus là ! On a essayé ensuite de réinvestir ce vide, d’y placer d’autres figures : ce sont les moments napoléonien et gaulliste, notamment. Le reste du temps, la démocratie française ne remplit pas l’espace. On le voit bien avec l’interrogation permanente sur la figure présidentielle, qui vaut depuis le départ du général de Gaulle. Après lui, la normalisation de la figure présidentielle a réinstallé un siège vide au cœur de la vie politique. » Ce passage de l’entretien fait désormais partie de ces morceaux de papier que l’on range dans le portefeuille pour le ressortir à l’occasion, comme une sorte de talisman intellectuel… ou de rappel utile !

leprince-et-emmanuel-macron.png

Mais M. Macron n’est pas le Roi, nous le savons et nous le redisons, et, si je lui reconnais cette volonté de renouer avec une part monarchique de l’héritage français, ses liens forts avec l’oligarchie financière et son européisme revendiqué ne peuvent qu’inquiéter ceux qui pensent le social sans négliger les devoirs de l’économique : l’élu présidentiel saura-t-il sortir de sa posture de candidat des élites pour devenir ce Chef de l’État qui se doit d’être celui de tous, y compris des plus faibles, pour rendre au Politique ses lettres de noblesse sociale ? Laissons le temps à l’avenir de trancher avant que cela soit celui de l’histoire ! 

Et si, au bout du compte et au fond de l’impasse de la République, c’était « la figure du Roi » qui, justement, sortait de ce nouveau règne élyséen, comme un « complément » ou, mieux, comme la seule et juste alternative politique et institutionnelle ? Il n’est pas interdit de le croire, ni impossible de le préparer : après tout, le rôle des royalistes n’est pas de suivre les fourgons de la République mais de monter dans les locomotives de l’histoire... 

Photo ci-dessus : Le Prince Jean de France et Emmanuel Macron se sont rencontrés à l’inauguration du Musée de Thiron-Gardais. 

Le blog de Jean-Philippe CHAUVIN

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2017/05/25/emmanuel-macron-et-la-monarchie-ambiguite-ou-complicite-5947726.html

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Action Orléaniste, Limites de la république, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le  » sacre » républicain d’ Emmanuel Macron: un premier pas vers le retour du Roi ?

  1. xavier dit :

    Monter dans la locomotive de l’histoire en faisant table rase des principes de 1789 et en ayant aucun franc-maçon dans les wagons… C’est à dire que le vrai roi à venir doit interdire la secte maçonnique et éjecter du royaume toute personne s’avisant de créer des loges (le bannissement). Dans le cas contraire, ce serait un roi fantoche, un roi en  »plastique ».

  2. Bien des royalistes ont cru en un avenir radieux lorsque le maréchal de Mac Mahon fut élu président de la République ! Quelle ne fut pas leur déception en 1875. Déception que nous payons encore et ne cesserons pas de payer avant longtemps, surtout avec des analyses telles que celle de Jean-Philippe Chauvin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s