Les attentats causés par les Islamistes. Les nommer ou pas.

Charlotte d’Ornellas

Le jour où il a fallu défendre l’immigration de masse, beaucoup de journaux n’ont pas hésité à publier la photo du corps du petit Aylan échoué sur une plage, bien loin de nos côtes et de la responsabilité des Français.

Le jour où il a fallu nourrir la détestation du gouvernement syrien, certains n’ont pas hésité à publier des photos de corps des « enfants d’Assad » ou des victimes de « ses prisons », bien loin de nos rues et de la responsabilité des Français.

Quand Anders Behring Breivik a ouvert le feu, tout a été dit de lui et de son idéologie, sans que personne ne craigne un amalgame stigmatisant pour quiconque.

Quand les Etats-Unis s’enflamment pêle-mêle sur le suprémacisme et la Confédération, au diable les distinctions historiques et particulières, une idéologie est pointée et dénoncée.

[…]

Mais lorsque des attentats se répètent inlassablement, endeuillant des familles entières, perpétrés par des djihadistes qui rappellent sans cesse leur motivation, leur appartenance à l’islam, leur soumission à Allah, leur haine de l’Europe, leur volonté de poursuivre leur lutte sanglante dans nos rues, sous le regard démissionnaire des hommes politiques élus par les Français, les Espagnols ou les Belges… il faut cacher l’atroce réalité, taire les motivations, bannir le moindre lien de cause à effet, censurer des mots, refuser d’évoquer l’islam que confessent nos assassins, d’interroger la politique d’immigration…

Nous savons que les hommes sont libres, et que le dessin des contours d’une menace ne condamne pas ceux qui font le Bien et refusent le Mal, eussent-ils le même profil apparent.
Nous savons aussi que pointer une idéologie, lui demander des comptes ou refuser qu’elle occupe une place qu’on lui refuse n’a jamais été la condamnation particulière de personnes.

Pourtant, dans n’importe quelle guerre, la désignation de l’ennemi n’a pas toujours été suffisante mais systématiquement nécessaire.

Il est difficile de savoir que faire, concrètement.
Il est normal d’allumer des bougies, de pleurer, de prier, de s’identifier, et de hurler sa rage… Mais il est absolument nécessaire aussi d’éradiquer la menace, c’est le rôle même de ceux qui nous gouvernent et qui sont en charge – conscients ou non – de notre Bien Commun, qui est d’abord celui de la vie.

Éradiquer la menace islamiste donc, et comprendre – pour le long terme – les nombreuses causes qui l’ont engendrée.
Les interminables discussions sur les politiques de la ville et le taux de chômage des banlieues ne sont pas à la hauteur et tout le monde le sait, ou le sent.

Il est question de vie et de mort, et la répétition de ces horreurs n’est pas un hasard. Il faut accepter d’aller plus loin et aborder ces sujets interdits puisque le reste est un échec.
– Une immigration massive et donc impossible à digérer. Parce que l’accueil nécessite du temps, de l’amour et de l’attention,
Une politique internationale menée en dépit du bon sens, de nos intérêts et de la réalité du terrain,
La soumission systématique à des revendications politiques islamiques toujours plus nombreuses et conquérantes,
Une culture de l’excuse qui n’a cessé d’alimenter une impunité croissante et toujours plus violente,
Une détestation de soi qui a rendu haïssable notre propre pays, son Histoire et son Identité,
Un individualisme célébré qui a inévitablement poussé des jeunes déracinés dans les bras d’une nouvelle famille,
Un vide spirituel qui a asséché les âmes et défait les intelligences, précipitant certains sur la première offre de verticalité venue,
Une perte de repères noyés dans un relativisme angoissant qui a laissé le champ libre à n’importe quel autre tuteur…

Bref. Tout le monde veut éradiquer la menace et résister. Bien malin qui pourra m’expliquer comment l’éradiquer sans la voir, la reconnaître et la nommer… et comment résister sans savoir sur quoi s’appuyer.

… Que les âmes de toutes les victimes de ces fous d’Allah assoiffés de mort reposent en paix.

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Limites de la république, Une société royale nouvelle, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les attentats causés par les Islamistes. Les nommer ou pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s