Charles Barbanes. Louis XVII, le retour, sera à Chiré aux journées Chouanes (2, 3 septembre 2017)

Nous avons la joie intellectuelle de vous informer de la publication, la semaine prochaine, de la réédition enrichie de notre livre « Louis XVII Autopsie d’une fausse vérité «   et du mémoire inédit «  Affaire Louis XVII Autour de deux impostures » que nous présenterons lors des prochaines journées chouannes de Chire en Montreuil. 

Louis XII Autopsie d’une fausse vérité ( 22 aout 2017 ) 

Dix-sept ans après la publication des résultats des analyses de l’ADN mt d’un prétendu coeur de Louis XVII, inhumé le 8 juin 2004 dans la Basilique Royale de Saint-Denis, les fouilles réalisées en 2004/2005, dans le cimetière Sainte-Marguerite, par l’INRAP (Institut National des Recherches Archéologiques et Préventives), vont-elles provoquer la remise en question de la solution de l’énigme Louis XVII communément admise aujourd’hui ?

Construit sur l’ensemble des travaux de la Commission du Vieux Paris, et à la lumière d’une interprétation inédite d’une découverte de M. Jean-Pierre Babelon, publiée en 1979/1980, ce livre propose la solution de l’énigme du cimetière Sainte-Marguerite, grâce aux archives que M. Christian Crépin a mises à la disposition de l’auteur. Ce n’est pas Louis XVII qui est mort au Temple le 8 juin 1795, ni auparavant, selon une thèse validée par l’Académie Française, mais un jeune adulte de 18 ans environ, qui y a été inhumé sous le nom de Louis Charles Capet.

Si la connaissance de la vérité historique sur le destin de Louis XVII intéresse le destin de la France, l’Université pourra-t-elle ignorer encore longtemps toute recherche pertinente sur la plus fascinante énigme de son Histoire ? Après les dernières communications scientifiques du Professeur Gérard Lucotte, c’est désormais la question posée par cette réédition très enrichie de la première édition de 2015, restée sans réfutation connue.

Affaire Louis XVII Autour de deux impostures
Qui était Karl-Wilhelm Naundorf  ? par Renée Lescaroux

A partir de documents totalement inconnus en France, Renée Lescaroux développe la thèse selon laquelle l’Affaire Naundorf a été l’oeuvre d’une société secrète, dont le but était au début de se venger de la France, à cause de la guerre perdue contre Napoléon et de l’occupation de la Prusse ….
======
Autour du coeur dit de Louis XVII .. 17 ans après …  
L’auteur apporte la preuve qu’il est impossible que le coeur, inhumé à Saint-Denis depuis le 8 juin 2004, soit celui de Louis XVII.
Comme dirait Hélène Becquet, le  » mystère Louis XVII  » reste entier.
Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites survivantistes, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Charles Barbanes. Louis XVII, le retour, sera à Chiré aux journées Chouanes (2, 3 septembre 2017)

  1. Le Comte de Chambord lui-même, qui ne voyait de destin Français que dans le cadre de la Chrétienté, ne concevait de Mission Française que la fidélité de la France à son Baptême et ne désirait de salut national que dans l’esprit de justice, décida à l’époque de renoncer au Trône -au grand dam de ses contemporains!- après la révélation de Maximin Giraud, le Berger de La Salette, de la Survivance de Louis XVII et de la vraie descendance Royale, et la querelle du Drapeau Blanc ne fut qu’une excuse.

    Ou se trouve cette descendance?

    Il y existe trois hypothèses :

    1. Naundorff était Louis XVII et les descendants actuels de Naundorff sont les descendants de Louis XVII. C’est l’hypothèse des NANDORFFISTES.

    2. Naundorff n’était pas Louis XVII, mais le fils adultérin du dernier Prince de Condé (et donc demi-frère de l’infortuné Duc d’Enghien), dont la cuisinière hollandaise se nommait Emma Naundorff et l’affaire naundorff n’uarait que l’oeuvre d’une société secrète ayant pour but de protestantiser la France : le futur Grand Monarque est le descendant Salique de Louis XVII mais on ignore complètement où se trouve cette descendance, qui est celle des Lys coupés. C’est l’hypothèse des SURVIVANTISTES.

    3. Le futur Grand Monarque ne descend de Louis XVII que par sa mère, petite-fille du petit-fil de l’Enfant-Roi, et membre de la branche coupée des Lys, et descend par son père de la Branche Aînée de Saint-Louis, qui est celle des Bourbons-Montpensier-de-Valois-et-de-La Croix, lignée oubliée mais Légitime, dont le Masque de Fer fut l’incarnation comme l’instrument Divin du témoignage de la permanance de la Légitimité : on ignore totalement, là aussi, où se trouve cette double descendance, dont on ne connaitrait que le nom: SAR HENRI-Louis de Bourbon-Montpensier de Sainte-Croix de Valois de DE LA CROIX, Duc de Bretagne. De nombreuses prophéties nous annoncent un Grand Monarque issu de la branche Aïnée de Saint-Louis comme de la branche coupée des Lys. C’est l’hypothèse des PROVIDENTIALISTES.

    Les hypothèses N° 1 et 2 se confondent dans la certitude d’une Survivance de Louis XVII.
    Les hypothèses N° 2 et 3 s’en remettent humblement à Dieu pour ce qui est du choix du Roi à venir.

    L’identité du Roi caché Henri V de La Croix, jusqu’au jour où il sera restauré sur le Trône de ses ancêtres pour régénérer la France à l’heure de Dieu, est un mystère et devra le reter.

    Si l’enfant-Roi a bien été évadé, le mérite en incombe à l’Ordre Souverain de Malte, à tous les Princes de Sang de France -Même ceux qui pensaient qu’il n’étaient pas le fils de Louis XVI mais celui de Fersen, ce jusqu’à la révélation de Martin de Galardon!- les Rois d’Espagne, les Empereurs d’Autriche, les Aristocrates Français, ceux d’Ecosse, d’Irlande et ceux du Saint-Empire Germanique qui ont fait face à leur resposabilités et permis que l’Enfant-Roi fut mis à l’abrit à l’étranger. On ne peut que remercier leurs descendants actuels.

    Pour ceux qui ne croiraient pas en les prophéties du Grand Monarque, Claude Mouthon-Raimbault l’a dit dans son livre Le coeur de Louis XVII (Editions de Chiré) : le doute sur la mort de Louis XVII ne saurait l’emporter sur l’espérence d’une VRAIE Restauration, dont l’Enfant-Roi -qu’il soit mort ou non au Temple- demeure le symbole, en attendant que se réalisent les promesses du Sacré-Coeur à la France…

  2. Cril17 dit :

    Bossuet a écrit :
    Le plus grand dérèglement de l’esprit, c’est de croire les choses parce qu’on veut qu’elles soient, et non parce qu’on a vu qu’elles sont en effet. ”
    Traité de la connaissance de Dieu et de soi-même (1670) de Jacques Bénigne Bossuet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s