Compte-rendu (VI) des RENCONTRES FONTEVRISTES DU 25 AOûT 2017. Ariane Laballe. Dévotions mariales.

Chers tous, ce n’est pas un exposé que je souhaite vous faire, mais une petite communication en ma qualité d’orante de la Charte de Fontevrault. Deuxième orante plus précisément, quoi que le bon usage de notre langue m’inviterait plutôt à dire « seconde » orante puisque nous ne sommes que deux.

En tant qu’épouse soumise, quoique très indocile, j’accompagne depuis des années mon mari * à ces fameuses Rencontres de la Saint Louis. C’est lui qui est à l’origine de ma présence parmi vous et, au fil du temps, je n’ai jamais eu à le regretter, creusant avec joie et intérêt un sillon qui m’était jusqu’alors inconnu.
Mais, au fond de moi, je me demandais quelle était ma place, ou plutôt : quelle était la place que la Providence me réservait dans cette noble entreprise. C’est alors que le vocable d’ « orante » a résonné en moi et lorsqu’il y quelques étés j’ai rencontré –par hasard!–Gisèle, la première orante, au sanctuaire marial de Pellevoisin, j’en ai naturellement déduit: « Oui, Marie acquiesce et me tend la main». Je me suis alors tournée vers Alain Texier pour lui dire : « Me voici ».

Et me voici donc 2e orante. Et n’étant pas d’un naturel à prendre les choses à la légère, je m’applique à ce faire. Orare, orare, laborare : oui la prière est un travail et c’est à présent doublement mon travail car je suis engagée dans le Carmel séculier, dans cette école de l’oraison où –je cite Edith Stein, juive, carmélite et martyr à Auschwitz — nous avons pour mission de « nous tenir présents devant Dieu pour tous »! « Je crois, ajoutait-elle… que plus on se sent attiré par Dieu et plus on doit « sortir de soi-même » dans le sens de « se tourner vers le monde pour lui porter une raison divine de vivre ». Oui, chaque jour, je m’applique à expérimenter la présence agissante du Seigneur dans ma vie, dans nos vies. Oui, chaque jour, je prie pour que la présence du Christ-Roi parmi nous s’impose à nouveau comme une évidence dans le cœur, l’esprit et l’âme de mes compatriotes et vous vous le savez tout comme moi : la tâche est rude !

Oui, la tâche est rude, mais nous avons la grâce d’être appelés à mener ce combat, à compter parmi le « petit reste ». Oui, c’est une grâce et nous devons être à la hauteur de la grâce consentie… sentinelles, veilleurs, chevau-légers, milices, cohortes, chacun à son poste, en rangs serrés derrière l’Immaculée comme une armée en ordre de bataille (Ct 6,4) contre Satan et ses disciples qui sont légions!!!  Restons unis derrière le Pape, certes contestable et contesté –mais qui ne l’est pas? – afin d’éviter de tomber dans le piège de la « zizanie » tendu par l’adversaire qui se frotte les mains !! De grâce, prions pour le pape, du moins pour la fonction qu’il incarne; prions pour que notre pape François mène bien la barque dans une mer très agitée.

Il apparaît aujourd’hui que Marie notre mère œuvre activement et d’une manière spéciale dans l’Eglise pour former « les apôtres des Derniers Temps », chers déjà à St Louis-Marie-Grignion de Montfort (1673-1716) , lequel soit dit en passant, refoulé de l’abbaye de Fontevraud, passa une nuit, ici, au Domaine de Mestré. Quelle grâce pour nous tous que cette proximité spirituelle ! Dans ses apparitions à la Salette, en 1846, Notre Dame avait donné une règle pour former ces fameux apôtres pour qu’ils soient forts, prompts, fidèles et obéissants à ses ordres ! Cette règle n’a pas été observée. Mais Marie notre mère, notre chef, suscite actuellement les disciples chers à son Coeur Immaculé, et ce d’une manière toute particulière en ce centenaire des apparitions de Fatima. J’en veux pour preuve tous ces foyers ardents qui se multiplient dans notre pays et rayonnent plus qu’on croit.

Je citerai le Mouvement Sacerdotal Marial, dont nous faisons partie mon mari et moi-même, avec ces petits Cénacles de prière où l’on médite le chapelet en cultivant l’intercession mutuelle. PRIER-SOUFFRIR-OFFRIR ET SE TAIRE : telle était la devise de Don Gobbi ** (+ 2011) , fondateur de ce mouvement qui essaime sur toute la planète. Son successeur, Dom Laurent Larroque, qui fut notre vicaire à Montoire, animera des cénacles un peu partout en Belgique et en France, du 8 au 24 septembre prochains. C’est important de le faire savoir.

Je citerai encore les Témoins de l’Amour et de l’Espérance, compagnie d’hommes et de femmes de tout âge et origine, que je rejoins dès que je le peux –tout comme certains d’entre vous . Placés sous la garde de Ste Jeanne d’Arc et St-Louis-Marie Grignon de Montfort, ces Témoins découvrent, à pied souvent, les sanctuaires et trésors spirituels de notre pays, ce dans des conditions (pour le logis et le couvert) simples et rudimentaires, propres à aguerrir les troupes que nous sommes car trop de confort et de luxe nuisent au combat, c’est bien connu !

Il y a quelques années, nous étions partis sur les traces de la Bambina en Anjou, avec Bernadette pour guide avisée.

Le premier w-e d’août, nous étions rassemblés aux confins de la Vendée pour fêter Le Père Eternel, obéissant en cela à la demande expresse faite par notre Seigneur à Mère Eugénia. http://fetededieu.centerblog.net/6-qui-est-mere-eugenia L’occasion pour une centaine de personnes venues de toute la France de prier, échanger, s’encourager, resserrer les liens. Nous étions réunis entre Saint-Laurent-sur-Sèvres où s’est éteint St Louis-Marie Grignon de Montfort à l’âge de 43 ans, et Loublande, patrie de Claire Ferchaud. Nous avons notamment appris par la voix de son neveu que la demande du Seigneur d’établir en ce lieu « une messe perpétuelle » (à l’instar de l’adoration perpétuelle au Sacré-Coeur) commençait à trouver un léger écho auprès de deux évêques (Mgrs Dominique Rey – Né en 1952 ) et Marc Aillet né en 1957 ) et de certains prêtres, une petite vingtaine vont à ce propos se retrouver le 1er septembre prochain aux Rinfilières.

Début juillet, toujours avec les Témoins, c’est sur les pas de saint Martin, entre Candes-Saint-Martin et Tours, que nos pas nous ont menés pour la clôture du jubilé.
L’occasion pour moi de vous glisser quelques mots sur les liens qui unissaient, courant de la première moitié du XIXe siècle, deux figures tourangelles : Sr Marie de Saint-Pierre et M. Léon Papin-Dupont, dit « le saint homme de Tours ». Simple tourière au Carmel de Tours, Sr Marie de Saint-Pierre fut messagère de la Sainte-Face, inspiratrice du courant spirituel que développera plus tard Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus et… de la Ste-Face. Le Saint Homme de Tours, instigateur de l’adoration nocturne et de l’oeuvre charitable du Vestiaire de Saint-Martin, partageait une même dévotion pour la Sainte-Face du Christ.

Si la carmélite reçut de notre Seigneur la demande de susciter un culte à sa Sainte Face en réparation des profanations du dimanche et des blasphèmes, c’est grâce au zèle du st Homme de Tours que l’oeuvre de réparation se répandit dans de nombreux pays, dans le cadre d’une archiconfrérie à laquelle adhéra une certaine famille Martin… C’est grâce à lui également que fut redécouvert le tombeau de Saint Martin, lequel, en 1792, avait volontairement été enterré sous une rue ( rue des Halles »)  pour mettre fin, pensait-on, aux pèlerinages dans cette « 3e Jérusalem» ! Le tombeau de Sr Marie de Saint-Pierre se trouve actuellement dans l’Oratoire de la Sainte-Face, rue Palissy à Tours *** , Oratoire animé par les Dominicains.

Mais il est un fait la concernant, plus troublant encore dont je veux vous entretenir: au début du mois de septembre 1846, cette petite carmélite, le cœur déchiré par les châtiments qu’elle entrevoyait pour la France, s’écria : « Ah, que le souffre d’être seule dépositaire d’une chose si importante et que je suis obligée de garder dans le silence du cloître ! Vierge Marie, apparaissez dans le monde à quelqu’un, et faîtes-lui part de ce qui m’est communiqué au sujet de la France ». Le 19 septembre 1846 : Notre Dame apparaissait sur la montagne de la Salette, versant des larmes….

http://roch-jaja.nursit.com/spip.php?rubrique439. Statue , à la conception originale, de N. D. de La Salette en l’église Saint Pierre du Queyroix à Limoges.

D’aucuns d’entre vous ont un amour de prédilection pour Pontmain. Je le partage, mais s’il est un sanctuaire et un message qui m’habitent –ceci dit en toute humilité–, c’est bien celui de la Salette. Là, encore comme ailleurs, on sait ce qu’il advint des conseils maternels de Marie.Aussi, laissez-moi conclure par ces paroles qui résonnent dans notre France d’AUJOURD’HUI. Des paroles prononcées sur une montagne des Alpes françaises : «J’adresse un appel pressant à la Terre : j’appelle les vrais disciples du Dieu vivant et régnant dans les cieux ; J’appelle les vrais imitateurs du Christ fait homme, le seul et vrai Sauveur des hommes ; j’appelle mes enfants, mes vrais dévots, ceux qui se sont donnés à moi pour que je les conduise à mon divin fils, ceux que je porte pour ainsi dire dans mes bras, ceux qui ont vécu de mon esprit ; enfin, j’appelle les Apôtres des derniers temps, les fidèles disciples de Jésus-Christ qui ont vécu
dans le mépris du monde et d’eux-mêmes,
dans la pauvreté et dans l’humilité,
dans le mépris et le silence,
dans l’oraison et dans la mortification,
dans la chasteté
et dans l’union avec Dieu,
dans la souffrance et inconnus du monde.
Il est temps qu’ils sortent et viennent éclairer la terre.
Allez et montrez-vous comme mes enfants chéris ; je suis avec vous et en vous pourvu que votre foi soit la lumière qui vous éclaire dans ces jours de malheurs.
Que votre zèle vous rende comme des affamés pour la gloire et l’honneur de Jésus-Christ.
Combattez, enfants de lumière, vous petit nombre qui y voyez ; car voici le temps des temps, la fin des fins. »

Ariane Laballe. 2 éme Orante de la Charte de Fontevrault.

Publicités

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Compte-rendu (VI) des RENCONTRES FONTEVRISTES DU 25 AOûT 2017. Ariane Laballe. Dévotions mariales.

  1. Ping : Liste récapitulative ( à accroissement en cours) des compte-rendus des Rencontres fontevristes de l’été 2017 | La Charte de Fontevrault

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s