Paroles de Jeanne d’Arc.

Nous sommes en 1425. Voici comment Jeanne – au cours de son procès – relate cet épisode qui s’est déroulé pendant l’été : « Quand j’eus l’âge de treize ans, j’eus une voix de Dieu pour m’aider à me gouverner. Et la première fois j’eus grand peur. Et vint cette voix, environ l’heure de midi, au temps de l’été, dans le jardin de mon père (…). J’ai entendu la voix du côté droit, vers l’église, et rarement je l’entendis sans clarté (…). C’était assurément une digne voix, et qui, j’en avais l’assurance, m’était envoyée de par Dieu. L’ayant entendue par trois fois, je reconnus alors que c’était la voix d’un ange (…). Elle m’a appris à me bien gouverner, à fréquenter l’église, et elle m’a dit qu’il était nécessaire que je vinsse en France (…). Deux ou trois fois par semaine la voix me disait qu’il fallait partir et aller en France (…). La première fois que j’ai entendu la voix, j’ai promis de conserver ma virginité aussi longtemps qu’il plairait à Dieu [8]. » Lorsque la voix se fait entendre pour la troisième fois, Jeanne parvient à l’attribuer à l’archange saint Michel, lequel lui annonce la visite prochaine de sainte Marguerite et sainte Catherine (les deux saintes « préférées » de Jeanne) auxquelles elle devra obéissance. Jeanne raconte ainsi dans son procès : « Saint Michel, lorsqu’il vint à moi, me dit que saintes Catherine et Marguerite viendraient à moi, que j’agisse suivant leur conseil, car elles étaient ordonnées pour me conduire et me conseiller en ce que j’avais à faire, qu’il me fallait croire ce qu’elles me diraient, et que c’était là le commandement de Notre-Seigneur» Les saintes, effectivement, viennent lui parler, et, à leur demande, Jeanne fait donc immédiatement vœu de virginité. Sa piété se transforme dès lors en dévotion, et elle se montre maintenant « manifestement en communication constante avec l’au-delà (…) ; elle sent perpétuellement autour d’elle la présence réelle de ses saintes qui la réconfortent, l’instruisent, lui transmettent les ordres de Dieu (…). Passés les premiers temps et la surprise, Jeanne se met à l’écoute et, de mois en mois, alors que les apparitions se répètent, un message se dessine » . Ces voix, qui ne cesseront plus – et qu’elle entend plusieurs fois par semaine – lui annoncent bientôt en effet qu’elle a été choisie par Dieu pour réaliser la prophétie qui voulait que la France, perdue par une femme, serait sauvée par une vierge venue des marches lorraines. Sauver le royaume, venir secourir le roi (car l’ange, dit-elle dans son procès, « lui racontait la pitié qui était au royaume de France »), tel était le message divin, mais sa mission et les moyens de la réaliser manquaient encore de précision. Autour de Jeanne, autour de Domrémy, les Bourguignons profanent, pillent, incendient, violent, pendent… Jeanne vit dans un climat très troublé et terrifiant. Les nouvelles se répandant rapidement, elle a des échos, voire des récits de tous ces malheurs. Elle sait, depuis plusieurs années déjà, les misères alentours.

Jusqu’en 1428, Jeanne va garder son secret. Elle continue à vivre et à dialoguer avec ses voix, mais en cette année elles se font plus pressantes et elles « changent de discours : les exhortations à préserver sa virginité se font plus rares, les appels à sauver la France plus fréquents. Six mois après que l’ennemi eut ravagé son village natal, Jeanne n’a plus qu’une idée en tête : devenir le chef de guerre qui mènera le roi au sacre » [12]. Jeanne (qui a 16 ans) décide alors de se rendre à Vaucouleurs chez le sire de Baudricourt pour qu’il accepte qu’on la mène au roi (« car c’est la volonté de Messire », dit-elle, à savoir Dieu). La mission de Jeanne va maintenant se préciser : en quittant Vaucouleurs à la mi-février 1429, les voix ne lui indiquaient pas encore d’objectifs fixes, alors qu’une fois devant le roi, Jeanne annonce deux buts à sa mission. Elle le formulera ainsi : « J’ai deux mandats de la part du Roi du Ciel. L’un est de lever le siège d’Orléans [assiégée par les anglais en octobre 1428], l’autre de conduire le Dauphin à Reims pour l’y faire sacrer. » Le dimanche 6 mars 1429 elle rencontre donc Charles VII, lequel doutait de sa légitimité, et donc de son droit à la couronne. « Elle était rayonnante, écrit V. Giraud, nullement intimidée, sûre de son fait (…) ; elle se sentait soutenue, enhardie, inspirée par les voix mystérieuses qui lui avaient dicté sa conduite (… ) [11]. » Jeanne s’adresse alors au roi : « Gentil Dauphin, j’ai nom Jeanne la Pucelle et vous mande le Roi des Cieux par moi que vous serez couronné dans la ville de Reims et vous serez lieutenant du Roi des Cieux qui est Roi de France (…). Je te dis de la part de Messire que tu es vrai héritier de France et fils du Roi, et Il m’a envoyée à toi pour te conduire à Reims, pour que tu reçoives ton couronnement et ta consécration. »

https://www.cairn.info/revue-l-information-psychiatrique-2008-7-page-685.htm

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Paroles de Jeanne d’Arc.

  1. La triple donation de Sainte Jeanne d’Arc : le coeur de sa Mission Divine. La Mission Posthume de Sainte Jeanne d’Arc : ramener le Roi en France en ce début de XXI° siècle.

  2. MA Guillermont dit :

     » Vive le Christ qui est Roi des Francs  »
    Ste Jeanne d’Arc .

  3. Louis Chiren dit :

    Paroles de sainte Jeanne d’Arc: (tirées pour parti de son procès)

    « Mon étendard, je l’aimais plus, quarante fois plus que mon épée »

    « En nom Dieu, les hommes batailleront et Dieu donnera la victoire »

    « Eussé-je eu cent pères et cent mères, eussé-je été fille de roi, je serai partie »

    « L »Eglise je l’aime et je la voudrais soutenir de tout mon pouvoir pour notre foi chrétienne »

    « Il me semble que c’est tout un notre Seigneur et l’Eglise: cela ne fait pas de difficultés. Pourquoi en faites-vous ? »

    « -Etes-vous en état de grâce ?
    -Si je n’y suis, que Dieu m’y mette, si j’y suis que Dieu m’y garde ! Je serai la plus dolente au monde si je savais ne pas être en sa grâce »

    « -Pourquoi vous plutôt qu’une autre ?
    -Il plut à Dieu ainsi faire par une simple pucelle pour repousser les ennemis du roi »

    « -Pourquoi votre étendard fut-il porté d’avantage en l’église de Reims; au sacre, que ceux des autres capitaines ?
    -Il avait été à la peine, il était juste qu’il fût à l’honneur »

    https://coeurssacresdejetdem.wixsite.com/louischiren/la-croix-de-sainte-jeanne-d-arc

  4. MA Guillermont dit :

    Ce texte détaille une rencontre dans la Cathédrale de Ste Croix quelques heures avant la libération d’Orléans .
     » Et après , elle s’en alla à l’Église Ste Croix et là elle parla à Messire Jean de Mascon , docteur , qui était un très sage homme , lequel lui dit :  » Ma fille , êtes-vous venue pour lever le siège ?  »
    A quoi , elle répondit :  » En nom Dieu , oui  » .
     » Ma fille , dit le sage homme , ils sont forts et bien fortifiés , et ce sera une grande chose que de les mettre hors « .
    La pucelle répondit :
     » Rien n’est impossible à la puissance de Dieu « .
    Et en toute la ville , elle ne fit honneur à aucun autre .

    Texte probablement écrit 15 à 25 ans après la libération d’Orléans selon Ayrolles en 1897 , si il reste une incertitude sur sa datation , il est au moins du XV , une copie du XVI se trouve à St Pétersbourg !
    On ne peut trop louer Dieu et les Saints car tout ce qui a été fait , cela l’a été par la grâce de Dieu , ainsi donc on doit avoir grande dévotion à la procession … et aussi pusieurs autres villes en font solennité car si Orléans fut chu entre les mains des anglais , le reste du Royaume eût été fort blessé !
    Et pour tant … en reconnaissant toujours la grande grâce que Dieu voulut faire et démontrer en la ville d’Orléans en la gardant des mains de ses ennemis , chacun est tenu d’aller à la dite procession et de tenir luminaire ardent en sa main .

  5. Louis Chiren dit :

    J’ai commencé cette huile sur toile le 6 février 2016 et l’ai achevé le 1er mai 2016. Sainte Jeanne d’Arc protectrice du royaume de France hier menait Charles VII vers le sacre de Reims. Demain par la volonté de notre Sauveur, elle mènera le roi caché vers son destin pour le salut de la fille aînée de l’Eglise.

    https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/la-derniere-mission-de-ste-jeanne-d

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s