Chouan de Coeur. Pour ceux qui auraient oublié que le Diable singe Dieu .

En réponse à l’article qui contient le lien ci-dessous . https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2018/06/17/une-pierre-jetee-dans-le-jardin-des-royalistes-providentialistes-linacceptable-drapeau-tricolore-frappe-du-sacre-coeur-par- le-cardinal-billot-la-question-du-drapeau-1918 /

NDLRB. Cet article par un 24 Été enrichi (Vingt-quatre) de commentaires DonT Ceux Capreolus , autres d’Entre, nous vous renvoyons auxquels je apporte also.

«Nous devons savoir qu’il y a une certaine économie de la Providence actuelle ne dieu, nous ne pouvons pas en juger par l’histoire, c’est pas sortir , et que le miracle est requis pour un drapeau national, au vingtième siècle, dans ses plis est l’image du Sacré-Cœur, autrement dit, le miracle est un pays qui a aussi en tête, surtout sur la question religieuse, aussi pour le libéralisme , aussi pour l’idée révolutionnaire , pour accepter dans son ensemble, une pareille alliance de la politique et de la religiondans ce qu’elle a de plus intime et de plus délicat, non, encore une fois, ce miracle-là, il y a du monde dans ce monde, depuis qu ‘ il se fait des miracles sous le soleil, depuis qu’il y a des hommes au gouvernement divin sur la terre. »

Ah bon ?

Monsieur le cardinal, vous étiez sûrement considéré comme un des plus grands théologiens de votre époque, je ne contesterai pas! Mais il me semble qu’en écrivant le texte ci-dessus vos connaissances en Histoire de la France a été bien vite oubliées depuis votre enfance.

«  Ce miracle-là, c’est de l’analogue en rien dans ce monde qui n’a jamais vu depuis que […]»

Ah oui ?

Et Tolbiac … la bataille et l’épreuve préalables, puis la victoire d’après Ciel, de ces Francs Très Païens, offert à leur roi en anticipation de leur «oui» conditionnel?

Comment pouvez-vous affirmer une a choisi pareille?

Le miracle de Tolbiac, miracle fondateur du Royaume de France, préfiguration de la geste rédemptrice de Jeanne, annonce prophétique de la victoire consolatrice du grand monarque!

Pour lever certaines doutes, voici, trouvé dans « La Voix de Marie » (1905) , un texte signé de la FVM, est un rapport historique sur l’engagement des trois couleurs bleu, blanc, rouge et par notre pays.

Vous Serez de voir Certainement surpris Que SCÉ trois couleurs, d’origine très ancienne (12 ème siècle) et par nos rois prisées et par le peuple de France, n’ont signification Aucune révolutionnaire [ni maçonnique], bien au Contraire, qu Mais ‘elles ont été subtilisées au patrimoine catholique et royal, puis, dans leur symbole, dénaturées frauduleusement ou par ignorance et rabâcha jusqu’à l’ envi. Ne sont-nous pas là-bas-encore devant un cas flagrant de mémoricide organisé dénoncé par Reynald Secher?

«Saint Jean de Matha, célébrant sa première messe dans la chapelle de l’évêché de Paris, en présence de l’évêque Maurice de Sully, des évêques de Saint-Victor et de Sainte Geneviève et d’une illustre assemblée, vit, au moment de la consécration, un ange vêtu de blanc, sur une poitrine une croix bleue et rouge; l ‘ange croisait les bras de manière à étendre les réseaux sur deux captifs à ses pieds, une maure et un chrétien.

En compagnie d’un saint solitaire, Félix de Valois, il se rend à Rome, sur le conseil des prélats, pour consulter le Souverain Pontife au sujet de cette vision. Innocent III reçut les pieux voyageurs avec distinction, législation publique et, à la consécration de la messe célébrée à Saint-Jean-de-Latran devant le Sacré Collège vit avec la croix bleue et rouge à Saint Jean de Matha, auprès de la cathédrale de Paris. C’était le 28 janvier 1198. Le Pape ne balança plus. Quatre jours après le 2 février, fête de la purification de la Sainte Vierge.

Innocent III leur dit le privilège glorieux de porter en quelque sorte la mission de Jésus-Christ en accomplissant auprès des esclaves, qui étaient sous le joug musulman, ce que le Christ était venu accomplir auprès de l’humanite déchue. Il développa éloquemment cette pensée; Et, comme pour la laisser continuellement exposé aux yeux de ces deux saints et de leurs disciples, il la rattache à la triple couleur de l’habitude qu’il avait de leur donner.

Le blanc leur rappelle la pureté de cœur et d ‘intention qu’ils apportent à leur emploi sublime.

Le bleu evite de jamais perdre cet esprit de mortification et de penitence que la nature de leurs fonctions leur rendait si necessaire.

Dans le rouge, last, était figuré cette charité ardente qui anime leur dévouement et leur soutien dans les souffrances inséparables de leurs œuvres.

Elevant ensuite leur esprit au sein de la Divinité, le Pontife leur source à la source et le modèle de ces vertus dans le Dieu trois fois saint.

Ainsi, il est créé l’Ordre de la Sainte Trinité . »

Le texte continue, et c’est là où cela devient étonnant:

« L’Ordre de la Sainte Trinité fut bien accueilli en France par Philippe-Auguste et ses successeurs, par dévotion envers la Très Sainte Trinité. Charles V réduisit le nombre des fleurs de lis à l’écu de France, et adopta, comme couleurs personnelles, les trois couleurs, bleue, blanche, rouge, symboliques de la Très Sainte Trinité. De nombreuses maisons féodales, dont celle de Bourbon, prirent les mêmes couleurs.

La plupart des successeurs de Charles V agirent de même. La maison de Bourbon apporta ces couleurs sur le trône avec Henri IV.

Lorsque la troupe fut vêtue la première fois aux frais du roi, les couleurs de la Sainte Trinité furent celles des uniformes de l’armée d’où les uniformes tricolores des Suisses, des Gardes françaises, etc. Grâce à l’influence des Trinitaires ou Mathurins, les couleurs bleue, blanche, rouge de leur habit étaient l’objet, dans l’ancienne France, de la plus grande vénération.

C’est ainsi qu’un drapeau tricolore, du régiment de Salis-Samade, trouvé par le peuple sur les remparts de la Bastille, le 14 juillet 1789, fut porté en triomphe à l’église de la Sainte Trinité où il demeura exposé sur le maître-autel durant six semaines.

Trois jours après, le vendredi 17 juillet 1789, le roi Louis XVI venu de Versailles à l’Hôtel de Ville de Paris plaçait la cocarde bleue et rouge de la milice parisienne sur la cocarde blanche qu’il portait à son chapeau formant ainsi la cocarde tricolore. On peut certainement attribuer à cette dévotion du peuple français pour les trois couleurs trinitaires – dévotion bien mise en relief par l’épisode du drapeau de Salis-Samade – le succès inouï qu’obtint cette cocarde tricolore. Les trois couleurs furent arborées partout sous forme de brassards, de ceintures, écharpes, plumets, etc… ; les églises mêmes durent pavoiser aux trois couleurs. Ce fut une mode tyrannique, un engouement général qui imposa ces couleurs, car le premier acte législatif fut une proclamation de Louis XVI, de l’année suivante 1790.

De la cocarde, les trois couleurs passèrent peu à peu sur le drapeau de la France, ne sont pas définitivement arrêtées que par le décret du 5 mars 1848. »

Oui vraiment, le Diable singe Dieu!

Chouandecoeur

 

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Chouan de Coeur. Pour ceux qui auraient oublié que le Diable singe Dieu .

    • Louis Chiren dit :

      Merci à Chouan de cœur pour cette recherche fondamentale !

      Ce cerf est représenté au naturel, la Croix de l’ordre de la Très Sainte Trinité plane entre ses bois.

      Saint Félix de Valois avait eu la vision ce miracle et fondé avec Jean de Matha l’ordre des trinitaires.

      Notre siècle remet en question cette histoire, assurant que c’est une légende (une de plus). En attendant, l’ordre trinitaire fut destiné au rachat des chrétiens captifs tombés aux mains des Maures (nous en aurions bien besoin de nos jours).

      Il fut approuvé en 1198 par le pape Innocent III et en 1666 par le pape Alexandre VII.

      Louis XIV intervint en personne auprès de Rome pour défendre la mémoire de saint Félix de Valois, prince de sang.

      Il restera au martyrologe romain jusqu’au règne de Paul VI.

      Dans cette longue épopée de la France catholique et royale, que de richesses innombrables. De quoi refaire une éducation complète quand la nouvelle France émergera du chaos. Méditant sur les cahiers de l’amour du fils spirituel du Padre Pio, le docteur Luigi Gaspari. Je me suis aperçu d’un petit clin d’œil du Ciel.

      En effet cet homme était né le 9 avril 1926 à SAN FELICE sul Panaro. Puis il résidera via SAN FELICE à Bologne.

      En ce siècle où l’homme est esclave au combien du péché, où le démon nous tient dans ses chaines par tous les artifices en sa possession. Le trésor laissé par le Sacré-Cœur de Jésus via le padre Pio au docteur Gaspari ne devrait-il pas nous libérer de nos chaines d’esclaves en nous innondant de son amour par le roi à venir ?

      C’est une espérance salutaire pour un avenir meilleur. Que la Très Sainte Trinité nous exauce, saint Félix de Valois, relevez votre ordre afin que sa vocation apporte comme hier ses fruits de salut.

      https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/le-cerf-et-la-croix

      • Louis Chiren dit :

        Et puisque cette riche explication de Chouan de Cœur nous a révélé une trame essentielle dans la compréhension des signes, en voici un autre dans la ligne dictée par le Ciel:

        Jacques Cathelineau le « saint d’Anjou » était né le 5 janvier 1759 au Pin-en-Mauges. Proclamé général de l’armée catholique et royale le 12 juin 1793, il fut mortellement blessé place Viarme, située dans le quartier Hauts-Pavés de Saint-Félix de Nantes.

        https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/vendee-souviens-toi-de-ta-fidelite

  1. MA Guillermont dit :

    Bien belle page d’enseignement historique et chrétien , merci ChouandeCoeur !
    Vous nous avez porté la lumière … En ces temps sauvages où une affirmation douteuse est portée au Pinacle , Dieu tire des trésors de Sa Providence … ! Il vous a donné ce jour de nous instruire dans une pratique juste .
    Un très grand merci .

  2. Trinitaire moi-même, je voudrait remercier Louis Chiren pour ce cerf représenté au naturel et évoquant un des visons de la Quête du Grall arthurienne (la vison de THéorentueuc, dans la foêt de Brocéliande, pas loin de la Chapelle du Graal), la Croix de l’ordre de la Très Sainte Trinité plane entre ses bois.

      • Louis Chiren dit :

        « la vison de THéorentueuc, dans la foêt de Brocéliande, pas loin de la Chapelle du Graal »

        Je ne connaissais pas l’oeuvre de ce prêtre l’abbé Gillard, je cite: »qui envoyé en punition dans ce village par ses supérieurs en 1942, trouva la petite église en ruine et entreprit de la reconstruire en lui donnant une merveilleuse histoire mêlant les croyances chrétiennes, celtes et légendaires des chevaliers de la table ronde ».

        C’est assez surprenant. Mais mon cerf n’a rien à voir avec le sien mêlé de mythes païens celtes et d’évocation du Christ.
        Voir la description de cette mosaïque sur le lien ci-dessus dont je retranscris l’explication: « admirez cette magnifique mosaïque qui couvre une grande partie du mur du fond avec un grand Cerf blanc et quatre lions représentant dans la culture chrétienne le Christ entouré de ses 4 évangélistes et dans la culture celte le messager de l’autre monde« .

        Dans l’iconographie médiévale lorsqu’il est blanc il représente le Christ (voir saint Eustache ou saint Hubert), le mien est au naturel et a été fait spécifiquement pour illustrer la vision de saint Félix de Valois.

        En tout cas heureux de savoir que vous appartenez à cet ordre et que ce cerf vous ait touché.

        En union de prière

      • Louis Chiren dit :

        « Je viendrai le placer au milieu de mon cœur. Mon cœur sera au milieu de la patrie, son courage sera inébranlable. L’innocence et la blancheur ont flotté à sa naissance et flotteront sur les cendres de son tombeau. Les jours d’orage et de deuil ne sont pas passés, je vous garderai et vous protégerai, ne craignez rien. »
        Notre dame le 3 juillet 1874

        Mystère de l’incarnation
        Devant votre Cœur Sacré
        Que tout genou fléchisse
        Tant aux cieux que sur terre

        Tu n’adoreras que Dieu seul
        Rappelons-nous cette vérité
        Et songeons au passé
        Afin que la mémoire perdure

        Sic transit gloria mundi
        Belle locution latine
        Antique pratique romaine
        Pour le général vainqueur

        Un esclave à ses côtés
        Rappelle-toi que tu dois mourir
        Vanité toute humaine
        Nous ne sommes que poussière

        L’Eglise repris ce rite
        Pour le pontife souverain
        Lors de son intronisation
        Un moine brûlant l’étoupe

        Ainsi passe la gloire du monde
        Car le couronné doit servir
        Qu’il soit pape ou roi sur terre
        Les honneurs vont au Ciel

        Nous espérons le Lys
        Et la clémence du Christ
        Nous sommes dans sa main
        Que votre gloire se manifeste

        https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/sic-transit-gloria-mundi

      • MA Guillermont dit :

        A Fatima , l’Ange de la Paix dicta à Lucie , Jacinthe et François , la prière de réparation lors de sa deuxième apparition l’été 1916 qu’il fit répéter 3 fois .
        Soeur Lucie de Fatima raconte :
         » Nous avons vu l’Ange qui tenait de la main gauche un Calice , surmonté d’une Hostie de laquelle tombaient quelques gouttes de Sang dans le Calice . Laissant le Calice et l’hostie suspendus dans l’air , il se prosterna jusqu’à terre . »

        La comparaison entre l’image de l’Hostie et cette représentation sous la figure du coeur de chair de Notre Seigneur , porte témoignage d’une double finalité pour répondre à l’Appel , en nous consacrant à réparer les outrages des hommes et ceux plus sensibles encore venant de la part de Ses enfants les plus privilégiés , les prêtres , les âmes consacrées … et en nous unissant aux souffrances du Sauveur , par amour .
        On aimera célébrer (si l’on est Prêtre ) ou faire célébrer souvent des Messes réparatrices .
        L’adorable sacrifice de nos Autels est le don par excellence du Coeur de Jésus et de son Amour ; c’est comme le dit St François de Sales ,  » le centre de la religion chrétienne , le coeur de la dévotion , l’âme de la piété « .
        Renouvelez avec ferveur , avant le Saint-Sacrifice , votre offrande réparatrice au Sacré-Coeur .  » Pour entendre la sainte Messe , disait sainte Marguerite-Marie , vous vous unirez aux intentions de Jésus immolé . Le priant de vous en appliquer le mérite selon son dessein . »
        Regardez la sainte Messe comme le plus grand acte de la vie de réparation , et assistez – en vous unissant à Marie, comme St Jean , notre modèle , a fait sur le Calvaire . Marie vous y fera recueillir les grâces qui découlent du Coeur de Jésus ouvert pour vous . Elle vous aidera à vous sacrifier avec Lui .
        (Extraits d’un petit traité qui s’appelle Trésor )
        Aimons le Sacré-Coeur , invoquons-Le avec confiance car Il est Tout-Puissant pour faire notre paix , pour détourner les châtiments que nos péchés ont attiré sur nous en nous obtenant miséricorde .
         » Ô Coeur de Jésus , abîme d’amour et de miséricorde , je mets toute ma confiance en Vous . »
        (Phrase inscrite sur la sauvegarde du Sacré-Coeur )

  3. Chouandecoeur dit :

    A Louis Chiren :
    Voici une précision du livre cité dans mon article « Pour ceux qui auraient oublié que le Diable singe Dieu » et qui, en fait, pourrait être le sous-titre d’un autre article plus général « Les deux Etendards ».

     » Près des cabanes des deux saints (Félix de Valois et Jean de Matha), au bas de la colline, s’échappait une source aux eaux fraîches et limpides. Et, de la forêt voisine, un cerf d’une éclatante blancheur venait souvent étancher sa soif à cette fontaine.
    Un jour où nos deux saints étaient, tout auprès, en conférence spirituelle, parlant de Dieu et des moyens d’aller à lui, ils virent soudain le cerf venir vers eux, portant dans son bois une croix bleue et rouge.
    Cela rappela à Jean de Matha la vision qu’il avait eue. »

    Vous dites :
    Dans l’iconographie médiévale lorsqu’il est blanc il représente le Christ (voir saint Eustache ou saint Hubert), le mien est au naturel et a été fait spécifiquement pour illustrer la vision de saint Félix de Valois.
    Je suis au regret de vous reprendre : les deux saints ont bien vu un cerf BLANC et non un cerf au naturel, représentant la couleur du Père et non celle du Fils qui est la couleur bleue, comme le rouge est celle du Saint-Esprit.
    Cela est immédiatement à rapprocher des « Trois Ave Maria fleuris », où on dit :
    . Je vous salue Marie Lys de Pureté (Fille du Père),
    . Je vous salue Marie Violette d’Humilité (Mère du Fils),
    . Je vous salue Marie Rose de Charité (Epouse du Saint-Esprit).

    Bien à vous,
    Chouandecoeur

    • Louis Chiren dit :

      Merci pour votre précision,
      je m’étais rapproché d’une peinture ancienne qui représentait le saint avec un cerf au naturel. Mais je suis certain qu’il ne m’en voudra pas la Croix étant respectée !

      En union de prière

  4. Merci à vous, Louis Chiren. Le Précieux Sang qui se répend depuis le Sacré Coeur dans le Calice de la Sainte Messe, toute la signification du Saint Graal est là. Et L’Ascendance Davidique des Rois de France explique le caractère Sacré et Divin de la Royauté Française et sa Mission Divine…

  5. Louis Chiren dit :

    « Quelques mois après la fin de la Révolution de 1848, Catherine Labouré aurait eu la vision d’une  » Croix de la Victoire », d’un monument qu’il se serait agi d’édifier à Paris :

    Elle s’empresse, bien sûr, d’aller le dire à M. Aladel (son confesseur), deux fois, et même de le mettre par écrit, à chaud, dès le 30 juillet 1848, de crainte d’oublier un détail : « Il y aura des ennemis de la religion qui chercheront et promèneront une Croix couverte d’un voile noir qui portera la terreur dans les esprits. Mais la Croix triomphera.
    Il y aura une Croix que l’on appellera la Croix de la Victoire, qui portera la livrée de la nation, elle sera plantée du côté de Notre-Dame, sur la place des victimes.
    La voici : une Croix sera faite d’un bois précieux, étranger. Elle sera garnie.
    Elle aura des pommes d’or aux extrémités. Le Christ sera grand ; la tête penchée du côté du cœur, la plaie du côté droit où il coule beaucoup de sang. La livrée de la nation dans le haut de la colonne.
    Le blanc, c’est l’innocence, voltigeant sur la couronne d’épines. Le rouge représente le sang ; le bleu, c’est la livrée de la Sainte Vierge ».

    Et de continuer : « Cette croix sera appelée la Croix de la Victoire. Elle sera en grande vénération. De toute la France et des pays les plus éloignés, et même de l’étranger, les uns y viendront par dévotion, les autres en pèlerinage, et d’autres par curiosité. Enfin, il se fera des protections toutes particulières qui tiendront du miracle. Il ne viendra pas une personne à Paris qui ne vienne voir et visiter cette croix, comme une œuvre d’art ».

    « Sur le pied de la Croix, il sera représenté toute cette révolution, telle qu’elle s’est passée. Le pied de la croix m’a paru avoir de 10 à 12 pieds (environ 3,5 mètres) en carré, et la croix de 15 à 20 pieds (de 4,5 à 6 mètres) en hauteur.
    Et, une fois élevée, elle m’apparaissait à peu près de 30 pieds (9 mètres) de hauteur.
    Sous cette croix, il reposera une partie des morts et des blessés pendant les événements si pénibles… »
    « Ici, un bras paraît, une voix se fait entendre : « le sang coule ! » En montrant du doigt le sang : « L’innocent meurt, le pasteur donne sa vie. » »

    « La croix m’apparut de toute beauté. Notre-Seigneur était comme s’il venait de mourir. La couronne d’épines sur Sa tête, les cheveux épars dans la couronne par-derrière, la tête penchée du côté du cœur. »

    Mais l’abbé Aladel, son confesseur, n’en tint pas compte. C’est pourquoi, elle lui écrivit peu après cette lettre :

    « […] Je vous parle de cette croix, après avoir consulté le Bon Dieu, la Sainte Vierge et notre bon père saint Vincent, le jour de sa fête et tout l’octave où je me suis abandonnée toute à Lui, et le priai qu’Il m’ôte toute pensée singulière à ce sujet et à tant d’autres. Au lieu de me trouver soulagée, je me suis sentie de plus en plus pressée de vous donner tout par écrit. Ainsi par obéissance, je me soumets. Je pense que je n’en serai plus inquiétée. Je suis, avec le plus profond respect, votre fille toute dévouée au Sacré-Cœur de Jésus et de Marie. »

    Cette croix n’est, à ce jour, toujours pas érigée ».

  6. Ping : Retour sur le drapeau tricolore , drapeau de tradition de la France éternelle selon Chouan de Coeur | La Charte de Fontevrault

  7. Ping : Catherine Labouré (Ste) promotrice inécoutée de la « Croix de la Victoire  | «La Charte de Fontevrault

  8. Ping : le Légitimiste Fernand Cortez de Conquila pense que la Charte de Fontevrault unit l’approximation, le sacrilège et l’hérésie au blasphème | La Charte de Fontevrault

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s