Obsêques ce vendredi 29 juin de l’Abbé Pépino, prêtre de sensibilité légitimiste.

Obsèques ce matin vendredi 29 juin , très bien conduites par le diocèse : l’évêque coadjuteur et une quinzaine de prêtres, un rit ordinaire mais extraordinairement bien amélioré (superbe Requiem, Salve Regina…), un sermon prononcé par un ancien condisciple de séminaire resté ami avec le défunt après “l’incident pénible que nous connaissons tous”…
Avant la cérémonie, sa mère, en pleurs m’a dit, en parlant des autorités religieuses et du cardinal Barbarin nommément : “Ils m’ont tué mon gamin… Il a fait une bêtise mais… Il ne s’en est jamais remis, ils me l’ont tué…”. En fait, les dites autorités semblent avoir fait pour le mieux, affectant l’abbé Pepino, diplômé en histoire religieuse, à des recherches liées à des procès en béatification. J’ai aussi appris que l’abbé, d’assez forte corpulence, était averti de risques cardiaques élevés. Il est mort d’un AVC en pleine rue et les pompiers ne sont pas parvenus à le réanimer.
J’ai repéré dans l’assistance un monsieur, plus âgé que moi mais même coiffeur, fleurdelisé de la cravate à la boutonnière. Nous avons parlé un moment. Il venait d’Auvergne et s’est dit surpris de ne pas trouver d’autres représentants de la branche légitimiste de notre famille royaliste aux obsèques de leur aumonier.
Votre envoyé spécial à Tarare
A…      le 29 juin 2017

 Souvenir de janvier 2005.   Messe princière à Saint Bonaventure, le 24 janvier 2005.

Près de 200 personnes ont assisté à la messe pour Louis XVI dans l’enceinte du sanctuaire Saint Bonaventure. Présidée par l’abbé Eric Pepino, la cérémonie a rassemblé de nombreux représentants de l’aristocratie lyonnaise soucieux de leur devoir de mémoire envers le roi martyr. La cérémonie était présidée par SAR le Prince Rémy de Bourbon-Parme.

Près de 200 personnes ont assisté à la messe pour Louis XVI dans l’enceinte du sanctuaire Saint Bonaventure. Présidée par l’abbé Eric Pepino, la cérémonie a rassemblé de nombreux représentants de l’aristocratie lyonnaise soucieux de leur devoir de mémoire envers le roi martyr. La cérémonie était présidée par SAR le Prince Rémy de Bourbon-Parme.

Si certains royalistes orléanistes, à l’instar d’Alexandre Boritch avaient choisi de rallier Paris pour assister à la cérémonie de St Germain l’Auxerrois, paroisse des rois de France, en présence du prince Jean et du prince Sixte-Henry de Bourbon-Parme, de nombreux Lyonnais ont préféré rester fidèles au rendez-vous donné chaque année par l’association « Présence et Souvenir Bourbonien » présidée par Loïc Bernard de Thugny. Parmi eux, les légitimistes de l’Institut de la Maison de Bourbon et des représentants de « Lyon 93 » emmenés par Yves Bruyas. L’association des Amis de la Reine avait quant à elle fait livrer une somptueuse gerbe de lys blancs.

Accueilli par le père Roger Philibert, recteur de Saint Bonaventure, le prince Rémy de Bourbon-Parme était en terrain connu. Ce n’est en effet pas la première fois que le cousin de Sixte-Henry représente à Lyon le prince Louis de Bourbon, chef de la Maison de France pour les royalistes légitimistes. Si la famille Bourbon-Parme est divisée quant au choix du prétendant au trône, chacun sait taire ces querelles dynastiques, une fois l’an, lors des cérémonies en mémoire de leur aïeul.

A l’issue de la cérémonie, une cinquantaine de convives – dont Ancelyse Roux de Bézieux et la vicomtesse Suzanne Roy de Lachaise – ont gagné l’hôtel Saxe-Lafayette pour le traditionnel banquet du PSB. Pour ce qui est des nourritures spirituelles, vous trouverez ci-dessous le texte de l’homélie prononcée par l’abbé Pepino.

L’homélie de l’Abbé Eric Pepino

« Monseigneur,

Chers frères et sœurs,

Prier pour la France : la démarche peut paraître anachronique car rares sont aujourd’hui les églises où l’on ose élever une prière pour notre patrie. Or la tradition biblique nous montre, à maintes reprises, les fils d’Israël se tourner vers le Dieu des pères et des patriarches pour que leur terre soit bénie et fécondée par l’action divine. En ce sens, la prière d’Israël est un modèle pour nous de supplication dans les épreuves, d’action de grâce et de remerciement dans le bonheur.

Notre rassemblement annuel, s’il est un acte de mémoire à l’égard du roi martyr Louis XVI, est d’abord un acte d’expérience et de foi en Dieu qui souligne l’histoire des hommes et des peuples et la conduit vers son achèvement. Notre prière pour la France est tout à la fois évocation d’un passé qui donne à notre pays ses racines et projection dans l’avenir pour que la France demeure ce qu’elle a toujours été.

De l’épopée de Clovis avec son baptême à Reims en passant par la montée sur le trône d’Hugues Capet jusqu’à l’alliance si belle et si puissante entre une famille, les Bourbon, et un peuple, les Français, nous sommes les dépositaires d’une histoire pluri séculaire.  Celle-ci a certes ses zones d’ombre et de pêchés et tous nos rois ne furent pas des saints. Cependant, il y a un principe de fidélité que l’on retrouve de génération en génération : la fidélité à la foi. C’est précisément ce que les révolutionnaires voulurent détruire en tuant le roi lors de ce sinistre 21 janvier 1793. Par-delà la personne du monarque, c’est le principe qui était visé. La France devait avoir de nouvelles fondations que l’on allait trouver en dehors du terrain chrétien.

Nous connaissons la suite et les terribles répressions anti-chrétiennes qui d’abattirent sur notre pays, en particulier en Vendée. Tout cela n’est pas mort. Les débats actuels sur l’identité de la France, la constitution européenne, l’adhésion de la Turquie nous renvoient à cette question fondamentale de l’âme de la France. Car chaque pays à une âme, c’est-à-dire une identité forgée au long des siècles qui lui donne son tempérament. Le Saint Père Jean-Paul II a là aussi montré l’exemple : combien de fois n’a-t-il , lors de ses différents voyages, appelé les peuples à rénover avec leur culture, leurs traditions, en un mot à retrouver leur âme. Ce qu’a courageusement redit son Eminence le cardinal Lustiger à Notre Dame de Paris, le 26 Août 2004 lors du 60ème anniversaire de la libération de Paris. Permettez-moi ici de citer les paroles du Cardinal, qui faut-il le préciser furent prononcées devant le plus intransigeant des opposants aux racines chrétiennes de l’Europe, je veux parler de Monsieur Chirac. Le Cardinal pose d’abord une question : « Quel idéal avons-nous donc à défendre qui exprime l’identité de la France ? » Puis vient la réponse, elle est double : évocation d’un passé : « Notre trésor de civilisation a été élaboré par des millénaires passés. C’est un art de vivre digne de l’humanité de l’homme. Un art de vivre né de la confrontation et de l’union de la sagesse d’Athènes, du droit de Rome, de la révélation biblique, des saintes et des saints, disciples du Christ, qui au cours des siècles ont enseigné par leurs paroles et l’exemple de leur vie ce que veut dire aimer non seulement ses amis, amis aussi ses ennemis, ce que révèle aux puissants la condition du plus faible, ce qu’impose au plus riche la dignité des pauvres. »

La source où l’âme de la France est née, c’est l’Evangile vécue au quotidien. Tous nos rois avaient ce souci du pauvre et du faible malgré ce qu’on enseigne actuellement dans les écoles. Le Développement spectaculaire des hospices, des pensionnats, des orphelinats, des universités, ne fut possible et effectif qu’avec l’aide et l’appui des souverains. Il faudrait ici retracer, par exemple, les liens de Saint Vincent de Paul avec la cour de Louis XIV. Puis le cardinal poursuit en évoquant la réconciliation nationale au lendemain des drames qui frappèrent si souvent notre pays, particulièrement à la suite des deux guerres mondiales. Cette réconciliation trouva son sommet lors du célèbre Magnificat à Notre Dame le 26 août 1944. La, la France reprenant le chant de louange de la Vierge Marie, laissait entrevoir le secret de son âme. Charité et pardon, tels sont donc les deux piliers qui soutiennent l’âme française. Et, plus largement l’âme européenne.

Monseigneur, l’année 2004  fut pour votre famille un temps de grâce. En béatifiant votre oncle, l’Empereur Charles d’Autriche, le Saint Père a voulu démontrer, à une Europe technocratique et vidée de sa substance, ce qu’est la vraie grandeur d’un dirigeant politique, d’un chef. Pendant l’épreuve de la guerre mondiale, l’empereur Charles plaça le devoir sacré d’un monarque – à savoir l’engagement pour la paix – au centre de ses préoccupations. De tous les responsables politiques, il fut le seul à soutenir les efforts de Benoît XV en faveur de la paix. Cette paix pour laquelle votre famille, les Bourbon– Parme, allait se dépenser sans compter.

Et le secret de cette vie, aujourd’hui proposée par l’église à tous les baptisés, nous le trouvons dans ces ultimes paroles que l’Empereur prononça le 1er Avril 1922, jour de sa mort : « Je m’engage toujours, en toutes choses, à connaître le plus clairement possible la volonté de Dieu et à la respecter, et cela de la manière la plus parfaite ». Comme l’affirmait Jean Paul II dans son homélie de béatification : « qu’il soit un exemple pour nous tous, en particulier pour ceux qui ont aujourd’hui une responsabilité politique en Europe ! »

L’exemple du bienheureux Charles de Habsbourg nous renvoie à nouveau à l’âme des peuples et à leur destin. Et la prière de ce jour ne sera jamais facultative. Car il ne peut y avoir d’âme en dehors d’une espérance spirituelle et d’une reconnaissance des droits de Dieu dont la plus grande manifestation publique est la célébration du Saint Sacrifice de la Messe. En cette année de l’Eucharistie, notre messe annuelle pour Louis XVI et la France devient un acte prophétique qui tout en défendant notre patrie terrestre et charnelle nous achemine vers la patrie céleste et éternelle. 

Amen. »

 

 

Publicités

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Légitimiste, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour Obsêques ce vendredi 29 juin de l’Abbé Pépino, prêtre de sensibilité légitimiste.

  1. MA Guillermont dit :

    Bonjour à tous
    Je vais mettre les pieds dans le plat , pouvez-vous infirmer ou affirmer cette parole de la maman du Père Pepino ?
     » Ils ont tué mon gamin … il a fait une petite bêtise …mais il ne s’en est jamais remis …ils me l’ont tué …  »
    Parole d’accusation d’une mère envers l’Église !
    Mais et je cite vos mots Mr Alain Texier « l’incident pénible  » que je viens de rechercher -par nécessité de comprendre- EST , en fait , est un SCANDALE PEDOPHILE par un acte homosexuel sur un jeune garçon … de 15 ans !
    Dieu dit :
    « (…) Mais celui qui scandalisera un seul de ces petits qui croient en moi , il vaudrait mieux pour lui qu’on lui pendait au cou une meule de moulin et qu’on le jetât au fond de la mer . Malheur au monde à cause des scandales . Car il est nécessaire que des scandales arrivent ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive . Si ta main ou ton pied est occasion de chute , coupe-les et jette-les au loin . Mieux vaut pour toi entrer dans la vie , manchot ou boiteux , que d’avoir deux mains ou deux pieds et d’être jeté dans le feu éternel . Et si ton oeil est pour toi une occasion de chute , arrache-le et jette-le au loin . Mieux vaut pour toi entrer dans la vie n’ayant qu’un oeil que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne du feu . Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits ; car je vous dis que leurs anges dans les Cieux regardent sans cesse la face de Mon Père qui est dans les cieux . (… )  »
    Matthieu 18:1-14
    L’avertissement est donné par Jésus Lui-même , les prêtres savent très bien que les mortifications des sens sont essentielles pour préserver leurs âmes des plus grands dangers et qu’ils NE doivent PAS induire au mal par leur exemple …
    Apparemment sa repentance laisse plus qu’à désirer !!!
    « Affecté à des recherches liées à des procès en canonisation  »
    Et bien … Bonjour … Quelle honte !!!
    Des reines et des rois se sont retirés du monde , ont pris l’habit , fait Voeu de silence pour moins que ces passions charnelles dégénérées !
    Le fait qu’il soit monarchiste nous éclabousse , merci à la famille Royale légitimiste d’avoir briller par son absence à ces obsèques .
    L’excommunication est à prononcer pour les auteurs de ces crimes .
    A laisser dans les poubelles de l’histoire .

    • La Charte de Fontevrault ne censure personne ni votre réponse, chère amie, ni le compte-rendu initial QUI N’EST PAS DE MOI je cite vos mots Mr Alain Texier mais d’un ancien Gouverneur de la Charte et qui se termine par le regret que nos amis légitimistes, dont il fut un des aumôniers, n’aient pas été plus présents lors de ce dernier A Dieu. Honnêtement est-il désormais impossible de confier quelqu’un – dont cet abbé-à la miséricorde divine ?

      Attentivement et fidèlement vôtre.

      • MA Guillermont dit :

        Aïe Aïe Aïe. .. pour l’ancien Gouverneur ! Merci Alain , ce n’est pas une censure mais la vérité seule qui doit être connue . Être et rester dans le déni de cet acte est à déplorer grandement car le « père » Pepino a fui … chez ses parents !
        Il ne s’est pas repenti publiquement , n’a pas non plus assumé la responsabilité de ses actes et la « justice » des hommes ne l’a pas condamné du tout !
        Je prie tous les jours la Miséricorde de Dieu pour toute l’humanité , Ste Faustine en a eu les révélations et son livret est dans mon sac toujours avec moi , mais dans pour cet exemple de non repentir et jusqu’au bout tenter par la rhétorique de minimiser le crime de sodomie sur un adolescent est diabolique .
        Tout à fait dans l’air du temps si puant de l’idéologie LGBT , et du relativisme de la plupart de nos Évêques , Cardinaux et le ci-devant Évêque de Rome célèbre pour sa phrase assourdissante « Qui suis-je pour juger « !
        Appelons un chat , un chat dans cet infâme bourbier que nous devons assécher définitivement .

      • Le Gouverneur (H) de la Charte me parait avoir regretté que nos amis Légitimistes dont il fût un des aumôniers ne soient pas plus présents à ses obsèques et permettez-moi de dire, chère amie, que je le regrette avec lui…

      • MA Guillermont dit :

        Simple analyse … pour éviter la contreverse ?
        Merci pour vos réponses Mr Texier , si Dieu le veut peut-être échangerons-nous un jour ? Sur l’autoroute du retour de Pontmain un panneau indiquait Fontevrault … !
        Grand bien à vous

    • Eloi dit :

      Voilà un commentaire imbécile et sectaire, comme le sont malheureusement beaucoup trop de royalistes. La justice a prononcé un non-lieu à l’endroit de l’abbé Pepino, qui a déjà été jugé par son Créateur, comme nous le serons tous. J’espère que vous êtes vous-même irréprochable, et que nous n’aurez pas un jour besoin de la miséricorde que vous refusez à un pauvre prêtre.

      • Cher Eloi,

        gardez le fond et christianisez la forme/ Le terme « imbécile » appliqué au commentaire de notre amie, votre soeur puisque fille de Dieu comme vous même, vous êtes un de ses fils, n’est pas bien choisi.

        Bien attentivement à vous.

      • MA Guillermont dit :

        Je vais donc vous répondre Eloi , peut-être suis – je sectaire et imbécile , j’accepte pleinement votre opinion , je ne crains pas la pensée des hommes surtout celle de ceux qui prêchent miséricorde … pour tout … en tout … et contre tout … et surtout dans ces affaires sordides de corruption de mineur par des ministres sacrés !
        Je ne vous apprendrais pas que , dans notre pays , la justice fait preuve de grande fermeté dans les affaires de mauvais traitements commis sur NOS AMIES LES BÊTES .
        Il est devenu évident que la prison ferme est prononcée EXCLUSIVEMENT à l’encontre des humains perpétrant des mauvais traitements à l’encontre des bêtes .
        Voyez – vous , Eloi , je ne m’y ferais jamais … et bien qu’ayant eu nombre d’animaux domestiques , du poisson(s) au poney(s) , je m’émeus bien davantage des scandales pédophiles de nos hommes d’église pour nombre d’affaires qui SONT TOUJOURS RESTÉES DANS L’OBSCURITÉ avec de jeunes ou adolescentes victimes présentant de GRAVES TROUBLES DU COMPORTEMENT !
        Car ces actes SONT inacceptables , il ne suffit pas d’être blanchi par un non – lieu bien complaisant au vu de la famille de l’Abbé dont le matériel informatique est accablant par son contenu pour comprendre que ce non – lieu reconnu par les hommes n’est pas forcément vrai quant à la Justice Divine … !

  2. BASSE GERALDINE dit :

    Pépino, sale pourriture de curé pédophile, ordure de criminel de l’église catho, non condamné par la justice des hommes mais condamné par la justice divine, enfin crevé. Les enfants que tu as agressés ont été plus forts que toi, maudit pour l’éternité, bête immonde.

    • alaintexier dit :

      J’ai validé ce post , malgré ma répugnance , comme le parfait exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Toutes les opinions sont libres mais que gagnent-elles; Basse (en effet) Géraldine, à être exprimées dans ces termes?

  3. sauret dit :

    qui est cette personne « BASSE GERALDINE » pour parler de la sorte ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s