Mélanchon se prenant les pieds dans les tapis du mobilier national : Ma personne est sacrée.(-SAR- Mélanchon dixit) pouet pouet!

Le 16 octobre dernier, jour de l’assassinat de Marie-Antoinette, on a pu entendre un député perquisitionné s’exclamer « Ma personne est Sacrée« . Serait-il tombé dans un baptistère pour soudainement utiliser un vocabulaire à connotation religieuse au lieu de celui approprié d' »inviolable »? Depuis Clovis, SEULE, le roi « très chrétien » était sacré dès lors qu’il recevait l’onction d’huile sainte, symbole de l’origine divine du pouvoir. Cette Sainte ampoule renfermant le saint chrême sera brisée à la Révolution pour tenter de mettre fin à jamais à cette tradition royale. La Révolution n’était pas contre le régime monarchique, les Etats Généraux réunis au pied du château de Versailles ne le prirent jamais militairement mais le dénaturèrent par leurs « idées nouvelles », l’essence traditionnelle du Trône n’était plus, l’Autel n’allait pas tardé à chavirer, les persécutions commencèrent et l’Eglise catholique sera, à jamais, raillée et clouée au pilori.

La 27 mai 1792, un décret légalisait la déportation en Guyane des prêtres réfractaires au Serment de la Constitution Civile du Clergé. Usant de son droit de véto, Louis XVI refusait de sanctionner le texte législative. Les Tuileries, nouveau siège du pouvoir royal, furent envahies par des émeutiers aux cris de « A bas le veto ! » Mort aux prêtres ! Malgré la pression « populaire » Louis XVI s’obstinait de faire « le sacrifice de son devoir ». Le 10 août, le Roi et sa famille étaient enfermés au Temple, ce sera leur Golgotha vers l’échafaud. Le lendemain, les  rafles des prêtres réfractaires débutèrent. Enbastillés aux Carmes ils allaient devenir des « témoins de sang », des martyrs de la foi. Depuis leur cachot dans la crypte ils devaient gravir des marches puis traverser le « long couloir de la mort » (expression utilisée de nos jours pour conter les derniers instants d’un condamné à mort aux Etats-Unis, son origine provient bien du martyr des prêtres aux Carmes dans cette France patrie des Droits de l’Homme). Sur le perron, à la lumière du ciel, on les agenouillait sans ménagement, les terroristes « sans-culottes » nés du feu de l’Enfer les massacrèrent, les saints prêtres passèrent alors de l’obscurantisme vers la Lumière du Ciel.  

Mgr Georges Colomb, évêque de La Rochelle et de Saintes, est venu aux Carmes célébrer la messe annuelle de souvenir des martyrs de Septembre. Dans son homélie, il fit un rappel historique ignoré par beaucoup de nos contemporains : « A l’arrivée des sans-culottes, ils s’écrièrent « nous voilà réfugiés à l’oratoire, voilà les Marseillais ! Nous ne pouvons être mieux qu’au pied de la croix pour faire le sacrifice de nos vies. » 127 prêtres séculiers, 56 religieux, 5 laïcs furent assassinés avec les 3 évêques. L’abbé de la Pannonie, l’un des rescapés de cette tragédie écrira : « Je n’ai entendu se plaindre aucun de ceux que j’ai vu massacrés. » Ils auraient pu prêter serment à la constitution civile du clergé et sauver leur vie, ils ont été sages, ils n’ont pas fait ce choix. Ils ont préféré la fidélité à la foi proclamée depuis leur jeunesse, la fidélité à leur vocation, à leur baptême, à l’Eglise, au successeur de Pierre. La force de ces hommes réside dans leur foi réfléchie, leur capacité de discerner ce qui est bon et ce qui est mauvais, ce qui relève le la force, de l’autoritarisme des brutes révolutionnaires et de l’autorité des sages.

 Les martyrs des Carmes, les martyrs de Chine, les martyrs des pontons de Rochefort, notamment le Bienheureux Souzy et ses compagnons béatifiés par le pape Jean-Paul II, que nous honorons chaque année en août sur l’île Madame, dans mon diocèse, étaient nourris de la Parole de Dieu. Une parole qui ne se contente pas de nous instruire, nous rappelle la lettre aux Hébreux, mais nous révèle à nous-mêmes tels que Dieu nous voit, tels que nous sommes en vérité. C’est une parole plus coupante qu’un glaive, qui coupe pour guérir, pour changer le cœur de l’homme, non pour le tuer, comme le glaive des sans-culottes. Elle discerne ce qu’il y a de plus intime au cœur de chacun. Si nous l’accueillons, elle devient pour nous « source de vie », elle nous donne le discernement, la sagesse et illumine notre vie. Elle nous donne le courage et la force de progresser sur le chemin du bien et de l’amour. Si nous n’en tenons pas compte, alors nous aurons des comptes à rendre parce que nous aurons vécu dans le mensonge, l’hypocrisie et la lâcheté. Les martyrs sont des visionnaires, ils regardent leur vie à la lumière de l’évangile et leur vie dans l’éternité a plus de prix pour eux que le confort immédiat, les mondanités passagères et superficielles. La vie dans l’esprit, la vie éternelle a plus de prix pour eux que la vie présente lorsqu’elle repose sur la compromission et le manque de courage. Les bourreaux passent aux oubliettes de l’histoire, les martyrs sont des lumières qui éclairent notre chemin. L’humanité n’a pas besoin d’un nouveau discours sur le salut, elle a besoin de Baptisés qui vivent leur foi, qui vivent de la sagesse du Christ. N’ayons pas peur du monde, n’ayons pas peur de notre faiblesse, l’esprit saint nous donne la force et la joie de présenter le Christ à nos contemporains. Si nous avons un peu du courage des martyrs, nous serons sel de la terre et lumière pour le monde. Le témoignage de nos frères martyrs nous rappelle, selon les mots du Pape François lors de sa première homélie à la Chapelle Sixtine, que notre mission de baptisés est de marcher, d’édifier et de confesser. Mais que nous ne pouvons le faire vraiment qu’en prenant la Croix du Christ. « Quand nous marchons sans la Croix, disait-il, quand nous édifions sans la Croix et quand nous confessons un Christ sans croix, nous ne sommes pas disciples du Seigneur, nous sommes mondains ». 

Nicolas Chotard,
Président des Lys de France,
Trésorier de la Chouannerie du Maine.

« Lys de France » <newsletter@lys-de-france.org>
Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites mémoriels, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s