Voeu de Louis XIII. 10 février (1638-2018).

En l’an 1636, la Très Sainte Vierge Marie fit savoir à la Révérende Mère Anne-Marie de Jésus Crucifié (de Goulaine), religieuse stigmatisée que Monsieur le Cardinal de Richelieu tenait en très haute estime, qu’elle désirait que la France lui soit solennellement consacrée par le Roi. L’année suivante, Sa Majesté le Roi Louis XIII, « dans le secret de son coeur », consacra sa personne et son Royaume à Notre-Dame. Dans le même temps, par tout le Royaume, montaient vers le Ciel d’ardentes prières pour qu’un Dauphin fût donné à la France. Leurs Majestés elles-mêmes, multipliaient les prières, les pèlerinages et les pieuses donations afin d’obtenir un héritier, attendu depuis vingt-deux années.
La Sainte Mère de Dieu répondit en apparaîssant à un religieux augustin du couvent de Notre-Dame des Victoires, dnt l’église venait d’être fondée depuis peu par le Roi, en action de grâces pour la victoire sur les protestants. La Très Sainte Vierge Marie demandait en particulier trois neuvaines réalisées successivement en son sanctuaire de Cotignac en Provence, à Notre-Dame de Paris et dans l’église Notre-Dame des Victoires.
Ces faits mystiques furent portés à la connaissance de Sa Majesté la Reine Anne. Le religieux, frère Fiacre de Sainte-Marguerite, acheva les trois neuvaines demandées par la Madone le 5 décembre 1637 et c’est très exactement neuf mois après jour pour jour, le 5 septembre 1638, que naquit le Dauphin Louis Dieudonné, futur Louis XIV (cf. > ici).
Dès que la Reine fut certaine de sa grossesse, et sans attendre la naissance pour savoir si l’enfant royal serait garçon ou fille, Sa Majesté le Roi Louis XIII publia, le 10 février 1638, cet Edit de Saint-Germain, acte officiel par le moyen duquel il fait connaître au Royaume de France la consécration qu’il fait de sa personne, de sa couronne et de tout son Royaume à Notre-Dame et promulgue la manière dont cette consécration devra être solennellement renouvelée chaque année à la date du 15 août.

https://www.facebook.com/groups/louisxiiilejuste/permalink/988118484671532/

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Voeu de Louis XIII. 10 février (1638-2018).

  1. Si Louis XIV renouvellera la consécaration de la France à Marie, Louis XV étendra par le Pacte des Familles du 15 Aout 1765 la dévotion Mariale aux Bourbons de France, d’Espagne de Naples et de Parme : Louis XV reneouvellera la consécration de la France à N.D des Victoires, le Roi d’Espagne acceptera la suggestion de Bienaimé de consacrer le Royaume Très Catholique à la Madonne du Pilar, celui de Naples consacrera son Royaume à la Madonne du Carmine (prononcer Carminé) et le jeune Duc de Parme -Don Felipe, qui épousera Mme Isabelle, fille de Louis XV, grace à qui il deviendra le père des Bourbons-Parme actuels- consacrera ses Etats (Duchés de Parme, Plaisance, Gustalla et Etats Annexés) à la Madonne de la Steccata.

    Qu’on se rapelle seulement que la Cour de Versaille de l’époque de Louis XV fut l’époque du MESSIA de Haendel, de l’AVE MARIA, de tous les arts baroiques tournès vers Dieu, de la GRANDE MUSIQUE.

    Le mariage de Ferdinand de Naples avec Marie-Caroline, soeur de Marie-Antoinette, et celui de Ferdinand de Parme avec marie-Amélie, soeur de Marie-Antoiette et de Marie Amélie, unira les dévitons mariales Bourborniennes au culte de N.D de Sion, Patronne des Duc de Lorraine et des Saint-Empreurs issus de François de Lorraine.

    C’est à Marie, Mère de Dieu, qu’il faut demender le Lieutenant du Christ qui viendra sauver la France et la Chrétienté…

  2. Sur le renouvellement du Voeux de Louis XIII par Louis XIV et Louis XV, comme par les Bourbons de France, d’Espagne, de Naples et de Parme lors du Pacte des familles de Louis XV, on peut lire :

    Marquis de La Franqiuerie, LA VIERGE MARIE DANS L’HISTOIRE DE FRANCE (Chiré)
    http://www.chire.fr/A-141807-la-vierge-marie-dans-l-histoire-de-france.aspx

Répondre à Hervé J. VOLTO Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s