Des rapports entre Hervagault et Louis XVII selon un courrier reçu sur mon adresse mail

Mme de C.

J’ai eu le grand plaisir récemment de recevoir à Nice notre archiviste en chef de l’affaire L XVII,  notre M. Crépin national.

J’ai trouvé une information intéressante que je lui ai communiquée afin qu’il approfondisse un peu le sujet. Qui mieux que lui peut trouver des précisions qui manquent ? !

Dans un ouvrage il est mentionné que Hervagault avait déclaré qu’il était sorti du Temple entre le 23 et le 25 mai 1795.
Avec une erreur d’un an, est-il aussi mentionné, il a probablement dû parler de l’aller-retour du Temple à Meudon de Robespierre les 23 et 25 mai 1794.
Si (et seulement si) Hervagault n’était pas au courant de cet aller-retour de Robespierre, il n’a pas pu inventer par hasard une telle date. Cela signifierait alors que Hervagault était l’enfant substitué à L XVII qui a fait cet aller-retour (ou simple aller) du Temple à Meudon, et surtout (je l’écris avec une grande précaution !), que le faux Hervagault était peut-être le vrai L XVII.
Le faux Hervagault (ou peut-être le vrai L XVII) est mort à Bicêtre (Gentilly, dans le Val-de-Marne- 94250-) le 8 mai 1812. Né le 27 mars 1785, L XVII aurait eu donc 27 ans.
P.V.

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Des rapports entre Hervagault et Louis XVII selon un courrier reçu sur mon adresse mail

  1. Pincemaille dit :

    Récit fort important : depuis longtemps, cette révélation trouvée dans les documents « Drop Moor », a fait l’objet de diverses recherches qui, en gros, aboutissaient à la proposition suivante :
    L’enfant est sorti du Temple et amené à Meudon où il a été reconnu comme n’étant nullement Louis XVII !!! d’où son retour « illico presto » au Temple ! et d’où l’espèce de déprime de Robespierre qui disparaît pendant plusieurs semaines (soi-disant malade !), se rendant compte qu’il s’est fait « doubler » !!!

    Ceci prouve donc que Louis XVII n’est plus dans sa chambre en Mai 94 ! Voilà qui éclaire d’un jour nouveau la visite de Barras fin Juillet : est-ce alors Louis XVII qu’il voit ? (et que, pourtant, il connaissait), ou encore ce pauvre Hervagault ?
    Amitiés à tous.

  2. Parmi toutes les théories évasionistes, il en est une très intéressante: l’historien Octave Aubry a offert en 1927 une “invention” merveilleuse fondée sur le mémoire du Comte de Vaison, Conseiller d’Etat sous le III° République. L’ennui est que le Comte de Vaison est introuvable et que l’auteur a délibérément disqualifié sa reconstitution en la déclarant imaginaire. Dans le récit d’Octave Aubry, il y aurait eu substitution sous caution de Barras, le 25 Août1794, alors que la soeur de Laurent venu avec un enfant muet désirant “voir” l’Enfant-Roi -comme aujourd’hui on irait voir une rock star ou un acteur à l’hôpital- aurait introduit le remplaçant vêtu de haillons dans la cellule, habillait l’Enfant-Roi des haillons du remplaçant, ce dernier restant en prison à la place de son Souverain emporté par la soeur de Laurant: c‘est donc le substitué muet qui meurt le 8 Juin 1795, empoisonné par Sigault comme le pensait Frotté.

    Louis XVII aurait été confié au banquier Petitval, un agent Royaliste du réseau du Marquis de Fenouille, et dont la famille devait être massacrée atrocement dans la nuit du 20 au 21 Avril 1796 à Vitry-sur-Seine (94400). A cette occasion, deux enfants devaient disparaître, le fils de Patitval, âgé du même âge que Louis XVII, et un autre enfant, peut-être un autre enfant substitué, Louis XVII ayant été mis à l‘abri à l‘étranger depuis longtemps.

    Ce massacre, aussi, spectaculaire que gratuit, aurait été l’ouvre de Fouchet, qui avait reçut un ordre appuyé par un “Décret de chasse générale”, lequel ministre Fouchet aurait exfiltré l’autre enfant à Port-au-Prince, à lépoque possession française. Le jeune homme y mourrait en 1803, à l’occasion d’un soulèvement indigène. Cette théorie a l’avantage de recouper les dires de la veuve Simon lorsqu’elle racontait avoir vu en 1802, à l’Hospice des incurables, son Dauphin devenu grand et accompagné par un serviteur de couleur.

    De plus, en 1957, la fille d’Octave Aubry devait certifier par écrit que, peu après la parution de son livre, son père aurait été convoqué au Vatican. Après une entrevue de deux heures, seul à seul avec Pie XI, l’auteur devait déclarer que tout n’avait été qu’une “invention” avant de s’enfermer dans le plus profond silence et détruire toutes les archives relatives à l’affaire.

    Melle Aubry estime qu’une consigne de silence aurait été imposée à son père. Si cela est vrai, cela signifierait que le mythique Comte de Vaison n’est qu’un prête-nom –Comte de Vaison=Comte de Vansay?- et que son mémoire a quand même de la valeur.

    L’ex-conventionnel Goupilleau de Fontenoy dira à la Restauration:

    –Je sais que l’enfant qui est mort le 8 Juin 1795 n’était pas le Dauphin et que tous les Prétendants étaient des imposteurs!

  3. Des indices historiques peuvent aussi être rappelés

    Il a existé une déclaration de Charette, signée en décembre 1795, dans laquelle le général Vendéen suppliait les Royalistes de ne pas rendre le Dauphin aux républicains. Cette pièce, classée au Ministère de la Guerre, a été frauduleusement détruite sous le Restauration, mais l’archive en conserve une trace.

    A plusieurs reprises, le Comte de Chambord, qui avait prescrit une enquête effectuée par le Duc de la Trémoille (prononcer Trémouille), devait affirmé que Louis XVII avait été évadé du Temple, sans aucunement soutenir l’un des Prétendants, et surtout pas Naundorff. Cela ressort aussi bien de la déclaration de Mme d’Osmond que de celle du Comte de Vansay, présent lors de l‘entretien du Comte de Chambord avec le Berger de la Salette.

    Quand à Joséphine de Beauharnais, qui fut la maîtresse de Barrras avant de devenir l’épouse de Napoléon et qui possédait -tenez vous bien!- une propriété à Port-au-Prince, lorsqu’après son divorce elle alla en Suisse visiter une de ses amies, Mme Duplessis d’Aumale, et déclara à cette dernière que Louis XVII était encore vivant, des assassins lui auraient fait parvenir un bouquet de fleurs empoisonnées au parfum fatal!

    Les cours d’Europe ont longtemps différé la reconnaissance officielle de Louis XVIII. Mme Royale, soeur de Louis XVII, refusa de recevoir Naundorff et son secrétaire,

    Mrg de La Fare, déclara:

    –Madame la Dauphine est persuadée que son malheureux frère n’est pas mort au Temple.

    La conduite de Louis XVIII et de Charles X témpoigne de la même inquiétude. Le premier refuse catégoriquement de se faire Sacrer à Reims et le second ne le fera QU’APRES CONSULTATION ET APPROBATION DU SOUVERAIN PONTIFE. La Chapelle expiatoire du Boulevard Hausseman ne mentionne pas le Dauphin et, par Ordonnance Royale, on ne dira de messe en sa mémoire qu’associée à celle de Louis XVI son père, précaution rituelle au cas où l’Enfant-Roi serait vivant sous la Restauration.

    Je voudrai vous renvoyer à notre article paru sur ce blog : LE COEUR DE LOUIS XVII https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/12/09/le-coeur-de-louis-xvii-et-est-lesperance-des-royalistes-providentialistes/

  4. UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    Si Alain Texier est d’accord, je écrirai en Juin/Juillet un article spécialement régié en hommage à Irène Pincemaille et Jeannine Le Derff : LE SACRE DE LOUIS XVII.

    Dans son livre sur les services de renseignement du Vatican, L’Entita, traduit en Français par L’Entité, Eric Frattini http://www.amazon.com/The-Entity-Centuries-Vatican-Espionage/dp/0312375948 explique que Louis XVII aurait été exfiltré du Temple PAR LES AGEMNTS ROYALISTES DU RESEAU CONTREREVOLTUINNAIRE DU MARQUIS DE FENOUILLES EN COLLABORATION AVEC DES REVOLUTIONNAIRES REPENTIS, et mis à l’abri à la Cour de Charles IV d’Espagne, VIA RENNES-LE-CHATEAU (11190). Charles IV étant un Bourbon -Juan-Carlos et le Prince Luis-Alfonso (Louis XX pour les Légitimistes) descendent de lui par exemple- et cousin de Louis XVI. Lorsque Napoléon envahit la Péninsule Ibérique, l’Enfant Roi aurait été exfiltré discrètement hors du Royaume ;

    Où a-t-il été conduit et où se trouve sa descendance actuelle? A ce jour, nous ne le savons pas.

    On met toujours en avant le Vatican en ce qui concerne la Survivance de Louis XVII. Dans les archives de la Gardia Suissera -qui possède un service d’intelligence, le Solidatium Pianum, dont les membres le surnoment l’Entita, comme ceux de la GGSE la Piscine, ceux de la Cia la Compagnie, ceux du MOSSAD l’Institut- MAIS dans les archives secrètes du Vatican, on trouve une trace du couronnement à Rome du petit Louis XVII. En Italie, il existe même des bruit qui courent dans les couloirs du Vatican d’un possible Sacre du petit Louis XVII à Rome par le pape Pie VI, Sacre opéré dans le plus grand secret à l’époque !

    Le Sacre secret de Louis XVII aurait eu bien lieu ! c’est ce qu’affirma Marguerite de la Tour du Pin Chambly de la Charce, dans le témoignage qu’elle donna au journal la Légitimité de septembre 1906, pages 630-632 : je vous en aparlerai en détail dans l’arcticle que je ferai parvenir à alain Texier.

    Si Marie-Julie Jahenny savait que le Grand Monarque appartiendra à la descendance de Louis XVII, dans son remarquable ouvrage LE SACRE DE LOUIS XVII (Editions NRF), qui m’a inspiré le titre de mon artcicle, la Princesse Amélie de Bourbons Parme a résumé très poétiquement la situation:

    –Louis XVII, figure Christique de la Révolution: on le dit mort mais personne n’a retrouvé son corps.

    • Rousseau dit :

      Au sujet du pape Pie VI, en audience publique, fin 1795, déclare:
       » Nous nous félicitons d’apprendre la délivrance du Dauphin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s