Face à la mort terrestre omniprésente « Il fallait que ces soldats d’élite puissent se confier à la Vierge »

« Il fallait que ces soldats d’élite puissent se confier à la Vierge »

Dans la cathédrale de Bordeaux , le 1er avril 2019, Mgr Antoine de Romanet a béni la statue de Notre-Dame des Forces Spéciales. Elle va accompagner ces soldats d’élite sur leurs différents terrains d’opération.

Depuis 1992, date de la création des Forces spéciales, 68 hommes ont trouvé la mort en opération ou à l’entrainement.

Issus du premier régiment parachutiste d’infanterie de marine, du quatrième régiment d’hélicoptère des forces spéciales, du treizième régiment de dragons parachutistes, des commandos marine, du GIGN (1) ou du RAID (2), ces soldats d’élite savaient qu’ils risquaient leur vie pour leur pays. La plupart d’entre eux sont disparus lors de missions secrètes à l’étranger.

Prier pour les morts et les vivants, c’est l’intuition de Benoît de Saint-Sernin, président du Cercle de l’Arbalète, une association qui fédère les équipementiers des Forces Spéciales. Pour ce catholique fervent, il fallait que ces soldats d’élite puissent se confier à la Vierge avant, pendant et après leur mission. C’est chose faite dorénavant avec la bénédiction de la statue de Notre-Dame des Forces Spéciales qui devait immédiatement rejoindre le Mali et l’opération Barkhane.

C’est une statue en résine de 45 cm haut. Elle a vocation à être une Vierge itinérante entre les unités spéciales. Elle a été conçue pour résister aux chocs et voyager dans des zones périlleuses en compagnie des nageurs de combat ou des parachutistes. Aux pieds de Notre-Dame, on peut d’ailleurs reconnaître trois soldats en uniformes : un marin, un aviateur et un terrien.

Pour les soldats, la présence de Notre-Dame des Forces Spéciales n’est pas assimilée à du « prosélytisme » mais plutôt à un accompagnement existentiel. La mort est en effet une question omniprésente pour ses troupes d’élite. Et le surnaturel devient naturel en certaines conditions extrêmes. Appartenir à un commando, c’est une école d’humilité, a expliqué Mgr de Romanet, l’évêque aux armées. Il faut apprendre à mesurer ses limites physiques et psychologiques. Il faut savoir être humble face à ses hommes, face à ses adversaires et aux événements.

(1) Le GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale) est une unité d’élite de la Gendarmerie nationale française

(2) Le RAID est une unité d’élite de la Police nationale française.

Samuel  Pruvot . Famille chrétienne.

« Une Minute avec Marie » <lettre@mariedenazareth.org>

 

 

Publicités

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Face à la mort terrestre omniprésente « Il fallait que ces soldats d’élite puissent se confier à la Vierge »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s