En hommage à Maître Louis Chiren, Maître imagier de la flotte providentialiste

Arrivée de Jeanne d’Arc à Chinon. https://montjoye.net/jeanne-darc-chateau-de-chinon

Publicités

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour En hommage à Maître Louis Chiren, Maître imagier de la flotte providentialiste

  1. Louis Chiren dit :

    Bonsoir, merci à la Charte de Fontevrault pour ce bel hommage.
    Cette illustration est magnifique.
    Pour rebondir sur l’évocation de notre grande sainte, je vous adresse un petit salut depuis Reims où je me suis rendu ce 8 août 2019.

  2. Louis Chiren dit :

    Souvenir de notre bon roi Louis XVI !

  3. Louis Chiren dit :

    La Sainte Ampoule… au palais du Tau.
    En attendant la divine surprise si Dieu le veult !

  4. Louis Chiren dit :

    La Croix d’Anjou ornant le fronton du palais du Tau, serai-ce pour le grand monarque qui en franchira le porche lui que l’on surnomme entre autre le Lorrain ?

    Vous noterez que le lys est toujours présent sur la porte monumentale.

  5. Louis Chiren dit :

    Enfin le sagittaire héritier de Chiron, déjà évoqué dans nos échanges ,https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2018/08/11/samedi-11-aout-2018-fontevristes-venez-et-voyez-les-petits-cailloux-blancs-deposes-sur-notre-chemin-par-la-providence/ surplombant la cour du palais du Tau (La Croix présente dans les armes du grand monarque) et semblant décocher sa flèche vers le roi qui s’avance vers sa destinée.

    https://i.imgur.com/rm7ZADH.jpg

  6. MA Guillermont dit :

    Cette similitude de date du 08/08 choisie par Mr Alain Texier pour vous rendre un vibrant hommage Mr Louis Chiren , en cette date donnée traditionnellement pour l’arrivée de Jeanne auprès du noble dauphin et votre choix de vous rendre ce jour , en particulier , à Reims où Jeanne conduisit le dauphin pour qu’il fut sacré , suffit à me persuader de la bonté divine de la Providence .

    Unies dans un même mouvement spirituel d’esprit et de coeur … ces deux actions ne sont pas accidentelles , elles sont ordonnées par une cause intelligente !

    En cette jeune fille dite la Pucelle voici que tout à coup , au moment où aucun espoir terrestre ne subsiste , apparait le signe d’un secours céleste .

    Comme du temps de Jeanne , » les rumeurs  » que sont les articles , les commentaires des internautes de la Charte de Fontevrault et votre si prophétique Oeuvre Chrétienne et Royale prétendent apporter à la terre de France le secours du CIEL par l’arrivée du Grand Monarque Henri V de la Croix … !

    Il n’est pas sans intérêt de rappeler qu’en un temps où plus grand monde ne croit au Ciel , cette croyance en la puissance humaine , ayant bannie et reniée Dieu , en sera réduite à la plus sombre angoisse .
    Bien à vous et à chacun(e)

    • Louis Chiren dit :

      Bonsoir madame Guillermont et merci encore et toujours pour votre éclairage tellement …céleste…
      appelons de nos vœux et de nos prières la dernière mission de sainte Jeanne d’Arc !

    • j’avais les larmes aux yeux , chère amie, en lisant votre post tout rempli d’espérance providentialiste mais, s’agissant de moi, non sum dignus.

      • MA Guillermont dit :

        Si , Monsieur , vous en êtes digne ; manifestement une blessure d’Amour …symphonie perpétuelle pour ceux qui en partagent les souffrances …

        Ste Catherine de Sienne disait :
         » la connaissance vécue de notre misère et celle de Dieu grandissent ensemble . Elles sont comme le point le plus bas et le point le plus élevé d’un cercle , qui grandirait toujours . »

        Chaque fois que nous voyons mieux nos imperfections , nos limites , nous voyons mieux aussi que Dieu à cause de son infinie sagesse et de son infinie bonté doit être aimé par-dessus tout .

      • Que le Ciel vous entende.

  7. Si le Masque de Fer descend des Princes de Mercoeur, branche Lorraino-italienne des Bourbons-Montpensier issue du Connétable de Bourbon, dont le fils survécu en… Lorraine puis en Lombardie, SAR HENRI-Louis de Bourbon-Montpensier de Sainte-Croix de Valois d’Albon DE LA CROIX, Duc de Bretagne, allias le Grand Monarque à venir, ce dernier -véritable aîné des Bourbons, peut être appelé LE LORRAIN.

  8. Si le Grand Monarque à venir, SMTC HENRI V DE LA CROIX descend par son père du Masque de Fer, son nom a une signification.

    La croix de Lorraine (appelée auparavant croix d’Anjou) est une croix à double traverse. En héraldique, on l’appelle croix archiépiscopale ou croix patriarcale : elle figure dans les blasons des archevêques, et dans l’iconographie ancienne, pour signaler cette fonction. Cette croix figurait dans la symbolique des Ducs d’Anjou devenus ducs de Lorraine à partir de 1431 (René d’Anjou 1409 † 1480). La Croix de Lorraine figurait également sur le drapeau du Reichsland d’Alsace-Lorraine, adopté par le Landtag d’Alsace-Lorraine le 25 juin 19121. Bien que légalement adopté, ce drapeau ne fut jamais reconnu par les autorités de l’empire allemand. Le 31 mai 1911, 40 ans après l’annexion, le Reichstag avait en effet fini par doter l’Alsace-Lorraine d’une constitution et d’un Landtag (de) mais lui accordant une autonomie très restreinte, le territoire étant alors toujours contrôlé directement par l’empereur et l’état-major de l’armée impériale allemande.

    Cette croix double est la forme d’un assemblage de reliques de la Vraie Croix en bois noirci. Ces reliques se trouvaient à Byzance au début du xiiie siècle, puis passèrent de Manuel Comnène à Germain († 1219), patriarche latin de Constantinople, puis à Thomas, évêque de Hiérapetra, en Crète. Celui-ci vendit les reliques au chevalier Jean d’Alluye, qui les vendit lui-même contre 550 livres tournois, en 1244, à l’abbaye de la Boissière en Anjou, protégèe par Louis I° d’Anjou. On parlait alors de Vraie Croix. Pendant la guerre de Cent Ans au xive siècle, elles furent par sécurité placées aux Jacobins d’Angers. On parla à l’époque de Croix d’Anjou. Ces reliques furent particulièrement vénérées par les ducs d’Anjou, depuis Louis Ier de Naples (1339 – 1384) qui le fit broder sur sa bannière. Ces reliques sont conservées depuis 1790 dans la chapelle des Incurables de l’hospice de Baugé (Maine-et-Loire) fondé par Anne de La Girouardière.

    D’autre part, cette Croix a remplacé très tôt la croix penchée comme emblème des rois de Hongrie et figure sur leurs premières armoiries et les monnaies hongroise à partir de Béla III (1148-1196). Par son mariage avec Marie de Hongrie, Charles II de Naples (1254-1309) fit entrer le Royaume de Hongrie et son emblème dans la maison d’Anjou-Sicile et l’on voit le roi Louis Ier de Hongrie (1326-1382) porter la Croix double sur ses armoiries. Louis Ier avait désigné comme successeur un cousin Charles III de Naples, qui fut assassiné. Jeanne II de Naples, la fille de Charles III, désigna comme héritier René Ier d’Anjou. Aujourd’hui cette croix figure non seulement sur les armes de Hongrie mais aussi sur celles de Slovaquie et sur le drapeau slovaque. Elle figure aussi sur les armes de la Lituanie, sur le bouclier du chevalier, ainsique sur le Blason du Maine-et-Loire, et sur celui de Saint-Dié-des-Vosges.

    Le roi René, petit-fils de Louis Ier d’Anjou et Duc de Bar par mariage, utilisa la Croix d’Anjou qui passa au cou des aigles support d’armes, d’où la Croix de Lorraine dans les armoiries (mais pas dans le blason) des ducs de Lorraine et son apparition en France lors de la Ligue, en tant que symbole de la famille de Guise.

    A CRUCE VITTORIA !

  9. Merci à vous, Louis Chiren. Je suis allé à Baugé en 1993 avec mon épouse.

    Dans la Chapelle de la Girouardière https://www.baugeenanjou.fr/decouverte-de-bauge-en-anjou/culture-et-patrimoine/la-vraie-croix/ est conservé un fragment de la «Vraie Croix du Christ », ramené de Terre Sainte par un croisé baugeois en 1244. Au XIVème siècle, la Croix passe sous la protection de Louis 1er d’Anjou qui l’a fait décorer de pierres précieuses et d’or. Elle devient le symbole de la famille d’Anjou.

    Cette Croix figure non seulement sur les armes de Hongrie mais aussi sur celles de Slovaquie et sur le drapeau slovaque. Elle figure aussi sur les armes de la Lituanie, sur le bouclier du chevalier, ainsique sur le Blason du Maine-et-Loire, et sur celui de Saint-Dié-des-Vosges.

    Partout où ont régné les Anjou.

    Au XVème siècle, lorsque le Roi René épouse Isabelle de Lorraine, il emporte la précieuse relique qui incarne alors l’emblème de la province de Lorraine. La Croix d’Anjou devient Croix de Lorraine. Cette Croix à deux traverses est reprise plus tard comme emblème de la France libre et de la Résistance par le Général de Gaulle, appelée alors Croix de la Libération.

    • Louis Chiren dit :

      L’ON VERRA LE PHÉNIX

      Cette œuvre est née les 5, 6, 7 et 8 août pour s’achever le 11 août 2019.
      Le cinq août honorait la dédicace de Sainte Marie aux Neiges tandis que le huit août fêtait saint Jean-Marie Vianney le saint curé d’Ars.
      Ce même huit août, je me rendais en pèlerinage à Reims sur les pas de Clovis, de saint Remy, de sainte Jeanne d’Arc et de Charles VII. Le 11 août, j’achevais enfin cette illustration dont la source prend vie dans la couronne d’épines de notre Seigneur et Roi.

      Petit clin d’œil du Ciel nous fêtions la canonisation de Louis IX le grand saint Louis le 11 août 1297. Le royaume de France gouverné alors par son petit-fils Philippe IV Le Bel faisait figure du plus puissant et du plus prospère de la chrétienté.

      Du vieux Chiren l’on verra le Phoenix
      Estre premier et dernier des fils
      Reluire en France et d’un chacun aimable
      Régner long-temps avec tous les honneurs
      Qu’auront jamais eu ses prédécesseurs
      Dont il rendra la gloire mémorable

      Ces vers rédigés par Michel de Nostre-Dame résonnent depuis un moment dans mon âme. Il semble qu’ils désigneraient Henri IV et Louis XIV mais ils pourraient tout aussi bien désigner le vert galant et son prochain successeur dont le chiffre succédera au sien.

      Pour ce qui est de cet oiseau mythique repris dans l’iconographie et la symbolique catholique. Il est à noter que sous le consulat de Paulus Fabius et de Lucius Vitellius, l’on parle du phénix en Égypte.

      Leurs charges s’étant effectuées à la fin du règne de Tibère vers l’an 34, ceci coïncide étonnamment avec le passage du Christ et sa résurrection, voyant le début de l’Église.

      Dans les mythologies orientales le phénix « né de lui-même ». L’oiseau est lié au soleil et au cycle de la vie.

      C’est un oiseau unique : » unica semper auis » disent Ovide et Lactance. Étant capable de se régénérer sans rapport sexuel il devient un modèle de sainteté solitaire et est évoqué dans les textes traitant de la virginité.

      Père et fils s’engendrant lui-même, unique, immortel, vierge, le phénix est une figure employée par la théologie sur la génération divine. Il s’ajoute à la foi en la résurrection et l’idéal ascétique de la virginité consacrée.

      C’est ainsi qu’il est devenu la figure éminente de la résurrection du Christ mais également celle de la résurrection personnelle de chaque homme. Il annonce aussi la renaissance des saints à la fin des temps.

      C’est à coup sûr l’oiseau de l’espérance car si son évocation émerge de la nuit des temps, il ne cesse de renaître dans l’imaginaire des civilisations qui se succèdent.

      Le christianisme a trouvé en lui le moyen de développer toutes les vertus qu’il enseigne dépassant les incertitudes des enseignements antiques.

      L’oiseau de l’espérance en la résurrection des morts, en une vie éternelle. Il regroupe la naissance, la vie et la mort, expériences que fera tout homme dans ce bref passage sur terre.
      Au travers de toutes ses renaissances, le phénix est le messager du ressuscité qui nous attire à lui pour embrasser la vie éternelle. Rappelons au passage que l’oiseau dans la symbolique catholique représente l’âme.

      La couronne d’épines comme je l’évoquais est à la naissance de l’œuvre, des flammes de vie en sortent symbolisant la puissance divine. Juste au-dessus une couronne royale émanant de sa générosité pour ses créatures s’inspire de celle qui fut détruite par la convention nationale et que l’on nommait la couronne de saint Louis.
      Elle abritait une épine de la sainte couronne placée sous une pierre précieuse. Cette couronne reliquaire présente jusqu’à la révolution dans les regalia était portée en procession lors des messes solennelles de nos rois.

      Participant à ce principe de résurrection, symbolisés par la couronne du Christ et par le phénix dont les vertus ont été exposées plus haut, cette couronne renferme notre espérance dans cette action royale que Dieu remettra si telle est sa sainte volonté entre les mains de cet héritier de saint Louis qui pour la dernière fois relèvera la fille aînée de l’Église avant que le Maître ne revienne pour juger les vivants et les morts.

      Nous pourrions mettre un mot sur chacune des trois figures représentées en commençant par la couronne d’épines comme le disait notre Seigneur : JE SUIS, la Voie, la Vérité, la Vie.

      Le V de la Victoire se détachant implicitement, nous pourrions penser que les étendards du roi s’avancent.

      https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/l-on-verra-le-phenix

  10. Oui, INRI anonce HENRI…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s