L’Ordre du Brassard de Bordeaux (1814-1830)

L'Ordre du brassard de Bordeaux....

  André Souyris-Rolland https://data.bnf.fr/fr/11925290/andre_souyris-rolland/ a classé cet insigne en cinquième place dans les Ordres français.

Le n° 1 étant l’Ordre Royal, Impérial et National de la Légion d’Honneur.

Le n° 2 l’Ordre Royal et Militaire de Saint-Louis (1693-1830).

Le n° 3 l’Ordre du Mérite Militaire (1759-1830).

Le n° 4 l’Ordre du Lys (1814-1830).

Le n° 5 l’Ordre du Brassard de Bordeaux (1814-1830).

Le n° 6 l’Ordre de la Fidélité (1816-1830).

« Créé le 12 juillet 1814 par le Duc d’Angoulême sous le titre d’  »Ordre du Brassard de Bordeaux » (approuvé par Louis XVIII le 6 septembre 1814) pour récompenser les partisans royalistes qui s’étaient  »déclarés » antérieurement pour préparer la mise en place du pouvoir royal. Ils étaient venus escorter le duc et la duchesse d’Angoulême lors de leur entrée à Bordeaux le 12 mars 1814 *.

Le 12 mars 1814

 Bordeaux « déclare » le roi

* https://www.vexilla-galliae.fr/civilisation/histoire/il-y-a-deux-cents-ans-bordeaux-declare-le-roi/

Insigne : à l’origine, un brassard de soie blanche, bordé de vert avec franges d’argent, portant un écusson, dans lequel était brodée la date du  »12 mars 1814 ». 

2ème modèle : Un brassard en basin blanc côtelé, portant un large soleil aux rayons en fils et paillettes d’or. Le centre du soleil est occupé par un médaillon en or au centre duquel l’on trouve sur fond d’émail blanc les initiales LL, dos à dos et entrelacées. Une jarretière en émail vert portant l’inscription  »BORDEAUX 12 MARS 1814 » forme le pourtour du médaillon. Le brassard se laçait avec un cordonnet ayant un gland d’or à chaque extrémité.

Nota : Il n’y a eu que 275 volontaires Royaux à recevoir ce brassard. N’ayant pas eu l’occasion de le porter, la plupart d’entre-eux négligèrent de se procurer un tel insigne couteux…. (ce qui explique son extrême rareté).

3ème modèle : Ce brassard fut rapidement remplacé par une véritable  »décoration » représentant le centre du brassard et suspendu a un ruban vert ayant une raie verticale blanche sur chaque bord.

Elle consiste en un soleil d’or, double face, surmonté d’une couronne d’or et portant au centre, les deux initiales LL. En or sur fond d’émail blanc entouré de l’inscription ci-dessus.

  On en connaît trois modules : 33mm, 29mm et 25mm (hauteur).

L'Ordre du brassard de Bordeaux....

Attribution : Cette  »décoration » fut réservée aux membres de cette Garde Royale qui figuraient, dès la fin de 1813 (six mois avant la première abdication de l’Empereur) sur les registres clandestins du colonel Taffard de Saint Germain comme  »royalistes sûrs et secrètement armés ».

Comme pour l’Ordre du Lys et l’Ordre de la Fidélité, le récipiendaire doit prêter le fameux serment de fidélité au Roi, ce qui en fait un Ordre.

Le brevet, qui décernait la  »décoration » fut délivré aux officiers et gardes, d’une façon très stricte, après que les titulaires aient, bien entendu prêté le serment.

Le Brassard de Bordeaux fut une des rares distinctions dont le port resta autorisé par l’Ordonnance du 16 avril 1824. »

http://chemins-secrets.eklablog.com/l-ordre-du-brassard-de-bordeaux-a151327568

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Légitimiste, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour L’Ordre du Brassard de Bordeaux (1814-1830)

  1. Attention à ne pas commettre l’erreur habituelle dans ce domaine phaléristique : NI LE LYS NI LE BRASSARD DE BORDEAUX NI LA FIDELITE ne furent jamais institués par les autorités de la Restauration comme des ORDRES mais comme des DECORATIONS.
    La Décoration du Lys par exemple fut à tort souvent appelée Ordre du Lys. Pourtant, force est de constater que tous les textes officiels font mention de « décoration » et non « d’Ordre ». Même si à partir de 1824, elle fut contrôlée par la Grande chancellerie de la Légion d’honneur ; il n’y avait ni Grand Maître, ni chancellerie spécifique. Malgré cela, aujourd’hui encore, nombreux sont les ouvrages et les catalogues spécialisés dans les décorations, qui la dénomme « Ordre du Lys ». Pour l’anecdote, citons le cas de certains titulaires qui se firent appeler « Chevalier du Lys », mais furent rapidement tournés en dérision par des plaisantins qui les appelèrent alors « Compagnon d’Ulysse »…
    Enfin, il est probable que l’on doit l’appellation d’Ordre du Lys à des monarchistes, qui voulurent de ce fait, rehausser le prestige de cette décoration, qui était remise aux gardes nationaux après avoir prêté le serment suivant : « Je jure fidélité à Dieu et au Roi pour toujours. » Mais SEULS LES GARDES NATIONAUX étaient astreints au serment, qu’ils prononçaient, en général, collectivement lors de la remise de l’insigne.
    Idem pour la Décoration du Brassard de Bordeaux et la Décoration de la Fidélité. Alors, de grâce, ne nous trompons pas en les confondant avec…les Ordres du Roi.

  2. xavier dit :

    (1) Ce que vous dites est inexact.
    Vous devriez consulter les Ordres et Décorations de Souyris-Rolland.
    Ce sont des ordres, car ils obligent le récipiendaire à prêter serment au Roi.
    D’ailleurs cet ouvrage a été validé par le Grand Chancelier de la Légion d’Honneur.
    Maintenant vous pouvez toujours faire part de vos observations au Grand Chancelier, des fois qu’il serait dans l’erreur.

  3. xavier dit :

    (2) C’est pourtant simple, il existe trois catégories dans les insignes.
    Les Ordres, qui exigent un serment.
    Les décorations, qui matérialisent un acte personnel de courage au combat, une conduite exemplaire pendant une longue période, mais aucun serment n’est exigé.
    les médailles, qui commémorent une campagne, une bataille, c’est un insigne commémoratif, aucun serment n’est exigé.

  4. xavier dit :

    (3) En plus, Souyris-Rolland http://www.bertrand-malvaux.com/fr/p/23230/souyris-rolland-guide-des-ordres-decorations-et-medailles-militaires-1814-1963.html vous l’explique… ce ne peut être plus clair.
    « Comme pour l’Ordre du Lys et l’Ordre de la Fidélité, le récipiendaire doit prêter le fameux serment de fidélité au Roi, ce qui en fait un Ordre ».

  5. Désolé d’insister mais tout ce qui précède n’est que calembredaine. Le serment, en particulier, n’a jamais été l’élément distinctif entre un ordre et une décoration sauf, peut-être, pour les ordres de chevalerie. Mais, quoi qu’il en soit, si vous aviez un tant soi peu raison nous trouverions la mention « ordre » (du Lys, de la Fidélité ou du Brassard) dans l’un ou l’autre des textes officiels portant création…de ces décorations. Or, il n’en est rien. A aucun moment ne figure cette mention, ni dans les documents du comte d’Artois, ni dans ceux du roi Louis XVIII. Si vous en trouvez, n’hésitez pas à nous les montrer !

Répondre à conseilesperanceduroi Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s