Un antique pèlerinage vers Rome candidat au patrimoine mondial de l’Unesco


27 AOÛT, 2019

PROVENANCE: FSSPX.NEWS

Un réseau de routes et chemins de pèlerinage reliant le Nord de l’Europe à Rome pourrait être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco dans les prochaines années. La France, l’Italie, la Suisse et le Royaume-Uni devraient déposer leur dossier de candidature d’ici 2020. 

La Via Francigena – ou Voie qui provient de France – est une importante voie de pèlerinage médiéval dont l’histoire remonte à plus de mille ans, lorsque Sigéric, archevêque de Cantorbéry, https://fr.wikipedia.org/wiki/Sigéric_de_Cantorbéry  fit en 990 le voyage à Rome afin de recevoir le pallium des mains du pape Jean XV. Ayant débarqué à Calais, il passa par Arras, Laon, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon, Pontarlier, Lausanne, Saint-Maurice, le col du Saint-Bernard, Aoste, Verceil, Pavie, Plaisance, Lucques, Sienne, Viterbe avant de gagner la capitale de la chrétienté. Le prélat avait profité du retour – un parcours de près de 1 700 kilomètres – pour consigner les 79 localités où il fit étape avant de rejoindre Cantorbéry, son siège épiscopal : 48 en Italie, 7 en Suisse, 24 en France. 

En 1994, la Via Francigena a été déclarée « itinéraire culturel européen » par le Conseil de l’Europe. Avec environ 40 000 marcheurs en 2016, la Via Francigenaconnaît depuis un quart de siècle un regain de fréquentation. 

L’Italie, le 24 janvier 2019, a inscrit la Via Francigena sur la liste des propositions pour le patrimoine mondial devant être examinée par l’Unesco : si la proposition est acceptée, « ce sera la reconnaissance et la consécration d’un parcours antique et important », se réjouit d’avance Francesco Ferrari, l’un des parrains du projet. 

https://fsspx.news/fr/un-antique-pelerinage-vers-rome-candidat-au-patrimoine-mondial-de-unesco-50120

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Catholique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Un antique pèlerinage vers Rome candidat au patrimoine mondial de l’Unesco

  1. conseilesperanceduroi dit :

    Pardonnez-nous de devoir le rappeler : voici ce que publiait le blogue du CER le 23 mai 2012 (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2012/05/23/et-si-le-cer-ressuscitait-la-route-des-francs/) :

    Et si le CER (Conseil dans l’Espérance du Roi) ressuscitait la Route des Francs « VIA FRANCIGENA »?

    23 MAI 2012

    La voie des Français (route des Francs) existe depuis le dixième siècle, inaugurée en 990 par Sigéric, archevêque de Cantorbery pour se rendre à Rome. Mais elle est mieux connue sous le nom de « VIA FRANCIGENA ». Depuis ce temps, elle est devenue une importante voie de pèlerinage, tout comme les chemins de Compostelle. Elle s’étire  sur 1700 km environ, de Cantorberry à Rome en passant par de nombreuses villes d’Europe: Arras, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon et Pontarlier, en France, Lausanne, Saint-Maurice et le col du Grand-Saint-Bernard, en Suisse, Aoste, Ivrée, Verceil, Pavie, Fidenza, Lucques, Poggibonsi, Sienne, Bolsene et Viterbe, en Italie, pour finir bien sûr à Rome.

    Cette voie, un peu oubliée pendant trop longtemps, reprend vie depuis quelques années grâce à l’action de l’Association Via Francigena *, aidée par le Conseil de l’Europe. Elle est désormais balisée et peut se pratiquer à pied ou en bicyclette. Mais il faut reconnaître qu’elle reste, à la différence des chemins de Compostelle, encore assez confidentielle. Et pourtant ! Quel plus beau pèlerinage que celui de Rome et du tombeau de Saint-Pierre, à part celui des Lieux saints ?

    Le Conseil dans l’Espérance du Roi lance un appel à tous ceux que l’idée d’un nouvel essort de la Route des Francs pourrait séduire. Il propose d’en faire une MARCHE, acronyme de marche pour l’affirmation des racines chrétiennes et humanistes de l’Europe. Cette marche partirait symboliquement de Reims, lieu du sacre des rois de France, pour se rendre et se recueillir à Rome, sur le tombeau de Saint-Pierre. Mais, comme on peut l’imaginer facilement, un tel projet comporte quelques difficultés de réalisation et ne saurait s’envisager sans connaître ses réelles chances de succès. Alors, manifestez-vous. Donnez votre avis. Faites vos propositions. Tout sera soigneusement étudié. Et que « Vexilla Regis prodeunt » !

    Jean-Yves Pons

    le 23 mai 2012.

    Nous récidivions le 29 juillet 2013 (https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2013/07/29/bulletin-climatique-quotidien-29-juillet-2013-de-la-republique-francaise/). Ce n’est pas hier non plus :

    BULLETIN CLIMATIQUE QUOTIDIEN (29 juillet 2013)…DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE.

    …/…

    Ressuscitons  la route des Francs

    la VIA FRANCIGENA

    La voie des Français (route des Francs) existe depuis le dixième siècle, inaugurée en 990 par Sigéric, archevêque de Cantorbery pour se rendre à Rome. Mais elle est mieux connue sous le nom de « VIA FRANCIGENA ». Depuis ce temps, elle est devenue une importante voie de pèlerinage, tout comme les chemins de Compostelle. Elle s’étire  sur 1700 km environ, de Cantorberry à Rome en passant par de nombreuses villes d’Europe: Arras, Reims, Châlons-en-Champagne, Bar-sur-Aube, Langres, Besançon et Pontarlier, en France, Lausanne, Saint-Maurice et le col du Grand-Saint-Bernard, en Suisse, Aoste, Ivrée, Verceil, Pavie, Fidenza, Lucques, Poggibonsi, Sienne, Bolsene et Viterbe, en Italie, pour finir bien sûr à Rome.

    Cette voie, un peu oubliée pendant trop longtemps, reprend vie depuis quelques années grâce à l’action de l’Association Via Francigena *, aidée par le Conseil de l’Europe. Elle est désormais balisée et peut se pratiquer à pied ou en bicyclette. Mais il faut reconnaître qu’elle reste, à la différence des chemins de Compostelle, encore assez confidentielle. Et pourtant ! Quel plus beau pèlerinage que celui de Rome et des tombeaux de Pierre et de Paul, à part celui des Lieux saints ?

    Le Conseil dans l’Espérance du Roi lance un appel à tous ceux que l’idée d’un nouvel essort de la Route des Francs pourrait séduire. Il propose d’en faire » La MARCHE « , acronyme de Marche pour l’Affirmation des RacinesChrétiennes et Humanistes de l’Europe. Mais aussi pèlerinage pour supplier le Seigneur et ses apôtres d’accorder à la France qu’elle retrouve son Roi et puisse ainsi redevenir la Fille aînée de l’Eglise.

    Cette marche devrait partir symboliquement de Reims, ville du sacre des rois de France, pour se rendre et se recueillir à Rome. Mais on peut l’imaginer sur des trajets plus courts et la fractionner pour découvrir avec plus d’intensité tel ou tel territoire de France, de Suisse ou d’Italie.

    Donnez  nous votre avis. Faites vos propositions. Tout sera soigneusement étudié. Et que « Vexilla Regis prodeunt » ! **

    * http://www.francigena-international.org/newsite/index.php?lang=fr

    ** Nous vous recommandons la lecture du livre de Jean-Yves Grégoire intitulé Le chemin de Rome, Via Francigena

    160 pages, 13,5 x 21, Isbn : 978-2-84182-429-8, 19,90 euros

    Le 29 juillet 2013.
    Jean-Yves Pons, CJA.

    Il n’y a pas qu’à l’ex-Samaritaine que l’on trouve tout. Il y a aussi le blogue du CER !

  2. Ping : À propos de la Via Francigena. | conseil dans l'espérance du roi

  3. Mais il n’y pas d’offense cher Régent, les bonnes nouvelles ne seront jamais assez fréquemment relayées.

  4. Mais il n’y pas d’offense cher Régent, les bonnes nouvelles ne seront jamais assez fréquemment relayées.
    J’ajoute que ce qui sui est nouveau …. et pour cause.
    « Un réseau de routes et chemins de pèlerinage reliant le Nord de l’Europe à Rome pourrait être inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco dans les prochaines années. La France, l’Italie, la Suisse et le Royaume-Uni devraient déposer leur dossier de candidature d’ici 2020« .

  5. conseilesperanceduroi dit :

    Belle opportunité pour la Charte de Fontevrault et le Conseil dans l’Espérance du Roi (CER) associés.
    Bravo en tout cas à la FSSPX d’avoir relancé ce sujet, même si c’est bien longtemps après notre première publication de mai 2012 ! Il n’est jamais trop tard pour bien faire…
    Une suggestion cependant : et si nous leur offrions un abonnement à nos publications ? Peut-être perdraient-ils moins de temps avant de se saisir des sujets d’importance.

  6. el vago dit :

    Ce pèlerinage passe également par la petite ville de Corbeny entre Laon et Reims, où se trouve l’oratoire de saint Marcoul. c’est à Corbeny que les rois allaient juste après le sacre, pour prier saint Marcoul, puisque c’est grâce à ce saint que Dieu a accordé aux rois de France le pouvoir de guérir les écrouelles.
    Juste avant d’arriver sur Reims, ces chers pèlerins qui sont de plus en plus nombreux et de toutes nationalités passent par ce petit village, que cette nouvelle artère se vivifie, tout cela est très beau de signification, mais cela le serait encore plus, si ces chers pèlerins connaissaient eux aussi tout cela.

  7. Nos Chansons de Geste ont préparé les esprits aux Croisades. Charles Martel, à Poitiers. Charlemagne, en Espagne.

    En vérité de tels récits ne devaient-il pas exalter la Foi et enflammer les imaginations de tous les Seigneurs du Moyen Âge qui ne rêvaient que beaux coups d’épée et combats héroïques ?

    Depuis longtemps déjà les pèlerins étaient nombreux qui allaient à Rome, puis de Rome à Jérusalem et qui, à leur retour, le soir, pendant les longues veillées d’hiver contaient leurs aventures et décrivaient avec enthousiasme les Lieux Saints et la Cité Eternelle, les émotions de leur âme au Saint Sépulcre, la splendeur des monuments, des sites, de la végétation luxuriante, des forêts de cèdres et aussi le miroitement, le chatoiement et l’éclat des étoffes et des oeuvres d’art orientales et des bijoux romains comme des reliques. Combien, à ces récits, rêvaient d’y partir à leur tour !

    L’un des contemporains, Guibert, abbé de Nogent, racontant tant d’exploits donna comme titre à sa chronique : « Gesta Dei per Francos ». Il ne pouvait mieux dire. En entraînant le monde chrétien à la délivrance des Lieux Saints, la France et nos Rois avaient écrit l’une des plus belles pages de notre histoire et, une fois de plus, accompli les Gestes de Dieu.

    Ainsi, l’âme Française qui n’avait voulu travailler que pour Dieu fit «du nom de Français et du nom de Chrétien deux synonymes toujours vivants au coeur des Orientaux». Après les Croisades, la Via Francigena demeura la Route des Francs pour aller en pèlerinage à Rome.

    Le retour des «pèlerinages» dans les anciens sanctuaires sauvera la vieille Europe du «tourisme religieux» qui a défiguré le sacré.

    La ligne de Saint Michel (Deus escreve certo por linhas tortas) et de nombreuses vias sacras ne sont pas le fruit du hasard…

    Vexilla Regis prodeunt…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s