La révolution française de Robert Enrico et de Richard T. Heffron (1989)

La Faute à Rousseau. dimanche 02 décembre 2018

Patrimoine cinématographique • La révolution française

Le procès du Roi 

Par Pierre Builly

La révolution française de Robert Enrico et de Richard T. Heffron (1989)

Les buveurs de sang 

C’est la Mission de commémoration officielle de 1789 qui, deux siècles après La révolution française a commandé à deux réalisateurs, le français Robert Enrico (Les aventuriers, Le vieux fusil) et plus bizarrement à un Étasunien, Richard T. Heffron une longue fresque en deux époques, Les années lumière et Les années terribles

71MtHt8N3SL._SY445_.jpg

Craignant que le film soit un panégyrique bêlant, je ne l’avais pas vu à l’époque. Je l’ai enregistré un jour par hasard sur une chaîne de télévision et, le regardant, j’ai été tout de suite heureusement surpris. Mais – malédiction ! – mon enregistrement s’arrêtait malencontreusement au milieu des Années terriblesavec le départ de la Reine vers l’échafaud le 16 octobre 1793. Autant dire que je n’avais pu voir, après cette immolation, ce qui m’aurait fait plaisir : le découpage sur ce même échafaud de toutes les canailles dont trop de nos places et nos rues portent le nom. Car il y a, en France des rues Danton, Robespierre et même Marat (oui, des rues Marat : à Ivry sur Seine et à Decines, dans la banlieue lyonnaise ; pourquoi pas des rues Alfred Goebbels ou Heinrich Himmler du côté de Stuttgart et de Munich ?)… 

Heureusement, le DVD existe qui permet de rattraper les balourdises et de découvrir un film de six heures qui, sans être une œuvre de propagande me paraît montrer assez bien la logique implacable du déroulement des événements, de l’entraînement vers la Terreur des apprentis sorciers. Sans doute le film, qui aurait dû alors s’enfler dans des dimensions trop importantes, ne peut naturellement pas évoquer les vingt dernières années de l’Ancien régime, marquées par l’effort désespéré de briser les rigidités et les blocages du pays (réformes Maupéou de 1771) et la coalition contre nature de la bourgeoisie, classe montante et de la noblesse, classe figée. (On voit bien avec le regard d’aujourd’hui que réformer la France a toujours été aussi compliqué). C’est dommage, d’une certaine façon, parce que la Révolution paraît surgir ex nihilod’un mécontentement presque conjoncturel (les très mauvaises récoltes des années 87/88/89), alors qu’elle émerge des fariboles idéologiques des Encyclopédistes et de l’avidité des marchands. 

Dès la mise à sac des Tuileries, en août 1792 et le carnage de la garde suisse, on voit bien qu’il y a de la part des Révolutionnaires une course effrénée vers l’effusion de la plus grande quantité de sang : Faites tomber 100.000 têtes, et la Révolution sera sauvée comme dit plaisamment Marat (Vittorio Mezzogiorno). 

desmoulins_robespierre.jpg

Le deuxième segment du film montre de façon très convaincante l’engloutissement, la course à l’abîme de tous ces fous furieux qui ont déchaîné les enfers et qui seront tous, ou presque, avalés par leur folie. Si la terreur cesse, tout ce que nous avons construit s’écroulera !assène Robespierre (Andrzej Seweryn) à Camille Desmoulins (François Cluzet) (photo) qui commence – bien tard ! – à s’inquiéter des flots de sang versés. Et Desmoulins, brusquement conscient, éveillé du cauchemar Peut-être n’avons-nous rien construit : c’est juste un rêve… 

Un rêve d’épouvante : horreur des Massacres de septembre, des prisonniers égorgés, éventrés, poignardés, saignés dans les cellules qui en portent encore aujourd’hui la marque comme à la prison des Carmes, rue de Vaugirard à Paris ; horreur des exécutions publiques place de la Concorde, de l’échafaud en perpétuel fonctionnement devant la foule avide, béate d’admiration devant le spectacle (ne noircissons pas trop le tableau : je gage qu’elle le serait à nouveau, ravie et complaisante, si ces holocaustes étaient à nouveau pratiqués).

revolution-francaise-1989-15-g.jpg

Horreur du sang, horreur de la haine : le chef des Enragés, Hébert (Georges Corraface) tentant d’accuser la reine Marie-Antoinette (Jane Seymour) d’avoir perverti et pollué le Dauphin Louis-Charles (Sean Flynn)… Abomination de ces gens… Au fait je lis sur Wikipédia que Dans les années 1980, la municipalité (alors socialiste) d’Alençon (…) a discrètement nommé en l’honneur de Hébert une cour piétonnière donnant accès à un groupe de maisons anciennes rénovées au centre du vieil Alençon, entre la Grande-Rue, la rue des Granges et la rue de Sarthe. Cette cour Jacques-René Hébert n’est signalée sur aucun plan de la ville. Il y a des canailles qui n’ont pas le courage de leurs immondes fiertés. 

Des apprentis sorciers, donc. Des envieux et des aveugles qui ouvrent la boîte de Pandore et, pour le bonheur d’un peuple mythique (ce brave populo qui marche à tout et qui se fera consciencieusement massacrer pendant les guerres sanglantes de l’Empire) inventent, à la fin du siècle le plus civilisé de notre histoire, la loi des suspects et le premier génocide systématique, celui des Vendéens. 

original-12598-1434028659-6.jpg

La révolution française fait malheureusement un peu l’impasse sur ce dernier point et ne l’évoque qu’allusivement, ce qui est bien dommage. Mais comment ne pas se féliciter de voir enfin évoqués les massacres de Septembre (92) leur sauvagerie, les bandes de canailles et de poissardes assassinant des prisonniers et demandant toujours plus de sang, le procès du Roi, ses dernières paroles d’apaisement couvertes par le roulement des tambours ordonné par l’infernal Santerre (Marc de Jonge), encore une de ces canailles dont une rue de Paris porte le nom ; et la merveilleuse, lumineuse idée d’avoir confié à Christopher Lee (photo) le rôle de Sanson ! Qui d’autre pouvait mieux incarner le bourreau que le plus grand des buveurs de sang du cinéma, immortel Dracula ? 

Au fait, comment ne pas s’interroger sur l’esprit de cette Révolution française, financée dans les cadres du bicentenaire de 1789 ? Manifestement, compte tenu de l’éclat et de la qualité de la distribution, les moyens n’ont pas manqué à Robert Enrico et Richard T. Heffron (au fait, pourquoi cet inconnu ?). Et personne, au sommet de l’État, n’a lu le scénario, si manifestement contre-révolutionnaire ? 

À moins que le président François Mitterrand, dont la jeunesse fut proche de L’Action française et qui avait pour la monarchie l’inclination de tous ceux qui connaissent un peu notre Histoire, n’ait voulu, en pied-de-nez qui lui ressemblerait assez, montrer le peu de goût qu’il avait pour l’affreuse période de la Terreur…   

515Sd3oh4QL.jpg

Le coffret DVD est d’un prix abordable, autour de 20 € et il vaut la peine de le posséder, de le diffuser, de le recommander, de le prêter pour que chacun puisse voir les affreuses origines de notre bel aujourd’hui, les crimes sur quoi il s’est constitué et les impostures sanglantes qui le fondent…..

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Limites de la république, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s