Le jour de la Toussaint, Macron souhaite une bonne fête… aux Algériens . Toujours ce rejet de la France éternelle.

Le 1er novembre 1954, Guy Monnerot tombe sous les balles du FLN, la guerre d’Algérie débute   

Le 1er novembre 2019 , Emmanuel Macron a adressé ses « vœux les plus sincères »… aux Algériens. En ce jour de la Toussaint pour les catholiques, le président français a préféré célébrer la fête de la révolution algérienne. Ce jour, qui marque le début de la « guerre d’indépendance » contre la France, est aussi appelé la « Toussaint rouge », en raison des attentats commis par le FLN (Front de libération nationale) contre les Français, en 1954. 

Emmanuel Macron

@EmmanuelMacron

Pour la fête nationale algérienne, j’adresse mes vœux les plus sincères au peuple algérien et rends hommage à son esprit de responsabilité en cette période cruciale pour son avenir. Je souhaite que nos amis algériens relèvent par le dialogue, en toute liberté, les défis futurs.

10 morts et plusieurs blessés dans des attentats

« Pour la fête nationale algérienne, j’adresse mes vœux les plus sincères au peuple algérien et rends hommage à son esprit de responsabilité en cette période cruciale pour son avenir », a tweeté le président, en référence à la prochaine élection présidentielle, qui aura lieu le 12 décembre prochain. « Je souhaite que nos amis algériens relèvent par le dialogue, en toute liberté, les défis futurs », a-t-il ajouté. Si cette date symbolise un jour de gloire pour les Algériens, elle représente aussi un jour funeste pour la France. En effet, en ce 1er novembre 1954, la guerre d’indépendance est lancée par soixante-dix attentats, qui font dix morts, dont quatre militaires, un instituteur, un garde forestier et un chauffeur de taxi, et plusieurs blessés en une trentaine de points du territoire algérien, alors sous administration française.

https://www.bvoltaire.fr/fete-nationale-algerienne-le-tweet-de-la-honte-demmanuel-macron/

Et pourtant :

Trente ans après la fin des hostilités, on répète des chiffres de morts non vérifiés – 1 500 000 par exemple -, par ignorance, par paresse ou par désinvolture face à la vérité.

Le nombre des victimes de la guerre d’Algérie reste encore incertain. Le moins mal connu est le chiffre des pertes militaires françaises : près de 25 000 morts, dont 15 500 au combat ou par attentat, 65 000 blessés et 485 disparus. Le nombre des civils français d’Algérie victimes du terrorisme est connu, lui aussi, avec précision : 2 788 tués, 7 541 blessés et 875 disparus. En revanche, le nombre des « Européens » enlevés après le 19 mars 1962 est sujet à controverse, allant – selon le gouvernement français – de 3 018 civils disparus du 19 mars au 31 décembre 1962 (sur lesquels 745 ont été retrouvés) jusqu’à 9 000 selon certains. Encore plus malaisé à préciser, le nombre des supplétifs algériens – les harkis – qui ont été tués soit pendant la guerre soit au cours de l’épuration qui a suivi la guerre : les estimations varient de 30 000 à 150 000. Au demeurant, le chiffre le plus débattu reste celui des musulmans tués pendant la guerre.

Les Algériens parlent encore aujourd’hui .

https://www.lhistoire.fr/guerre-dalg%C3%A9rie-combien-de-morts

Et aussi :

Bilan des pertes de la guerre d’Algérie                                                  https://felina.pagesperso-orange.fr/doc/alg/pertes.htm

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites mémoriels, Limites de la république, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le jour de la Toussaint, Macron souhaite une bonne fête… aux Algériens . Toujours ce rejet de la France éternelle.

  1. Richard dit :

    Cet homme est vraiment inquiétant !

  2. Honteux : Emmanuel Macron célèbre la Toussaint… rouge !

    [Communiqué du 2 novembre 2019]

    Hier, Emmanuel Macron n’a publié aucun tweet à propos de la fête de la Toussaint. Il a en revanche jugé utile de publier un message saluant la « fête nationale » algérienne, et a ainsi participé à la commémoration de l’assassinat de 10 personnes – dont 8 Français – par le FLN.

    La date choisie pour cette célébration en Algérie est en effet loin d’être anodine, ou neutre. Considérée comme le début de la « révolution » contre la présence française, elle vient commémorer la première vague d’attentats du FLN le 1er novembre 1954, connue sous le nom de « Toussaint rouge » ou « Toussaint sanglante ». Ce jour, 8 Français (dont 4 soldats) et 2 musulmans considérés comme fidèles à la France furent assassinés. L’historien et philosophe Raymond Aron a livré un récit poignant de l’assassinat de deux jeunes instituteurs, Guy et Janine Monnerot. Mariés depuis à peine deux mois et venus enseignés volontairement en Algérie, ils furent abattus et abandonnés agonisant sur le bord d’une route des Aurès, une semaine après leur arrivée de métropole…

    Ce n’est malheureusement pas la première fois qu’Emmanuel Macron démontre sa médiocre connaissance de l’histoire de la présence française en Algérie et le peu de considération qu’il éprouve à l’égard des pieds-noirs, de leur histoire, de leur mémoire et de leurs souffrances. On se souvient notamment qu’en 2017, en pleine campagne présidentielle, lors d’une visite en Algérie, il avait qualifié la colonisation de « crime contre l’humanité » et de « barbarie ».

    La célébration de la « fête nationale » algérienne, et donc de la « Toussaint rouge » par le Président de la République française est une insulte aux 10 morts du 1er novembre 1954. Encore davantage qu’un scandale, c’est une honte.

    Philippe VARDON
    Candidat à la mairie de Nice
    Membre du Bureau national du RN
    Vice-président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s