Corona virus. Le point de vue -distancié- de Royauté News

Article publié la première fois à 20 h le 17 mars

« Etat d’exception », titre L’Humanité. « Une Guerre du troisième Type », pour Yves Thréard du Figaro.

« La seule solution pour éviter une catastrophe sanitaire était d’obliger à se calfeutrer. A l’ère des hyperconnexions, ce n’est pas la fin du monde.« 

Oui, sauf que… « une vague immense de nouveaux patient » doit être attendue dans des hôpitaux déjà bondés. Et que dimanche, Macron déclarait : « nous allons nous promener, faire nos courses… »

Nous n’aimons pas la méthode, qui sent trop la tentation brune. Et c’est trop ou trop peu. La Chine, elle, a réussi à surmonter la crise mais sans siffloter un mois. Il en va toujours ainsi chez les esprits faibles. Le réflexe dictatorial en est d’autant plus raide que l’on n’a pas su se décider.

Nous avons fait un tour, muni de notre cape d’invisibilité, pour nous apercevoir que malgré le ton et les méthodes dramatiques, le « confinement de polichinelle » était surtout un concours de trous!

Pour l’instant, faisons face, suivons les consignes. Les comptes, plus tard!

Nos conseils : écrivez à vos parents, vos amis. Sur le papier le virus ne survit que quelques heures. Faites-vous un masque (voir notre article de l’autre jour; la partie en plastique attachée aux lunettes est facultative), désinfectez : savon d’Alep, savon Nobacter (en pharmacie), etc. Nous nous retrouverons d’ici quelques jours.

http://royaute-news-archives.eklablog.com

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Limites de la république, Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Corona virus. Le point de vue -distancié- de Royauté News

  1. Un effet secondaire important de cette nouvelle « dictature sanitaire » qui se répand dans le monde entier est l’interdiction croissante et sans compromis de toute forme de culte public. La situation actuelle de l’interdiction du culte public à Rome ramène l’Église à l’époque d’une interdiction analogue du culte chrétien émise par les empereurs romains païens au cours des premiers siècles.

    Les clercs qui osent célébrer la sainte messe en présence des fidèles dans de telles circonstances pouvaient être punis ou mis en prison. La « dictature sanitaire » mondiale a créé une situation qui respire l’air des catacombes, d’une Église persécutée, d’une Église souterraine, surtout à Rome. Le pape François, qui le 15 mars, à pas solitaires et hésitants, a parcouru les rues désertes de Rome dans son pèlerinage depuis l’image du « Salus populi Romani » dans la basilique de Sainte-Marie-Majeure jusqu’à la Croix miraculeuse dans l’église de San Marcello, véhiculait une image apocalyptique. Elle rappelait la description suivante de la troisième partie du secret de Fatima (révélée le 13 juillet 1917) : « Le Saint-Père traversa une grande ville à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d’un pas vacillant, affligé de souffrance et de peine, se dirigera vers la Croix de son Calvaire. »

    Comment les catholiques doivent-ils réagir et se comporter dans une telle situation ?
    https://www.renaissancecatholique.org/mgr-schneider-nous-livre-le-sens-surnaturel-de-lepidemie-du-coronavirus/

    • Louis Chiren dit :

      Le virus couronné

      Cette œuvre a vu le jour le 22 mars 2020. Nous fêtions le dimanche de laetare où nous pouvions entendre le texte saint ci-dessous.

      Évangile selon saint Jean 6, 1-15
      En ce temps-là, Jésus s’en alla de l’autre côté de la mer de Galilée, qui est celle de Tibériade ; une grande foule le suivait, parce qu’ils voyaient les signes qu’il opérait sur les malades. Jésus monta donc sur la montagne et là il s’assit avec ses disciples.
      La fête juive de la Pâques était proche.
      Jésus ayant levé les yeux et voyant la très grande multitude venue à lui, dit à Philippe : « où achèterons-nous des pains pour que ces gens aient à manger ? »
      Il voulait seulement l’éprouver, sachant très bien ce qu’il allait faire.
      Philippe lui répondit : « Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas pour que chacun en reçoive un peu. »
      Un des disciples, André frère de Simon-Pierre, ajouta :
      « Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons ; mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ? »
      Jésus dit : « faites-les asseoir. » Il y avait beaucoup d’herbe en ce lieu. Ils s’assirent donc, au nombre de cinq mille environ.
      Jésus prit les pains, et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis ; et de même des poissons, autant qu’ils en voulaient.
      Et lorsqu’ils furent rassasiés, il dit à ses disciples ; « ramassez tous les morceaux qui restent, afin qu’ils ne se perdent pas. »
      Ils les ramassèrent donc et remplirent douze corbeilles avec les morceaux qui restaient des cinq pains d’orge, dont tous avaient mangé.
      Ces gens, ayant vu le signe que Jésus avait fait, se disaient : « Celui-ci est vraiment le Prophète qui doit venir dans le monde. »
      Mais Jésus, sachant qu’ils allaient venir l’enlever pour le faire roi, s’enfuit de nouveau sur la montagne, tout seul.

      Le 22 mars 1594 Henri IV entrait à Paris en armure « sans effusion de sang ni qu’un seul bourgeois ait reçu incommodité en sa personne ni en ses biens ».
      L’après-midi quatre mille mercenaires du roi d’Espagne Philippe II, venus renforcer les ligueurs catholiques rentraient chez eux. Le roi leur cria depuis une fenêtre de la porte Saint-Denis : « Messieurs, recommandez-moi à votre maître. Allez-vous en à la bonne heure mais n’y revenez plus !  »

      Cette illustration vous présente ce fameux virus couronné qui fait tant parler de lui en ce moment. Il a pris la forme d’une pieuvre portant une couronne. Ce n’est pas une couronne de roi mais une couronne de fou, de même sa couleur bleue n’est pas royale mais rappelle cet uniforme de l’armée républicaine qui se vit baptiser ainsi par les troupes catholiques restées fidèles au roi de France.

      Car La France pour lors est sous la gouverne de la république dont l’exécutif est mis à rude épreuve devant ce fléau ambigu qui nous met dans une situation de guerre.
      L’ombre du jacobinisme fondateur dont j’ai parlé dans le « Pantagruel républicain » ne cesse de montrer son visage car le peuple qui depuis un moment a manifesté son courroux se voit confiné et restreint dans son quotidien.

      Il n’est pas temps de tirer sur l’ambulance, je pense qu’elle a dérapé depuis un moment, nous n’avons cessé de le dire.

      L’heure est plutôt à la prière et la l’Espérance. La France a péché contre son Sauveur, nous n’échappons pas au châtiment annoncé depuis des siècles. La charité émanant du Sacré Cœur de Jésus doit guider nos pas.

      Des signes qui n’interpelleront que ceux qui veulent bien voir sont semés le long de ce chemin de Croix.

      Ainsi cette création du 22-3-2020. Les deux chiffres des grands monarques que sont le Christ et son lieutenant sont séparés par le trois trinitaire qui est également la première lettre de Clovis, le roi fondateur ainsi que le C de la Croix.

      Le virus couronné qui tient la France dans ses tentacules incarne aussi ce pouvoir révolutionnaire qui maintient le royaume sous son joug depuis la maudite révolution. Aucune restauration n’a tenu car pas un roi n’était en droit de régner.

      Cette date de création évoque la Croix et le futur roi. La devise des Chartreux est « La Croix demeure tandis que le monde tourne ». De même le C de la Croix est au milieu entre les chiffres des grands monarques qui donnent un total de huit comme le H d’Henri de la Croix.

      Son ancêtre entrait dans Paris à cette date, il pourra dire comme son aïeul Henri IV: « Messieurs, recommandez-moi à votre maître. Allez-vous en à la bonne heure mais n’y revenez plus ! ».

      L’évangile du 22 mars évoquait la multiplication des pains et du poisson. Comme nous le savons ce miracle de Notre Seigneur est une évocation eucharistique avant son sacrifice ultime. La nourriture terrestre ainsi multipliée pour rassasier les hommes faisait référence à la nourriture spirituelle que serait le corps du Christ, si précieux qu’il ne fallait pas en perdre une miette. D’où cette phrase du Christ : « ramassez tous les morceaux qui restent, afin qu’ils ne se perdent pas. »

      La multiplication des poissons quant à elle illustre le développement des premiers chrétiens dont le signe sous les différentes persécutions sera un poisson.

      Ce virus a été mis à contribution pour interdire la sainte communion à la bouche, il est vrai déjà bien combattue, ainsi que l’assistance à la sainte messe. De saints prêtres se sont insurgés contre cela, nous vivons une période incroyable aux lendemains incertains.

      Cette pieuvre bleutée comme vous pouvez le voir change de couleur, elle conserve partiellement cette carnation orangée manifestant son pouvoir de mutation et celui du virus qui est un agent infectieux nécessitant une cellule hôte dont il utilise le métabolisme et les constituants pour se répliquer.

      De même la république dite française est une philosophie au pouvoir infectieux ayant utilisé la monarchie comme une cellule hôte dont elle a singé le faste et les ors détruisant son métabolisme, se fondant dès 1789 par une constituante, se répliquant dans le monde entier car elle est une cellule-mère.

      Mais La France ne peut mourir, le Christ nous signifiait par ce dimanche de Laetare comme la Sainte l’Église son épouse : « réjouissez-vous, non pas tous, mais seulement vous qui avez été dans la tristesse » ; « Heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés » Matthieu 5,5

      Parce que nous assure saint Paul : « la tristesse qui est selon Dieu entraîne un repentir salutaire, tandis que la tristesse qui est selon le monde produit la mort »
      2 Corinthiens 7, 10

      Par ces paroles de salut, gardons espoir en ces temps de grands troubles, continuons le combat pour Dieu la France et le roi, la bête sous toutes ses formes sera vaincue par la Sainte Croix.

      https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/le-virus-couronne

  2. Louis Chiren dit :

    Bonsoir monsieur Texier il n’y à pas de lien il s’agit de mon interprétation tout comme le jour le mois l’année et l’heure de votre message donnent un total de 22.

  3. Louis Chiren dit :

    modération
    28 mars 2020 à 21:33
    Bonsoir monsieur Texier il n’y à pas de lien il s’agit de mon interprétation tout comme le jour le mois l’année et l’heure de votre message donnent un total de 22.

    Réponse

    • Heureux êtes vous, Maître, de pouvoir lire au travers des lettres et des chiffres , don qui m’est totalement étranger même si j’en ai reçu d’autres.

      • Louis Chiren dit :

        Merci pour votre charitable retour. J’ignore si ce don m’est acquis. À ce propos saint Augustin disait que celui qui ne portait pas attention aux chiffres de la Bible ne pouvait en saisir tout le sens. Effectivement vous avez reçu bien des dons qui vous ont permis entre autres de gouverner le bateau amiral de la flotte providentialiste.
        Soyez en remercié.
        Bon dimanche à vous, à toutes et tous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s