In Mémoriam. Commandant F.N.F.L. Guérin-Lésé rappelé à Dieu le 30 mars 1998.

Monsieur du Masgenêt fait partie des quatre personnes qui m’auront le plus aidé dans ma carrière universitaire . J’avais fait sa connaissance  lors d’un déjeuner  royaliste  que j’avais organisé sans  doute  à la fin des  années (19) 70  pour  commémorer  à Limoges la  mort  du roi Louis XVI  le 21 janvier 1793. 

      Pour autant  que  je m’en souvienne ; ce repas  avait dû être servi dans  un restaurant  sis  avenue des Ruchoux  pas trop loin du carrefour  de la Mauvendière à droite en allant  vers lui.

  Lors de ce repas , il m’avait fait part  de son intérêt pour le droit nobiliaire et  du fait  qu’il avait  écrit en compagnie de son épouse Elizabeth née Banvillet une  ouvrage intitulé   » Jurisprudence et Législation nobiliaire » (un volume  in 4°. 4 éme édition ; Dactylographié,  Tirage ofset 408 Pages . Limges 1978) .( Voir ci-dessous à droite)

     Nous nous  sommes  revus  depuis  et je lui avais suggéré de l’aider à publier une nouvelle  édition de leur ouvrage.               C’est alors que M. Guérin du Masgenêt me fit savoir  que ma double  qualité de Docteur en Droit et d’universitaire me qualifiait  pour rédiger le premier  traité de Droit nobiliaire  écrit par un juriste enseignant  depuis la  chute de l’Ancien régime ; Je n’avais pas quarante  ans et la sympathie naissante  entre  nous deux  me poussa  à lui donner  un accord enthousiaste.                                                                                 Après  comment  oublier  que M. Jacques Jourquin,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Jourquin  dirigeant des Editions Tallandier , voulut  bien me publier  et ce dans des conditions qui méritent d’être rappelés . Entre temps M. du Masgenêt et moi , mais surtout lui, avions rédigé et publié un Essai de  Lexique raisonné de Doit nobiliaire (1982) .  Dans la préface il était parlé de  moi et  de ma grande oeuvre en devenir  aux éditions de l’I.C.C .  (Intermédiaire des Chercheurs et des  Curieux).  https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34413981v/date M. Jourquin , esprit  curieux,  lut  ce texte et téléphona à M. du Mas-Genêt pour lui demander  si Alain Texier  avait  un éditeur  pour l’ouvrage  qu’il préparait . Je pris le train pour Paris  parce  qu’à l’époque  il y avait  encore une liaison par  train Limoges – Paris ( et il y en avait même plusieurs) et retour et j’en revins  fou de joie et de fierté.

   Ces jours  préfacèrent  six à huit ans de rencontres hebdomadaires – le jeudi – où petit à petit il m’apprit  ce  qu’il estimait nécessaire  que je sache . Les premières années nous  travaillons  sans  doute plus de  quatre heures quatre heures et  demie,  cinq heures  et  puis la durée de nos entretiens  diminua mais même une heure passée avec lui était  un régal dans leur élégant appartement  sis à droite en montant la rue Fourie, 3 éme étage,  avec des  fenêtres donnant aussi sur la rue Jean-Jaurés à Limoges .

     Il me dit  un jour  que ses aïeux habitaient , vers la  fin de l’Ancien Régime, en haut et à droite  de la rue du Consulat et  que leurs fenêtres donnaient  sur la rue Ferrerie  » Deux siècles pour descendre de  quelques centaines de mêtres » me disait-il alors d’un air songeur.            De sa  conduite pendant la guerre sous le nom de Guérin-Lésé  dont je sais seulement  depuis quelques jours , grâce à sa famille,  qu’elle fut glorieuse dans les  Forces Navales Françaises Libres qu’il avait rallié dés le 28  juillet 1940 : une carte signé  du  Vice-amiral d’Escadre (C.R.) Emile Chaline  Président   de l’association  des Forces Navales Françaises libres en témoigne . Il me  disait  que c’était de cette époque que datait  son goût pour le Coca -cola mais cet officier  de La légion Honneur, 3 éme génération consécutive de Légionnaire, … à titre  militaire ne m’avait  jamais dit qu’il était également titulaire de la Distinguished Service Cross avec palme qui lui avait été remise par un amiral, les étrangers ne pouvant pas la recevoir directement du monarque

     M. du Masgenêt  est également  celui qui a fait le plus pour  ma médiatisation comme en témoigne le lien suivant traitant de ma participation à une émission de télévision grand public qui n’aurait pas été possible sans lui : http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-hommage-a-jean-claude-delarue-promoteur-d-un-ca-se-discute-sur-noblesse-ou-aristocratie-cadea-109492215.html. Il y eut  également une heure  avec Naguy sur RTL. Alain Texier . Limoges.

Le Lundi 30 mars 2020, 22 éme anniversaire, jour pour jour, du rappel à Dieu de M. du Masgenêt.

NDLRB. Sans le dévouement de sa famille  et sans les documents  qu’ils ont  bien voulu me communiquer , ce post n’aurait pas été possible . Je les prie de trouver ici l’expression  de ma vive reconnaissance.

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites providentialistes, Histoire d'une vie -Alain Texier-, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour In Mémoriam. Commandant F.N.F.L. Guérin-Lésé rappelé à Dieu le 30 mars 1998.

  1. Agnès Lacour dit :

    Merci de nous avoir partagé ces souvenirs émouvants . Il y a comme cela des êtres qui ne devraient pas s’en aller tant ils nous seraient utiles dans tous les domaines et en ce moment plus que jamais

  2. Il me semble qu’en 1931, la décoration de la CROIX DE SERVICE DE DISTINCTION est devenue accessible aux membres de la marine marchande britannique et en 1940 l’éligibilité a été à nouveau étendue, cette fois au personnel de la British Army et de la Royal Air Force servant à bord d’un vaisseau britannique.

    Le Special Air Service (SAS) enrola des Français durant la seconde Guerre Mondiale : on les appelait le French Squadron.

    Les modernes Sticks Action Spéciales

    ont été insitutés -et formés- par des anciens du French Squadron

    Pour approfondir
    French SAS – 1er RPIMa

  3. De rien cher co-Président. Le vieux monsieur qui nous quitté a du être dans belle jeunesse, héroïque à cette époque là, un commando d’élite des French Squadron.

    Chapeau. Et sincères condoléances à sa famille…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s