Lorsque les Gouverneurs de la Charte de Fontevrault, sous les armes, se préparent aux ultimes combats

  Annie Robert Gouverneur en exercice de la Charte et Claude Laballe ( Gouverneur 2015-2018). Photo due au talent  de Jean-Pierre Robert  et postée par Ariane Laballe, Grande orante de la Charte de Fontevrault , que nous remercions de son envoi.

 

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Providentialiste, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Lorsque les Gouverneurs de la Charte de Fontevrault, sous les armes, se préparent aux ultimes combats

  1. Il ne manque plus qu’un peu de sang impur abreuve vraiment nos sillons… LOL!

  2. rousseau dit :

    Attention M.Texier, un complot se prépare à la Charte! Les Gouverneurs veulent le pouvoir ! La guillotine se prépare ! Il faudrait qu’ils expliquent. leurs « ultimes combats »…

  3. En vous remerciant pour votre intérêt, permettez moi de vous apporter quelques précisions qui répondront , je l’espère, à votre légitime inquiétude.

    a) Si tous les « complots » étaient annoncés à l’avance sur les blogs, ils ne seraient pas trés dangereux
    b) La phrase  » les Gouverneurs » est inexacte . La Charte ne connait qu’un gouverneur élu pour un mandat triennal . Madame Robert est ce gouverneur juqu’au 25 août 2021. Claude Laballe qui fut le Gouverneur précédent siège désormais au  » Chapitre général » formé des anciens Gouverneurs, institution à qui le gouverneur en exercice peut demander des avis.
    c) Ce ne sont pas les royalistes qui ont dressé les guillotines sur les places publiques. Merci de ne pas nous insulter…
    d) Qu »ils « expliquent » . Voir ci-dessus le point b.
    e) Ces « ultimes combats » trouvent tous leurs racines dans la tentation à laquelle Eve et Adam n’ont pas su résister . Dieu versus Diable ; Bien versus mal; Lumière versus Obscurité.

    Vous aussi, prenez les armes , celles de la prière et de la soumission à la volonté divine . Nous ne serons jamais assez nombreux à implorer Dieu de rendre à Jésus Son royaume légitime, la terre de France.

  4. La Charte de Fontevrault est un mouvement Royaliste : cela signifie que son objectif est de favoriser la restauration de la Royauté. Tout en reconnaissant la validité des LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/09/23/les-lois-fondamentales-du-royaume-de-france-constitution-de-lancienne-france/ ,
    elle considère que le futur Roi n’est pas identifié à ce jour. Ou bien il émergera du combat antimondialiste, et ce sera le début d’une nouvelle dynastie, peut-être une branche aînèe, oubliée mais Légitme des Bourbons https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2014/01/03/une-nouvelle-piste-pour-les-providentialistes-une-branche-ainee-oubliee-mais-legitime-des-bourbons/
    ou bien ce sera le descendant du jeune Roi Louis XVII qui, comme on le sait aujourd’hui, a été « exfiltré » de la prison du Temple. Ou peut-être les deux en même temps ?

  5. rousseau dit :

    Je n’insulte personne, cher Monsieur, je sais qui a dressé les guillotines, je vous ai mis des points ! vous avez mal interprété mon message, tant pis.
    Merci de votre précision sur les  » Gouverneurs »
    .Je désirais savoir leurs futurs combats si nous pourrions nous y associer.Je prie depuis longtemps pour la France et le retour du Christ dans Son royaume.

    • Excusez moi de vous avoir mal compris, l’entame de votre message Attention M.Texier, un complot se prépare à la Charte! m’avait inquiété. Vous pouvez naturellement vous associer à nos  » futurs combats » mais vous l’êtes déjà puisque vous nous lisez et que vous nous commentez.

    • Louis Chiren dit :

      JUSQU’OÙ MARCHERONT-ILS ?

      Ne choisissant pas les jours de création de mes œuvres, j’ai pris pour habitude de rechercher dans l’histoire de France et celle de l’Église, des faits ou des fêtes religieuses pouvant éclairer notre combat catholique et royal.

      Cette œuvre a vu le jour le 10 juin pour s’achever le 11 juin 2020.
      Le 10 juin 1794 marquait une étape dans ce qui deviendra la grande terreur révolutionnaire. En effet un décret de la convention limitait en ce jour les droits à la défense des accusés.
      S’ajoutait au précepte, la liberté ou la mort, l’acquittement ou la mort. L’accusateur public Fouquier-Tinville s’en donnera à cœur joie. C’est à cette période que l’incorruptible Robespierre instaurera la fête de l’être suprême. Il lui sera reproché de vouloir le retour de la religion mais ne soyons pas dupes, cet être mystérieux ne désignait certainement pas le Christ Roi pas plus qu’il ne le désigne dans les loges de nos jours.

      Le 11 juin en réponse à l’instauration de cette fête révolutionnaire est pour nous la fête Dieu, fête du Très Saint Sacrement, le seul devant qui nous devons nous agenouiller.

      L’Évangile du jour selon saint Jean nous donnait cette sainte parole.
      Saint Jean 6,55-58
      « En ce temps-là, Jésus dit aux juifs : Ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang un breuvage.
      Celui qui mange ma chair et boit mon sang, demeure en moi, et moi en lui.
      Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra aussi par moi.
      C’est là le pain qui est descendu du Ciel : il n’en est point comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts ; celui qui mange de ce pain vivra éternellement. »

      Cette œuvre peinte vous présente une chaise à porteurs qui pour le coup s’en trouve dépourvue. Deux jambes semblent la mouvoir se dirigeant vers ce qui ressemble à un précipice mais qui nous le verrons peut également symboliser autre chose.

      La chaise à porteurs était une cabine munie de brancards pouvant être portée à bras d’hommes. Les moyens de transport ont évolué au cours des siècles et cette invention a pu se décliner de différentes manières à travers le monde.

      C’est en Grande-Bretagne que ce type de chaise s’illustrera au milieu du XVIème siècle. Nous la retrouverons à cette période en France adoptant la mode anglo-saxonne, dans un premier temps comme moyen de déplacement public.

      Les courts trajets en ville rendaient utile cette chaise couverte, protégeant le passager des intempéries ou des déchets que l’on pouvait rencontrer dans des rues parfois boueuses.

      C’est à cette époque que l’expression « mener une vie de bâton de chaise » naîtra, évoquant les deux bras de la caisse porteuse.

      Cette chaise deviendra avec le temps le symbole d’un rang social. Elle s’ornera alors de sculptures parfois dorées à l’or fin, prenant les formes les plus incroyables dans les mains d’ébénistes de talent.
      Tout comme les carrosses elle pourra arborer sur sa porte les armoiries du propriétaire, couplées à l’occasion par celle de madame.

      Mon choix pour illustrer le thème de cette page s’est fait selon plusieurs critères. La république s’étant emparée du pouvoir monarchique, en a revêtu les symboles et les apparences afin d’inclure son pouvoir dans une histoire royale séculaire.

      Les partis s’étant écroulés aux dernières élections, les marcheurs ayant à leur tête le Monarc ont raflé la mise dans cette course au pouvoir.
      Le successeur des conventionnels a mis ses oripeaux dont le sens péjoratif faut-il le rappeler désigne quelque chose qui brille mais qui n’est qu’apparent, sans bases solides.

      La grogne n’ayant cessé de monter face à une gouvernance hautaine et méprisante, plusieurs membres de son équipée ont quitté le navire dénonçant un pouvoir absolu dans les décisions, par une approche toute impériale. Ainsi le fait de ne pas avoir de porteurs, montre que les collaborateurs à son service s’en vont.

      L’aspect de la chaise est en rapport avec le décor Élyséen puisque la république qui a coupé la tête du roi, ne dédaigne pas les décors royaux qui lui confèrent paradoxalement une apparente noblesse face au petit peuple (qui en a conscience). Ainsi les armoiries républicaines figurent sur la chaise du personnage dont-on ne perçoit que les jambes.

      Cette chaise peut évoquer un théâtre portable comme celui de Guignol aux champs Élysée, inspiré par la commedia dell’arte. Nos politiques étant des comédiens pourvus de talents divers leur permettant de séduire les masses afin d’atteindre le pouvoir.

      Notre comédien en chef dont-on sait qu’il a côtoyé cet art aime à se mettre en scène dans l’arène politico-médiatique. La course improbable des marcheurs, qualifiés dès l’origine d’amateurs par les forces adverses, semble se diriger vers un précipice.

      Raison pour laquelle vous trouvez ce relief au premier plan de cette illustration. Ce dernier peut aussi représenter le rideau d’avant-scène dans un théâtre plantant le décor pour l’impétueux comédien de plus en plus seul.

      Effet non voulu mais à méditer par ceux qui sont nés de la veuve rouge, ce relief fait également penser à l’écorce d’un billot de bois. Objet autrefois utilisé par les bourreaux lors de la décapitation des condamnés à la hache ou à l’épée selon leur rang.

      Enfin la caisse de cette chaise sans bras évoque le secret des loges par ses rideaux clos. Le prédécesseur du monarc ayant clairement déclaré qu’il fallait faire allégeance aux loges pour tous prétendants à la plus haute fonction de l’État.

      C’est aussi le symbole de l’urne et de l’isoloir, instruments indispensables participant aux votes, supposés être la quintessence du pouvoir exercé par le peuple élisant son poulain au suffrage universel (comprendre « vote à l’unanimité » lettre de Denis Diderot à Sophie Volland datée de 1765).

      Le suffrage universel remplaçant le principe de droit divin est une farce manifeste que délaisse de plus en plus un peuple désabusé par une caste de nantis dont le cœur et la pensée sont mondialisés ayant mis la France à l’encan.

      Marie-Julie Jahenny avait évoqué cette situation dans ses prophéties pour notre temps : « beaucoup de « coureurs » appellent les ouvriers à la révolte, à cause du manque de travail qui est leur pain de chaque jour. »

      Devant le danger de l’écroulement généralisé de notre pays face à la crise qui s’annonce, espérons que ces coureurs ne succèdent pas aux marcheurs dont la chute se profile à l’horizon.

      Dans ce jeu de chaise musicale, prions pour que le dernier gouvernant républicain ne puisse s’assoir et que retentissent les cors royaux annonçant la chute finale de la déesse raison et l’arrivée de ce roi que nous espérons tant.

      https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/jusqu-ou-marcheront-ils

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s