L’utilisation contrastée par la république, vaincue puis triomphante, d’une bague ayant appartenue à Louis XVI.

  Louis XVI et la bague de Fersen (L’exposition «Les Atours de la Reine», présentée actuellement ( février-Mai 2001 https://marie-antoinette.forumactif.org/t4357-catalogue-de-l-exposition-les-atours-de-la-reine-archives-nationales-2001   à l´Hôtel de Soubise, Musée de l’Histoire de France, donne une idée de la fascination qu’exercent toujours sur le public, après plus de deux siècles, les memorabilia de la dernière reine de l’Ancien Régime. Aux visiteurs qui regretteraient peut-être la seule présence, en ce florilège, de documents d’archive, nous proposons ici l’évocation d’un objet bien tangible, l’un des plus mythiques parmi tous ceux qu’aura secrétés le destin tragique de la famille royale.C’est la nuit la plus courte de l’année: une lueur point déjà sur l’horizon quand, ce 21 juin 1791 à trois heures passées, la grosse berline vert et jaune des souverains en fuite fait irruption dans la cour du relais de Bondy. Le convoi, parti depuis près d’une heure de la barrière Saint-Martin, a déjà pris du retard sur l’horaire. On connaît la situation: pour préserver l’incognito des fugitifs, la famille royale est déguisée en domestiques accompagnant une prétendue Mme de Korff dans son voyage d’agrément vers l’Est…


Tandis qu’on change les chevaux, le cocher de service, qui n’est autre que le beau comte de Fersen, ami de cœur de Marie-Antoinette, enjoint le roi de lui permettre d’accompagner le petit groupe jusqu’à Montmédy où sont censées attendre les troupes royalistes de Bouillé. Mais Louis XVI, bien que reconnaissant au Suédois de tous ses efforts, est peu soucieux de poursuivre sa route sous l’escorte d’un homme qu’il ne peut s’empêcher de regarder comme un rival. Il décline donc, et embrassant Fersen «avec effusion de cœur», lui remet discrètement, en hommage, la grosse bague en or qu’il portait à l’annulaire… Déjà le petit équipage s’ébranle vers Varennes et vers son destin; «Adieu, madame de Korff !» crie Fersen la gorge nouée. Il serre dans sa main le somptueux camée du roi, représentant une Bellone ( figure de la mythologie romaine, déesse de la Guerre semée de fleurs de lys : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bellone)  , et qui restera sans conteste le plus touchant des présents jamais offerts par Louis XVI.Présent royal.


    Trois ans plus tard, après l’exécution du roi et celle de la reine, Fersen va confier la précieuse bague au duc de Brunswick, le vaincu de Valmy, avec l’espoir qu’il pourra la faire remettre à l’orphelin du Temple, devenu Louis XVII pour les royalistes – et dont la disparition, en 1795, sera l’objet du mystère que l’on sait. Le chef prussien échoue dans sa mission, mais il conserve la bague…

   En France, la Révolution reflue, faisant bientôt place au Consulat, puis à l’Empire. Fersen meurt en 1810, en Suède, écharpé par une foule qui le soupçonnait sans preuve d’avoir fait empoisonner le prince royal, duc d’Augustenborg… Quant au duc de Brunswick, il est déjà mort depuis quatre ans alors. Cependant le vœu de Fersen demeure comme une dette d’honneur chez les Brunswick; et des années plus tard, quand un certain Charles-Guillaume Naundorff, sorti des limbes, affirmera qu’il est lui-même l’enfant du Temple, les héritiers du duc, convaincus par sa thèse, lui remettront solennellement le camée royal… Seulement Naundorff ne convainc pas tout le monde aussi facilement; et il meurt en 1845 sans avoir pu faire reconnaître en France son éventuelle ascendance royale. Sa femme et ses enfants ne s’avouent pas vaincus pour autant: en 1850, ils intentent un procès en reconnaissance. Leur défenseur, le républicain Jules Favre, constitue un dossier solide – quoique insuffisant aux yeux des juges… Emplis néanmoins de gratitude à l’égard de l’avocat, ses clients lui offrent alors, présent royal, la bague de Fersen.Un sceau républicain.

        C’est ainsi que la Bellone aux fleurs de lys va quitter la petite histoire pour entrer dans la grande. Par le plus grand des hasards, il est vrai. En effet quand, après l’effondrement de Sedan en septembre 1870, se constitue à Paris un gouvernement de Défense nationale, le portefeuille de la Guerre échoit à Jules Favre, qui négocie à ce titre avec Bismarck les conditions d’un armistice. Or, le soir du 28 janvier 1871, au moment de signer à Versailles ce document si décrié, Jules Favre se rend compte – acte manqué – qu’il a omis de se munir des sceaux de France ! A l’invitation du chancelier de fer, il accepte alors d’enfoncer dans la cire chaude du traité… le camée de Louis XVI !

NDLRB.  A destination du Président Macron. La « naissance » de la III éme république si platement  célébrée par la plus haute autorité de la république  n’a précédé  que de fort peu l’annexion de l’Alsace Lorriane


     L’histoire, déjà peu ordinaire, pourrait s’arrêter là; seulement elle va connaître encore un ultime et incroyable rebondissement. L’érudit Jean Pastreau  https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Prasteau nous apprend en effet que près de cinquante ans plus tard, au matin du 28 juin 1919, sur le chemin qui le conduit au château de Versailles pour la signature du célèbre traité de paix, un Clemenceau revanchard serait passé aux archives du ministère des Affaires Etrangères emprunter la bague de Jules Favre – et que c’est la Bellone aux fleurs de lys qui figurerait ainsi sur le sceau apposé près de sa signature… Ce qui tendrait à prouver au moins deux choses: d’abord que cet objet était voué à une gloire obscure; ensuite, que la culture du Tigre n’était pas aussi superficielle qu’on a pu le prétendre.

https://canardos.monsite-orange.fr/page3/index.html

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Limites de la république, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’utilisation contrastée par la république, vaincue puis triomphante, d’une bague ayant appartenue à Louis XVI.

  1. Irène Pincemaille dit :

    Oui, je connais bien cette histoire : l’écrivain Villiers de l’Isle Adam a décrit en termes très forts l’émotion de Jules Favre devant signer, avec la bague de louis XVI, le traité de capitulation. En fait, cette bague représentait, à l’origine, les fleurs de lys de France et c’est Louis XVII lui-même qui en avait gratté le motif pour le remplacer par une Bellone parce que maître Jules Favre était républicain, donc pour respecter le choix politique de cet avocat qui se donna un mal fou pour faire triompher la vérité. Réponse d’un des juges : « Nous ne pouvons pas rendre un verdict qui changerait toute l’Histoire de France » !!!
    Un livre paru il y a quelques années relatant l’histoire de la commune de St. Arnoult en Yvelines, présente ce sujet avec force détails et photos de la fameuse bague.
    Quand à Clémenceau, répétons sa citation : « Si les Orléans m’em… je leur fiche dans les jambes un dossier qui fera sauter la république ».
    Puisqu’il n’y a rien à ajouter, je n’ajouterai donc rien !!!
    Amitiés à tous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s