L’ange et la naissance de l’emblême royal à Joye-en-Val : La fleur de lys.

       Le lys provient-il du trident de Neptune, de l’angon franc à trois pointes ou des armes de l’Atabek, un prince oriental ( NDLRB . On traduit aussi par Père, Seigneur, Gouverneur …) ?

    Dérive-t-il du lotus, que l’on trouve en Crête, en Grèce ou à Rome, du motif floral qui décorait les poteries arabes et les monnaies syriaques ? Représente-t-il l’une des abeilles trouvées dans la tombe de Childéric, père de Clovis, ou l’iris jaune des marais ou encore le crapaud (animal diabolique, mais après sa « transformation ») ?

     Est-il un symbole de la génération par sa représentation phallique ou veut-il, à travers la sémantique, symboliser la lumière ?

Clovis-Innsbruck-XV°-crapauds-lys-bouclier

     Il était fatal que tant d’incertitudes aient fait naître de nombreuses légendes. L’une d’elles (Nicolle Gille, XVè siècle) se situe dans la partie du territoire d’Ile-de-France que sont aujourd’hui nos Yvelines !

     Durant le règne de Clovis, premier roy chrétien, et le siège de sainct Remy en l’église de Reims son principal conseiller, les anciens annalistes de France disent qu’il se rencontra un bon hermite, homme de saincte vie, qui faisoit sa demeure en un bois près d’une fontaine, en un lieu qui est à présent appelé Joye en val, en la chatellenie de Poissi près Paris : auquel hermite, Clotilde femme audit roy Clovis avoit grande confiance…

     Un jour arriva miraculeusement que, pendant que le sainct homme estoit en prière et oraison, un ange s’apparut à luy, et l’avertit qu’il fist raser ses armes des trois croissants (ou trois crapaux) que le dit roy Clovis faisoit porter en ses bannières, drapeaux et enseignes de guerre et, au lieu d’iceulx, que l’on portast un écu, armes et bannières dont le champ seroit d’or azuré avec trois fleurs de lys d’or…

heures-de-bedford-1er-feuillet

Grande miniature de la légende du blason aux trois fleurs de lys donné à Clovis par Sainte Clotilde (Heures de Bedford, feuillet 288 verso)

    L’ange dit à l’hermite que telle estoit la volonté de Dieu que les roys de France portassent telles fleurs de lys en leurs armes… Clotilde fit effacer lesdits trois croissants ou crapaux et fist mettre au lieu les trois fleurs de lyz et les envoya à Clovis son mary qui pour lors estoit en guerre contre un roy sarrazin qui estoit venu d’Allemaigne en France avec une forte armée, laquelle tenoit assiégée la forteresse de Conflans saincte Honorine prez Pontoise.

    Clovis porta telles enseignes de guerre et remporta la victoire contre le dit roy Andoc nommé… La bataille fut achevée sur la montagne en laquelle on voit à présent la tour de Montjoye, ainsy appelée à cause de la grande clameur et cry de joye que feirent les François pour la victoire obtenue.

  Et en souvenance et perpétuelle mémoire de la mission des dictes fleurs de lys fut en icelle vallée fondé un monastère de religieux qui encore est appelé l’abbaye de Joyenval, à cause de la susdite mission desdictes fleurs de lyz qui furent envoïées à ce grand roy Clovis.

    Même si la fleur de lys, comme emblème royal, n’est apparue que sous les premiers Capétiens, ses trois fleurons sont la marque de la Sainte Trinité : Foi, Sapience et Chevalerie. Il s’y joint la couleur bleue, par le relais de la symbolique mariale. Le XIIIè siècle est le grand siècle de l’expansion du bleu, proclamant les liens étroits qui unissent le royaume de France et le royaume des cieux. Quant à l’or, c’est le roi des métaux comme le soleil est le roi des astres.

   Les armes de France passaient pour rappeler l’azur du ciel et l’or des astres et, ainsi ils exprimaient pour beaucoup la supériorité du « royaume des lys » sur les autres royaumes chrétiens.

   La fleur de lys de nos emblèmes et blasons est en fait un iris d’eau. Alors, pourquoi cette appellation de LYS ?

   Selon la légende ( NDLRB. Pourquoi une « Légende »? ) , le lys est d’abord la fleur de CLOVIS, puis celle de LOYS (LOUIS !) puis la fleur de LYS.
 L’origine de ces noms – CLOVIS, LOYS, LYS – viendrait de l’indo-européen LUG – qui signifie la LUMIERE – LUX en latin – et aurait donné son nom à la ville de Lyon : LUGDUNUM (la colline de la lumière) où l’on aurait découvert récemment un culte à ce dieu païen de la lumière.

    Le fleuve LOIRE a la même origine – et c’est vraiment un fleuve de lumière lorsque le soleil s’y reflète.

http://yvelines.scouts-europe.org/fleur-de-l-y-s/

Voir aussi le  post  trés complet d’où provient la miniature ci-dessus  : http://leblogdumesnil.unblog.fr/2015/11/27/2015-100-la-legende-du-blason-des-rois-de-france-orne-des-trois-fleurs-de-lys-representee-dans-les-heures-de-bedford/

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Providentialiste, Blogs et sites légitimistes, Noblesse Titres et Armoiries, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour L’ange et la naissance de l’emblême royal à Joye-en-Val : La fleur de lys.

  1. Marie-Agnès Lacour dit :

    Merci Monsieur le magicien de nous offrir en cette veille de Noël lumière de lumière entre toutes cette jolie légende. Mais j’aime croire aux légendes et encore aussi aux contes de fées . Je suis et veux rester pour certaines choses une toute petite fille et cela aide beaucoup surtout dans les moments que nous vivons car je suis aidée en cela par mes propres souvenirs d’enfance . Merci d’en rajouter

  2. conseilesperanceduroi dit :

    Il me paraîtrait utile de relire le texte fondateur du baron Pinoteau, publié en 1982 dans le Bulletin de la Société des Antiquaires. Cela éviterait bien des fantasmes et des légendes : https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1982_num_1980_1_8766
    J-Y Pons

    • Marie-Agnès Lacour dit :

      Merci d’avoir enrichi mon savoir et je suis sûre que le baron Pinoteau a raison c’est sa science mais les deux ne se contredisent pas et cela fait du bien de rêver en cette période d’une tristesse mortelle (d’ailleurs les suicides ont explosé en France ) et de sortir un peu du cartésianisme qui a appauvri aussi notre cerveau car nous n’utilisons qu’un seul cerveau et non les deux.

  3. Irène Pincemaille dit :

    Chers amis, tout cela est bel et bon ! mais n’oublions pas que c’est notre Roi Charles V qui a réduit les fleurs de lys à 3 : Foi, Sapience et Chevalerie en effet ! auparavant, il s’agissait d’un « semis » de fleurs de Lys, donc sans nombre. On le voit bien sur les gravures représentant les Rois précédents.
    Amitiés à vous tous : JOYEUX ET SAINT NOËL !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s