En ces temps d’invasion, de trahison, et de désespérance, Jeanne aujourd’hui comme hier et , s’il plait à Dieu, demain comme aujourd’hui.

    En des temps comme aujourd’hui, d’invasion, de trahison, et de désespérance, Jeanne, une adolescente inconnue, ignorante, illettrée, sortie du peuple, étend les mains sur un cadavre de Nation, et celle-ci se relève, prête à la suivre.

      Au printemps 1429, les trompettes de la Pucelle sonnent le glas des ambitions anglaises en France. Elle mènera l’ost de France de victoire en victoire, inversera seule le cours de la guerre de Cent Ans, et portera un coup mortel à l’omnipotence anglaise sur la France.

      Lors de son envol, le pays n’est qu’une province anglaise. Quand il s’achève treize mois plus tard, ce pays est devenu la France, jusqu’à nos jours. Elle est la Libératrice, blessée trois fois, chargeant l’ennemi à la tête des armées de France.

       Son ascendant naturel s’impose aux puissants, Charles VII d’abord, les princes de sang, les barons de guerre et les plus valeureux capitaines du pays ensuite, tous rabattent leur arrogance et la suivent. Depuis que l’Histoire nous est contée, Jeanne d’Arc reste l’unique personne, de l’un et l’autre sexe, à avoir commandé les forces armées d’une nation à l’âge de dix-sept ans, l’unique personnalité immaculée,
parfaitement désintéressée.

      À son actif, six exploits prodigieux : l’allégeance du roi et des barons, la libération d’Orléans, l’immense victoire de Patay, https://www.patay.fr/quelques-grandes-dates-de-lhistoire-de-patay/  la réconciliation avec Richemont  https://fr.wikipedia.org/wiki/Arthur_III_de_Bretagne  et la Bretagne, la marche triomphale en pays ennemi, le sacre de Reims.

      Lors du sacre du roi, à Reims, elle est debout près de lui https://www.herodote.net/17_juillet_1429-evenement-14290717.php dans son armure blanche, et son étendard seul est déployé dans la cathédrale. Il a été à la peine, dira-t-elle, c’est bien raison qu’il fût à l’honneur.

     Lors du dernier assaut pour tenter de prendre Paris, Jeanne, grièvement blessée, est entraînée contre son gré hors du champ de bataille. Peu d’années après la mort de Jeanne, en 1435, le terrible Bedford, https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_de_Lancastre  oncle du roi d’Angleterre, est contraint d’abandonner Paris, et le puissant Philippe, duc de Bourgogne, obéit enfin aux injonctions de la petite paysanne qu’il avait vendue aux Anglais, et fait sa soumission à Charles VII.

   Par sa dimension cosmique, féminine, nationale, Jeanne est unique dans l’histoire du monde. Tous les grands génies ont mûri dans un environnement propice. Or la grandeur de Jeanne s’est manifestée totale et d’emblée, sans le moindre enseignement, sans la moindre expérience, sans la moindre formation. Une énigme absolue, insoluble.

     « Le caractère de Jeanne échappe à toutes les règles, à toutes les époques. Quels que soient les critères choisis, il demeure sans tâche, il reste parfait, occupe la place la plus haute à laquelle un être humain puisse aspirer, la plus élevée jamais atteinte par un autre mortel ». (J-F Halden)

  Pour l’américain Mark Twain, Jeanne incarne la pureté absolue. « Une fragile jeune fille, dans sa prime jeunesse, la main serrant l’épée qui tranchera les liens retenant son pays sous le joug de la servitude, détient seule le droit de symboliser, jusqu’à la fin des temps, la Patrie, l’amour de la Patrie, la Nation France ».

« Souviens-toi toujours, Français, que la patrie est née du cœur d’une femme » dira Michelet.

   Les minutes de sa première audition à Poitiers, à seize ans, celles de ses deux procès, condamnation et réhabilitation, démontrent ses qualités morales et intellectuelles, sa sagesse profonde et innée. Sa personnalité est belle, simple, aimable.

Quand elle est menacée pour désobéissance à l’Église, elle répond « Je prends mes ordres de Dieu, pas de l’Église ». Mais l’Église a tué Jeanne deux fois.
       Une première fois lorsque des dizaines de prélats catholiques français, esclaves mitrés de l’Angleterre, se saisissent de la noble enfant, la plus innocente, la plus belle, la plus adorable que les âges aient jamais conçue, pour la brûler vive à dix-neuf ans sur un bûcher.

   Une seconde fois en la canonisant, en s’accaparant cette figure nationale, humaine et féminine, pour la réduire à un emblème religieux. On aurait bien besoin de cette plus juste représentation aujourd’hui.

    Louis Lefant

https://ripostelaique.com/hommage-a-jeanne.html

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour En ces temps d’invasion, de trahison, et de désespérance, Jeanne aujourd’hui comme hier et , s’il plait à Dieu, demain comme aujourd’hui.

  1. En octobre 1430, Louis de Bourbon, Comte de Vendôme (Loir-et-Cher), de Chartres (Eure-et-Loir) et de La Marche (Creuse) en 1438, Seigneur de Mondoubleau (Loir-et-Cher), d’Épernon (Eure-et-Loir) et de Rémalard (Orne), ancêtre du Bon Roi Henri IV, revint avec Jean de Brosse, pour libérer Soisson, perdue au mois de mai. Il y fit de nombreux prisonniers dont le capitaine anglais Thomas Kyriel. Puis, le Comte de Vendôme lança en vain des troupes en direction d’Arras où la Pucelle était tenue en captivité
    http://jean-claude.colrat.pagesperso-orange.fr/1vendome.htm

    Une tentative, falie, de sauvetage de Sainte Jeanne d’Arc fut bien entreprise avec l’accord du Roi Charles VII.

    Dans l’absence du Roi pour l’incarner, Sainte Jeanne d’Arc, Apôtre et Martyre de la Royauté universelle de N.S. Jésus-Chrit et du caractère Sacré et Divin du Roi de France Son Lieutenant, détient seule le droit de symboliser, jusqu’à la fin des temps, la Patrie, l’amour de la Patrie, la Nation France.

  2. UN DERNIER POUR LA ROUTE !

    Je voudrai lancer ici une idée : et pourquoi ne pas faire de Saint-Louis et de Sainte-Jeanne d’Arc les Saints Patrons de la Charte de Fontevrault ? Pour saint-Louis, le cahpitre Fontevraiste a tuojours lieu le 25 aout et l tatu de saint-Louis est confié au Gouverneur en charge. Pour Sainte-Jeanne Jeanne d’Arc, cette dernière fut bien une jeune Royaliste de son temps qui alla chercher le Roi pour le conduire à son digne Sacre. Pourquoi ne deviendrait-elle pas la sainte Patronne des Royalistes ?

    Je suis sur qu’Alain TEXIER y a pensé. M. Louis Huber Rémi a écrit un livre entier sur la Triple Donation de Sainte Jeanne d’Arc. Nous sommes tous plus ou moins dévots à sainte Jeanne d’Arc. Qu’en pensez-vous, cher Fontevristes ?

  3. duguesclin dit :

    A tous,
    Le futur Gouverneur a un blog, » le conservatoire de la Triple donation » l’avez-vous consulté ? Très documenté.. Fêtons dimanche notre Pucelle d’ Orléans.
    Bien à vous tous Vive Jeanne

    • Victoria dit :

      Maitre votreJehane est éloquente sans parler par son regard et sa détermination qu’on lit sur sa machoire . Elle est vivante, si fragile sous son armure et non seulement cela mais aussi elle est pureté incarnée par le bleu de sa cuirasse comme le bleu du ciel. . C’est un ange incarné .
      Cela me fait penser à ce poème sur Jeanne lu par Alexandre Soumet le 24 Avril 1826 lors d’une séance de l’Académie Française .
      Je vais en citer un fragment qui est lui même un fragment de l’original lu car il est un peu long :

      Oh! que la providence a d’étonnants secrets !
      Il s’était rencontré dans nos vieilles forêts , Tandis que nous étions sujets de l’Angleterre,
      Une vierge semblable à celle de Nanterre.
      Ses regards étaient pleins d’une sainte langueur,
      Chastes comme sa vie et doux comme son coeur.
      Les bergères , ses soeurs, faisaient d’elle , à leurs veilles, des récits tout empreints
      D’ innocentes merveilles.
      Pour son pauvre pays, depuis ses premiers jours , elle priait , priait comme on aime ,et toujours.
      Une voix lui parla dans la forêt de chênes.
      Elle ceignit le fer, partit, brisa nos chaînes ;
      Ensuite elle tomba dans les mains des méchants,
      Le bûcher s’alluma pour la fille des champs.
      Elle y monta. Sa cendre au fleuve fut jetée,
      Et trois siècles après Voltaire l’ont chantée.
      Ah! Ses bourreaux du moins avaient, en se voilant ,
      Rassuré sa pudeur dans son tombeau brûlant.
      Français, n’insultez plus l’ange de votre histoire,
      Les palmes du martyre au front de la victoire,
      Votre nom reconquis, vos fastes relevés,
      L’innocence qui meurt pour vous avoir sauvés,
      Les derniers souvenirs de la chevalerie,
      La gloire et le malheur, le ciel et la patrie ……….

      N’est-ce pas votre portrait ?
      La suite vous pourrez je pense la trouver aisément sans quoi je la donnerai à Monsieur Texier et il verra ce qu’il veut en faire
      Le 9 Mai honorons là de tout notre coeur

      • Louis Chiren dit :

        Bonjour Madame,
        merci pour ce beau commentaire, ce visage s’inspire de celui d’une âme attachée à sa terre comme l’était sainte Jeanne d’Arc.
        Qu’elle nous entende du haut des Cieux et assiste notre roi comme elle le fit autrefois pour nous libérer de l’infamie. Bien à vous.

      • Entendu Victoria, donnez moi la suite sur mon adresse mail perso et nous publierons l’ensemble.

  4. Cher Alain, loin de moi de vouloir chambouler toute la Charte de Fontavrault. D’accord avec toi, la consécration au Sacré-Coeur est en effet, est des plus importantes.

    Victoria a écrit :

    -Elle l’est déjà et automatiquement la Sainte Patronne des Royalistes depuis son action pour Charles VII et pour la France. Tout Royaliste qui utilise ce mot prie avec Jeanne et l’honore systématiquement.

    Bien vu, chère Madame, tout à fait d’accord avec vous !

    D’accord également avec Duguesclin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s