14 mai : Une date très signifiante dans la dynamique d’avènement du Grand Monarque et qui atteste de son appartenance à la branche royale Valois, faussement réputée éteinte.

14 mai : Une date très signifiante dans la dynamique d’avènement du Grand Monarque et qui atteste de son appartenance à la branche royale Valois, faussement réputée éteinte.

        Vous me faites beaucoup d’honneur, cher Alain, en ce 14 mai avec la publication sur le blog de la charte du récit de mon échange de mails d’hier avec le directeur de la rédaction de l’Hebdomadaire l’Express https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2021/05/14/alain-beauregard-delegue-de-la-charte-a-linterpretation-des-temps-et-des-lieux-a-venir-se-penche-sur-la-deliquescence-de-lexpress/?wref=tp  au sujet de cette erreur invraisemblable mais en réalité très signifiante quant à la dynamique contemporaine qui concourt activement à l’avènement du Grand Monarque.


     Ce qui n’est pas moins signifiant c’est la date de mise sur internet de ce constat en ce 14 mai sans lequel je n’aurai pas pensé à vous adresser ces nouveaux éléments.
En effet, si nombre de nos ami(e)s royalistes associent sans peine cette date aussi bien à celle de l’assassinat du roi Henri IV en 1610 qu’à celle de la mort  de son fils, le roi Louis XIII en 1643 – les deux premiers rois Bourbon – je les invite également à se souvenir que cette date est celle – à l’inverse – de la naissance de Marguerite de Valois (1553-1615) « La reine Margot », la sœur des trois derniers rois Valois, branche réputée éteinte à la mort du roi Henri III (1551-1589), faute de descendance.
        Or, vous savez, cher Alain, nombre de raisons très concrètes pour lesquelles je crois au contraire fermement que c’est d’une branche royale cachée des Valois que sera issu le Grand Monarque (d’une manière qui coupera d’ailleurs court à toute querelle entre prétendants Bourbons, dés lors caducs).

Or, n’est-ce pas précisément, ce que vient très subtilement affirmer la succession de ces trois dates ?
Car, enfin, n’est-ce pas l’un de ces formidables « pied de nez » à l’histoire officielle qui dissimule une vérité cachée (une vérité à dessein cachée par Dieu pour peu de temps encore) que de constater que cette date du 14 mai à laquelle ont été rappelés au ciel les deux premiers rois Bourbon correspond en amont à la date de naissance Marguerite de Valois, qui fut par sa mort en 1615 la dernière descendante officielle de la branche royale des Valois après avoir été un temps l’épouse d’Henri IV.

Or, que successivement, meurent un 14 mai les deux premiers rois de cette branche Bourbon, le père et le fils, à cette date qui fut d’abord, antérieurement, celle de la naissance de cette dernière représentante officielle de la lignée royale des Valois ne peut être tenu pour être sans signification.

Dans les lignes qui suivent, je vais donc vous faire la démonstration étonnante mais rigoureuse que cette singulière « distribution » annonçait bien à l’avance, très prophétiquement qu’avec la fin du règne des rois Bourbons s’accomplirait la promesse d’une re(naissance) de cette lignée royale Valois en la personne du grand monarque.

Il nous faut donc nous intéresser à l’histoire de France sur le temps long, et on constatera la réalité de ce que j’oserai ainsi appeler cette « prophétie inaperçue » qui n’avait pas logiquement été identifiée comme telle avant ce jour, 14 mai 2021 et je dirai aussi pourquoi en fin d’article.

Commençons par constater qui ont été les deux derniers rois régnant de cette branche Bourbon, commencée avec Henri IV et attachons nous à la date de leur mort ; mort symbolique au trône quant à eux puisque tous les deux ont abdiqué :
– Charles X a abdiqué le 2 août 1830,
– Louis Philippe a abdiqué le 24 février 1848.
Or, qui aura vu avant ce jour du 14 mai 2021 qu’en terme calendaire (1848 étant une année bissextile) ; le milieu de l’axe de ces deux dates est le…. 14 mai !
En effet, lorsque l’on considère le milieu de journée où ces abdications ont eu lieu, le point de convergence de ces deux dates calendaires des 24 février et 2 août abouti bien, au cours du 80ème jour ainsi décompté, à cette date du 14 mai (vérifié sur tableur) !

Cette date du 14 mai, apparaît donc comme la date « cachée », commune à l’abdication des deux derniers rois Bourbon ayant régné (leur mort symbolique au trône). Or, cette date « cachée » renvoie très exactement à cette même date du 14 mai à laquelle ont été rappelés au ciel les deux premiers rois Bourbons Henri IV et Louis XIII.
Il existe donc un parallèle remarquable, j’ose dire « supérieurement, divinement ordonné » pour avoir fait survenir un 14 mai aussi bien la mort respective des deux premiers roi Bourbon que la fin du règne des Bourbons au travers cette même date du 14 mai, une date cette fois « cachée », telle que je l’ai mise en évidence à partir des dates d’abdication des deux derniers rois Bourbon à avoir régné.

Or, ce ne peut être en vain qu’a été déployé un tel ordonnancement mais pour lui conférer un sens !
Et ce sens a consisté à associer cette date de « clôture » du 14 mai appliquée aux Bourbons à une date de « commencement » s’agissant des Valois.

C’est ainsi que la date de naissance de Marguerite de Valois qui a précédé de plusieurs décennies l’accession au trône des Bourbons, en l’occurrence de celui qui fut un temps son mari, prophétisait nécessairement le moment venu la renaissance de cette branche Valois pour être en capacité de donner à la France ce dernier roi qui sera le Grand Monarque.

A mon sens, on est donc en présence d’une véritable prophétie « cachée » qui permet de comprendre :
1) que le règne des Bourbons est définitivement clos (et dés lors que sont caducs tous les prétendants Bourbons au trône de France : légitimistes, orléanistes, issus d’une éventuelle survivance de Louis XVII et autres)
2) que ce règne des Bourbons était en réalité illégitime (puisque la branche royale Valois n’était pas éteinte, pas privée d’héritier mâle) mais que ce règne était nécessaire dans le plan de Dieu (j’y reviendrai)
3) que cette fin du règne des Bourbons (Charles X et Louis Philippe) comme la mort en parallèle de ses deux premiers rois (Henri IV et Louis XIII) associée à cette date du 14 mai contient la promesse d’une (re)naissance au trône de la dynastie royale Valois en raison de son renvoi à une date de naissance symbolique pour la branche royale des Valois (cette date du 14 mai, date de naissance de Marguerite de Valois).

       Ces conclusions sont certes inattendues et pourtant il est possible d’ajouter à leur crédit et même de les approfondir en ayant recours à des clefs de lecture juives.
Nous allons ainsi constater à quel point ce « bel ordonnancement » est bel et bien divinement orchestré, conduisant immanquablement à l’avènement du Grand Monarque…
Je précise que ces emprunts à la foi juive ne devraient étonner que ceux qui auraient oublié que notre Seigneur Jésus Christ était juif et/ou qui auraient oublié que la composante, voire l’ascendance davidique de la royauté française justifie parfaitement et très pertinemment le recours à ces clefs de lecture juives.

      On pourra ainsi commencer d’avoir une idée plus précise de ce qui a justifié « aux yeux de Dieu » que la branche royale Valois soit écartée pour un temps du trône de France à compter de cette fin du XVIème siècle.
          C’est un nouveau calcul « du milieu de l’axe » qui va nous mettre bibliquement sur la voie : Il s’agit du “milieu de l’axe” entre le décès des deux premiers rois Bourbons. Il est espacé de 33 ans jour pour jour (du 14 mai 1610 au 14 mai 1643). Ce « milieu de l’axe » s’établit donc à la date du 14 novembre 1626 (soit à 16 ans et demi de la date de décès respective de ces deux rois, en aval pour le premier, en amont pour le deuxième.
      Lorsqu’on calcule ensuite la durée qui s’est alors écoulée de la date de naissance de la Reine Margot, le 14 mai 1553 à ce « milieu de l’axe », on aboutit à 73 ans et demi. Symboliquement, on pourrait dire qu’on touche au plus profond du 73 ! Et alors, me direz-vous ?
             C’est là où le recours à des clefs de lecture juives est indispensable car il faut savoir que ce nombre est très négativement connoté dans la foi juive. Simplement résumé : 70 renvoie bibliquement aux 70 Nations, 71 renvoie aux 70 nations plus Israël et 72 renvoie à une totalité en équilibre stable composé exclusivement des 70 Nations, d’Israël et de Dieu. C’est pourquoi, en bonne logique, dans la tradition, juive, la toute première unité qui se trouve au-delà de cette totalité justifie de faire l’’objet d’un rejet caractérisé ; elle est indésirable ! C’est ainsi que dans la Bible, on trouve un personnage tout particulièrement associé à ce nombre 73 dont il est dit qu’il « n’aura pas part au monde futur »(1). C’est Amalek https://fr.wikipedia.org/wiki/Amalek et s’il en est ainsi, c’est non seulement parce qu’il est celui qui attaque traitreusement l’arrière de la colonne des hébreux alors que venant de traverser la mer rouge fendue en deux par Moïse, ils se croyaient tirés d’affaire (Exode 17.8-16) mais c’est aussi parce que descendant d’une haute lignée : celle des patriarches Abraham et Isaac qui était son arrière grand père, il est issu du fils ainé (Eliphaz) qu’Esav, le frère du patriarche Jacob, a eu au terme d’une union adultérine et incestueuse (avec la fille qu’il avait eu d’une concubine).

       On pourrait donc aisément comprendre à l’évocation de ce quantum de 73 que si la branche royale Valois a été provisoirement écartée du trône par le ciel – laissant place pour un temps aux Bourbons – ce pourrait bien être en raison d’une semblable « corruption des mœurs » dont pourrait être directement issue cette branche cachée de la lignée royale Valois et dont sera issu son dernier roi, le Grand Monarque…
Or, c’est là une hypothèse qui semble conforme à la recherche historique puisque l’on sait bien que la cour des derniers Valois et la vie de la Reine Margot elle-même en cette période très troublée des guerres de religion s’est caractérisée par des tels débordements et excès.

     En réalité, il s’agit là bien davantage que d’une simple hypothèse et nous allons pouvoir le constater aisément d’une manière qui, en ce 14 mai 2021, témoignera en outre avec force de la puissante dynamique contemporaine qui œuvre à l’avènement du Grand monarque :
    J’ai ainsi rappelé ci-dessus que l’abdication du dernier roi Bourbon, Louis Philippe, survint le 24 février 1848.
    Force est alors de constater qu’à compter de cette date, il s’est écoulé plus de 173 ans (173 ans et 80 jours très exactement). Or, au terme de cette « langue des oiseaux » dont on sait qu’elle sert à abriter bien des secrets, ce quantum peut être entendu comme « sans 73 » pour signifier qu’à compter de ce jour, 14 mai 2021, est définitivement levée la réprobation divine qui pesait sur cette branche cachée issu de la lignée royale Valois et que plus rien ne fait donc obstacle à l’avènement du Grand Monarque
      Pour mémoire, et conformément à la foi juive il faut en effet savoir que selon la Bible la faute des parents est imputée aux enfants, cf en Jérémie 31 : 29 « les parents ont mangé les raisins verts et les enfants ont eu les dents agacées » (une réalité aujourd’hui confirmée par la psycho-généalogie, cette remarquable discipline développée à l’origine par le Dr Anne Ancelin Schutzenberger, dont beaucoup se souviendront avoir lu : « Aïe mes aïeux ! ».

      La(es) faute(s) très grave(s) commise(s) par la dernière génération des rois Valois dont fit partie Marguerite de Valois et d’où est issue cette branche cachée dont sortira le Grand Monarque était donc frappée d’un empêchement a régner qui aura duré plusieurs siècles et qui vient de s’achever en cette année 2021 et plus certainement encore en ce 14 mai 2021 à présent que tout cela vient d’être élucidé, sachant en outre que l’atteinte en ce jour de ces 173 ans et 80 jours depuis l’abdication du roi Louis Philippe résonne singulièrement au regard, là encore, de clefs de lecture juives puisque c’est avec l’atteinte de ce quantum (en l’occurrence au regard de son âge) que Moïse entra dans une nouvelle phase de sa vie et reçu la révélation de Dieu dans le buisson ardent et que lui fut dévoilée sa mission de libérateur auprès de son peuple.
Au demeurant, on ne sera donc pas surpris de la si longue durée de cet empêchement à régner qui vint frapper cette dynastie royale Valois ; la tradition juive répute, quant à elle, un tel opprobre s’étendre sur 10 générations lorsqu’il fait suite à un inceste…

      Une dernière précision : Rétrospectivement on trouvera dans cette prophétie cachée et dévoilée en ce 14 mai 2021 la véritable explication du message qui transita par Maximin Giraud, le voyant de la Salette, lorsqu’il s’adressa au comte de Chambord pour le dissuader de monter sur le trône de France en lui disant qu’un autre était plus légitime que lui. Soit que ce fut le résultat de l’interprétation erronée ou d’un conditionnement du voyant à partir de cette vérité première qu’était l’illégitimité à régner du comte de Chambord, soit que ce fut le fruit de l’interprétation des contemporains, on affirma à l’époque – c’était un thème qui était répandu parmi les royalistes – que celui qui était plus légitime que le comte de Chambord pour devenir roi de France était le descendant d’un Louis XVII qui aurait été exfiltré de la prison du Temple.
     Or, à cette époque, après la chute du second Empire en 1870, deux décennies s’étaient écoulées depuis l’abdication du roi Louis Philippe et conformément à cette prophétie révélée aujourd’hui, celui qui avait plus de légitimité pour monter sur le trône était non un Bourbon mais le descendant de l’époque de cette branche cachée et royale des Valois dont sera issu le dernier roi de France et Grand Monarque.

Bien fontevristement vôtre.

Alain Beauregard, délégué de la charte en Auxerrois et délégué de la charte à l’interprétation des temps et des lieux à venir

(1) Nos bibles chrétiennes donnent un sens légèrement différents en Exode 17.14 :               «  L’Eternel dit à Moïse: «Écris cela dans le livre pour qu’on s’en souvienne et déclare à Josué que j’effacerai le souvenir d’Amalek de dessous le ciel.»

 

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites survivantistes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour 14 mai : Une date très signifiante dans la dynamique d’avènement du Grand Monarque et qui atteste de son appartenance à la branche royale Valois, faussement réputée éteinte.

  1. Il pourrait y avoir confusion entre le titre de PRINCE DE VALOIS, appartenant à une Branche aînèe, oublièe mais Légitime des Bourbons, et la dynastie des Valois, éteinte en ligne Légitime avec Henri III.

    Selon la famille Dujol, qui se disait descendre du Masque de Fer, le fils de ce dernier, le Grand amiral de Valois devrait son nom au tritre de PRINCE DE VALOIS reçut du Régent, au nom du petit Louis XV.

    Selon mon hypothèse
    https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2014/01/03/une-nouvelle-piste-pour-les-providentialistes-une-branche-ainee-oubliee-mais-legitime-des-bourbons/
    Le masque de Fer descendrait d’une branche Aînée, oubliée mais Légitme des Bourbons, celle des Bourbon-Montpensier, issu du Connétable de Bourbon, et dont une branche fut retrouvée au XIX° siècle en Inde : il pourrait y avoir confusion entre le titre de PRINCE DE VALOIS et la dynastie des Valois, éteinte en ligne Légitime avec Henri III, le Grand Monarque pouvant descendre de la barcnhe italienne, celle des d’Albon de La croix, venant AVANT celle indienne, des Bourbons-Monpensier.

    C’est la branche italienne, aînée, des Bourbon-Montpensier d’Albon de la Croix ui serait revenu en France tenter la conjuration d’Amboise pour reprendre aux Valois, les terre Bourbonniennes confisqué au Connétable de Bourbon. Alors que la branche indienne parti pour bhopla, la branche italienne aurait donné le Masque de Fer.

    A lire : -R. de Warren et A, de Lestrange, Les prétendants au trône de France (Editions de L‘Herne)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s