François-Xavier Pachot vous recommande : « Saint Eloi, Lumière du VII éme siécle ». Un maître-ouvrage d’Audrey Marcelis, épouse d’un pélerin de Pontmain.

         Je viens à vous car mon épouse a confectionné un livre de 648 pages sur la vie de Saint Eloi, l’orfèvre du roi et futur évêque de Noyon-Tournai. Grande page d’histoire illustrant les liens étroits entre d’une part la Belgique et la France, d’autre part l’autel et le trône. Monumental travail. Je vous laisse découvrir le site de précommande.

       Sans ces précommandes il nous sera impossible de financer l’impression et donc la diffusion et le rayonnement d’un grand Saint au service de la Fille Aînée de l’Eglise. La crise du covid nous a mis une corde financière au cou. Mon commerce est par terre. Voici le lien:

https://www.ulule.com/saint-eloi-lumiere-du-viieme-siecle/

Saint Eloi, lumière du VIIème siècle Un livre qui nous fait voyager au temps des Mérovingiens!www.ulule.com

     Le lien suivant  vous donnera  accès à une  vidéo vous donnant  tout  ce  que  vous pourriez  souhaiter savoir.

 https://fr.ulule.com/saint-eloi-lumiere-du-viieme-siecle/

https://www.youtube.com/watch?v=3Qv_TsdUsmY&ab_channel=AudreyM

          Si vous avez des amis susceptibles d’être intéressés, n’hésitez pas à leur transmettre le lien et la flamme. Les éditeurs catholiques sont frileux, il faut être pistonné partout, y compris chez les catholiques, et nous sommes de pauvres pèlerins.

      Bien fraternellement en Jésus-Christ Roi de France et Marie Reine.

     Olivier Guerriat, pèlerin belge de la Supplique à Dieu pour le retour du Roi à Pontmain

       Bonjour, je m’appelle Audrey Marcelis, je suis une femme mariée catholique, de nationalité belge (francophone), diplômée en arts plastiques et décoration, j’ai restauré plusieurs statues d’église, j’ai également confectionné une bande dessinée sur la vie de Saint Nicolas (autoédition), j’ai aménagé diverses décorations dans ma paroisse, bref, chez moi art et foi vont de pair. Grâce à Dieu et à la demande de mon prêtre, j’ai eu le bonheur d’étudier la vie, les œuvres, le culte, la dévotion et tout ce qui concerne Saint Eloi. Cinq longues années de labeur, je n’ai pourtant pas vu le temps passer.

          La vie de Saint Eloi couvre tant de sujets qu’elle est susceptible à mon humble avis d’éveiller la curiosité et de rencontrer les attentes d’un lectorat varié et nombreux. Les catholiques apprendront à (re)découvrir un Saint hors pair, ayant évangélisé le nord de la France, la Belgique actuelle ainsi qu’une partie des Pays-Bas. Suivre les pas de Saint Eloi c’est suivre le déploiement du Siècle des Saints où foisonnent monastères, abbayes, autels, chapelles, dévotions, inventaires, reliquaires, où un Saint en engendre dix de plus et où les chemins de Sainteté se croisent et recroisent pour ainsi peu à peu former la grandiose Civilisation de la Croix, enfant du miracle sorti des entrailles de sa mère l’Eglise Catholique après les siècles de persécutions. Certes les combats ne manquent guère, la partie est loin d’être gagnée mais par Saint Eloi la Chrétienté se déploie avec l’aide inestimable des rois de France. Les royalistes apprécieront l’union du trône et de l’autel. Saint Eloi battait monnaye sur l’Île de la Cité à Paris, époque où furent jetées les fondations des états souverains, maîtres de leurs destins déposés aux pieds du Seigneur des seigneurs Jésus-Christ. Saint Eloi frappe la monnaye parce qu’il est un orfèvre de génie, à la probité légendaire, lui qui pour le prix d’un trône en or et pierres précieuses en produisit deux pour le seigneur roi Clotaire II (« fauteuil du roi Dagobert »). Saint Eloi confectionna tant de châsses, fit l’invention de tant de reliques, rarement au cours de l’Histoire de l’Eglise le culte des Saints fut mis aussi intensément à l’honneur. L’art mérovingien mit sa puissance au service de la Toute-Puissance surnaturelle. Homme et Dieu main dans la main… Le siècle de Saint Eloi est un siècle de foi, c’est LE siècle de LA Foi. Etudiez Saint Eloi, vous rencontrerez Saint Sulpice, Saint Fursy, Saint Tillon son disciple, Saint Amand son ami, Saint Ouen son ami et biographe, le roi des Bretons Saint Judicaël (prince de la Domnonée), Saint Martin dont il confectionna le tombeau, des centaines de Saints et puis toutes ces saintes femmes telle Sainte Aure de Syrie ou la légendaire Sainte Bathilde, dont il fut le maître et père spirituel, l’ami pour l’éternité, reines, princesses ou pauvrettes sans le sou… Sa charité sans borne fait voir ce qu’est le règne social ET royal de Notre Seigneur Jésus-Christ. Abbaye de Saint-Denis, abbaye de Solignac, abbaye Saint-Sulpice, abbaye Saint-Médard (de Soissons), etc. chapelles, abbayes, monastères, partout Saint Eloi édifie ou anoblit, reconstruit, embellit, pérennise… Cet homme extraordinaire habite un morceau de l’Histoire de France et des Francs en général, jusqu’aux confins de la Flandre puisqu’il en fut le principal évangélisateur – l’Apôtre des Flandres, françaises et belges, des deux côtés de la frontière; on appréciera au passage comment histoire belge et française sont intrinsèquement liées depuis le Baptême de Clovis, né à Tournai, baptisé à Reims… Saint Eloi fut évêque de Noyon Tournai, cet immense diocèse jumelé témoigne de nos origines communes. La Belgique (Belgica Secunda) donna à la France ses rois, la France le lui rendit bien en la personne du grand Saint Eloi. Saviez-vous qu’il existe un lien entre les apparitions de Notre Dame à Boulogne-sur-Mer et Saint Eloi ? Vous découvrirez pourquoi et comment si vous prenez la peine d’ouvrir ce livre sur la Lumière du VIIe siècle : Saint Eloi !

       Dans la suite de l’ouvrage vous découvrirez aussi les confréries Saint-Eloi de France, Belgique, Allemagne, Italie, Hollande… Descendants des illustres corporations de métier, là aussi témoins de l’économie médiévale, axée sur la Croix, ancrée dans la morale de l’Eglise, où savoir-faire artisanal, génie scientifique et exigences éthiques forment les âmes au sein d’une société harmonieuse et savamment organisée, communauté d’hommes authentiques, sous le patronage de l’orfèvre aux doigts d’or et au cœur pur.

     Saint Eloi c’est aussi la vie d’un pieux catholique longtemps « simple » laïc, bien que ministre du roi ! D’un coup sera appelé à l’épiscopat tant sa sainteté le précède, éclate en miracles, flot de grâces ininterrompues… Y compris après son rappel au Ciel, puissant intercesseur contre tant de maux et maladies, protégea villes et familles, inspira chants, prières, arts, poèmes…

      Œuvre monumentale pour monument de l’histoire avec un grand H, telle qu’on aimerait la voire se reproduire de nos jours, renouer avec la gloire des Saints du passé, simples, puissants, entièrement dévoués, orientés vers la Lumière Eternelle.

Saint Eloi priez pour nous ! Et accueillez-nous dans votre si belle histoire…

https://www.ulule.com/saint-eloi-lumiere-du-viieme-siecle/

Audrey Marcelis – audreymarcelis@hotmail.be

——–

     Renseignez- vous sur les nombreuses possibilités qui vous sont offertes d’aider à la publication et /ou d’acquérir ce maître livre en activant le lien suivant:

      https://fr.ulule.com/saint-eloi-lumiere-du-viieme-siecle/                                              50 euros + les frais de port pour la France = 67 euros

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Fêtes catholiques, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour François-Xavier Pachot vous recommande : « Saint Eloi, Lumière du VII éme siécle ». Un maître-ouvrage d’Audrey Marcelis, épouse d’un pélerin de Pontmain.

  1. Saint-Elloi, de son vrai nom Éloi de Noyon (Eligius en latin, l’« élu », Noviomensis) (v. 588 – 1er décembre 660), évêque de Noyon, orfèvre et monnayeur, il eut une fonction de ministre des Finances auprès de Dagobert Ier. Saint Éloi pour les Catholiques est fêté le 1er décembre. À Paris, on commémore le 25 juin la translation d’un de ses bras en la cathédrale Notre-Dame de Paris en 1212.

    Saint-Éloi entra au service de l’orfèvre Bobbon, qui reçut une commande du roi Clotaire II pour la fabrication d’un trône d’or orné de pierres précieuses.

    Clotaire II donna à Bobbon la quantité d’or nécessaire à la fabrication du siège, qui fut transmise à Éloi. Celui-ci fabriqua deux trônes en évitant la fraude sur la quantité d’or en ne prenant pas « prétexte des morsures de la lime, ou celui de la trop grande ardeur du feu ».

    L’honnêteté d’Éloi paya, Clotaire II le garda dans son entourage.

    Il fonda des monastères à Solignac (631 ou 632) et à Paris (631, monastère Saint-Martial, avec Aure de Paris comme première abbesse, devenu par la suite couvent Saint-Eloi). La fondation de l’abbaye du mont Saint-Éloi près d’Arras lui a été également attribuée, mais cette attribution – insuffisamment fondée – est aujourd’hui contestée.

    Investi de toute la confiance de Dagobert Ier, il remplit les missions les plus importantes et réussit notamment à amener Judicaël, duc des Bretons, à faire sa soumission en 636.

    Il aurait accomplit des miracles, tels que le sauvetage de l’incendie de l’église Saint-Martial dans l’île de la Cité à Paris et la guérison d’un paralytique dans l’abbaye de Saint-Denis.

    Éloi avait un disciple, saint Tillon (Thillon) – vulgairement Til ou Théau -, fils de l’un des chefs saxons écrasés par Clotaire II et vendu comme esclave, qu’il avait racheté de l’esclavage et formé à la vie chrétienne et qui fut abbé de Solignac avant de se retirer comme ermite à Brageac.

    Saint Éloi est réputé fondateur de l’église de Dunkerque. Il y aurait, selon la légende, pacifié le géant Allowyn, pour protéger Dunkerque des invasions et pillages des Vikings.

    Saint Éloi est resté célèbre au travers de la comptine « Le bon roi Dagobert » qui a été composée au xviiie siècle.

    A Ploudaniel, dans le Finistère, on trouve la chapelle Saint-Éloi et son calvaire…

  2. Pattier Patrick dit :

    Si vous donniez de manière simple le prix de l’ouvrage.

    • Bonjour monsieur Pattier. Je vous invite à prendre connaissance du site de précommandes dont l’URL figure au début de l’article. Faites défiler les différents articles proposés à la vente, à la droite de l’écran, colonne « contreparties », jusqu’à « Saint Eloi Lumière du VIIème siècle le livre ». Le prix du livre est clairement indiqué : 50 € hors frais de port.
      J’en profite au passage pour signaler qu’il s’agit d’une plateforme de financement participatif, tous les articles précommandés, toutes les contributions avec ou sans contrepartie, ont pour but de donner vie à un projet audacieux – 648 pages couleur (des milliers de photos et dessins) format A4 paysage couverture cartonnée rigide – tant artistiquement parlant, que sur le plan religieux et politique. Ce genre d’ouvrage haut en couleurs ne voit plus le jour, car notre époque, notre génération a démissionné, elle a tourné le dos à la lumière, tout est devenu gris, morne, triste, froid et calculateur.
      Mon épouse et moi nous battons pour sinon inverser la tendance, du moins permettre qu’un rayon de pure vérité illumine un instant la nuit de ce monde en perdition.
      Ceux qui fréquentent ce blog providentialiste savent que le combat est âpre, les forces antagonistes sont considérablement plus importantes que les hommes de bonne volonté et le très petit reste de Justes.
      Merci pour votre soutien ainsi que votre compréhension.
      En Union de prières.
      Que le Christ Roi Tout-Puissant Rédempteur bénisse chacun des membres de la Charte !

    • Audrey Marcelis dit :

      50 euros + les frais de port pour la France = 67 euros

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s