« Fontevrault » ; un des noms de guerre de Michel Debré (1912-1996) dans la Résistance.

Histoire

Michel Debré est le fils du professeur Robert Debré (1882-1978), considéré comme le fondateur de la pédiatrie moderne en France et le petit-fils du rabbin Simon Debré (1854-1939).

Michel Debré étudie à Paris, au lycée Montaigne, puis au lycée Louis-le-Grand. Diplômé de l’École libre des sciences politiques, il devient docteur en droit à l’université de Paris, et intègre également l’École des officiers de réserve de la cavalerie à Saumur. Il est reçu, à 22 ans, au concours de l’auditorat au Conseil d’État.

Mobilisé en 1939 comme officier de cavalerie, il est fait prisonnier à Artenay en juin 1940, mais parvient à s’évader en septembre suivant. Il rentre alors au Conseil d’État et se montre favorable au général Maxime Weygand. D’avril à octobre 1941, il est directeur de cabinet d’Emmanuel Monick, secrétaire général du Protectorat français du Maroc, qui prépare déjà l’opération Torch. Michel Debré retourne de nouveau au Conseil, prête serment au maréchal Philippe Pétain, et est nommé maître des requêtes au Conseil d’État par Joseph Barthélémy en 1942[1].

En février 1943, quatre mois après l’invasion de la zone libre, il s’engage dans la Résistance sous le nom de Fontevrault puis de François Jacquier, adhérant au réseau Ceux de la Résistance (CDLR). Pendant l’été 1943, il est chargé par le général de Gaulle d’établir la liste des préfets qui remplaceront ceux du régime de Vichy pour le jour de la Libération. Il devient lui-même commissaire de la République à Angers en août 1944. L’année suivante, de Gaulle le charge auprès du Gouvernement provisoire d’une mission de la réforme de la fonction publique, dans le cadre de laquelle il crée et rédige les statuts l’École nationale d’administration, dont l’idée avait été formulée par Jean Zay avant-guerre.

http://www.ajpn.org/personne-Michel-Debre-3217.html

et aussi :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Debré

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s