De l’abbé Guillaume de Tanoüarn, prêtre de l’Institut du Bon Pasteur : La dernière prière du prêtre, au cours de la messe, est résolument sacrificielle.

Merci à notre informateur de nous avoir communiqué ce texte fondamental que l’on ne peut lire sans tremblements.

       La dernière prière du prêtre, au cours de la messe, est résolument sacrificielle, comme pour montrer que le sacrifice est l’essentiel de la liturgie. Cette prière se récite au moment où le prêtre baise l’autel une dernière fois, manifestant par ce geste combien ce rite qu’il vient de célébrer ne provient pas de lui, de sa foi personnelle ou de sa spiritualité propre, mais s’identifie à l’autel, qui porte, nous l’avons vu au début de ce travail, le sens divin du sacrifice. Voici une traduction de cette prière :

      Que vous plaise, ô sainte Trinité, l’hommage que je vous rends de mon service. Faites que ce sacrifice que j’ai porté aux yeux de votre majesté, malgré mon indignité, vous soit agréable (acceptabile) à vous et qu’à moi ainsi qu’à tous ceux pour lesquels j’ai porté cette offrande, elle soit propitiatoire (propitiabile) autant que vous êtes miséricordieux, par le Christ notre Seigneur

       J’aurais aimé pouvoir faire rimer les traductions des deux adjectifs latins : acceptabile et propitiabile. Difficile de trouver, en français, deux adjectifs assonnants, en des sens si précis et si voisins ! Mais qui a dit que le latin liturgique est un latin de cuisine ? L’homéotéleute * aide à articuler la pensée.


       Nous avons vu que la messe comportait toutes les formes de sacrifices. La forme la plus durable est certainement le sacrifice de louange, puisqu’il occupera toute notre éternité, en manifestant notre joie d’être à Dieu. Mais la forme la plus immédiatement importante des quatre genres de sacrifice n’est ni le sacrifice de louange, ni le sacrifice d’action de grâce, ni le sacrifice de demande (appelé aussi impétratoire). C’est le sacrifice qui nous rend Dieu propice, qui nous permet d’être comme d’égal à égal face à son éternité, Il y a entre Dieu et nous le mur de la finitude et du péché. Dieu lui-même a voulu casser ce mur et nous permettre de vivre de plain pied avec son éternité en devenant ses fils et ses filles. La messe, pour qui la vit, réalise cette transformation. C’est en ce sens d’ abord qu’elle est un sacrifice. Par la transformation de notre prière dans la prière du Christ, par la transmutation de notre inefficacité dans l’efficience du Fils de Dieu, elle est le signe décisif du changement de notre condition et de l’arrivée, à la fin des fins, du Royaume de Dieu, éternelle communion qui abolit toute finitude, parce qu’elle nous divinise.

Mardi 3 août 2021

http://ab2t.blogspot.com/2021/08/

C’est le cas de l’écrire : un sacrifice sinon rien, sinon le monde ne changera pas et restera toujours dans cet état d’inachèvement désespérant dans lequel nous le voyons tous les jours. La réponse au problème du mal n’est pas à chercher en arrière, dans le passé de l’humanité ou dans je ne sais quel état parfait de l’humanité adamique. Elle s’écrit, cette réponse, dans le sacrifice de la croix, où le Fils de Dieu affronte par le miracle de son incarnation la Puissance du mal et la fatalité de la mort, en y répondant par l’amour surnaturalisant. A chaque messe, cette réponse se rend tangible pour que le plus d’hommes et de femmes y participent, en s’incluant, par la médiation du rite sacré, dans la prière du Christ, dont ils sont, ces hommes et ces femmes, à la fois la matière première (si j’ose dire) et, encore aujourd’hui, l’enjeu ultime, mais aussi, dans la communion des saints, les agents communicateurs et les imitateurs indignes.


Ce Mystère ecclésiologique, le pape François, dans son Motu proprio Traditionis custodes, a décidé de le marquer du sceau d’infamie que reçoit, dans sa pensée, tout ce qui est préconciliaire. A-t-il décidé de changer de religion, non pas de foi, je le précise : de religion c’est-à-dire de relation à Dieu ? A-t-il décrété que la messe sacrificielle avait fait son temps et qu’elle était le signe d’un autre visage de l’Eglise que le visage qui a triomphé à Vatican II ? Si cette interprétation radicale se révélait juste, ce que l’avenir proche nous dira, ce serait au mépris de ce que voulaient la grande majorité des Pères conciliaires, au mépris de l’Eglise et au mépris du plan divin.


Pourquoi au mépris du Plan divin ? Parce que le problème du mal dans cette perspective conciliaire n’aurait pas d’autre solution que les bricolages sans cesse recommencés de notre bonne volonté toujours balbutiante depuis que le monde est monde et qu’Eve a croqué dans la pomme. Le monde redeviendrait incompréhensible, livré à un progressisme, que l’on doit dire à bon droit “imbécile”, parce que l’on voit bien que, du problème du mal, il n’a qu’un simulacre de réponse. N’en déplaise aux progressistes d’aujourd’hui, la réponse à donner au terrible problème du mal n’est pas le Parc humain avec contrôle obligatoire, crédit social à la chinoise, et passe sanitaire à la française, pour accéder aux vespasiennes et faire régner une morale publique dominatrice, imposée à force de traçabilité des personnes, par des caméras de surveillance et des logiciels de reconnaissance faciale. Ce monde du Panoptikon que Michel Foucault a seul vu venir, est un terrible simulacre de réponse, parce que, progrès technique aidant, ce monde du contrôle est pire que le problème du mal tel qu’il se donne à voir dans les sociétés ordinairement humaines.

Terrible ironie de l’histoire ! Les membres du Club de Davos, Klaus Schwab en tête, fascinés par les modalités nouvelles de la survie du communisme chinois, entendent solutionner par le contrôle le monde archipelisé qui est le nôtre. Mais leur remède, indéniablement progressiste pourtant par les techniques qu’il met en jeu, s’avèrera pire que le mal, anéantissant chez les hommes l’idée même de liberté.


Historiquement, la seule réponse au mal est spirituelle, c’est la mort de Jésus sur la Croix et le sacrifice de la messe qui nous permet de nous inclure dans ce mystère. La croix où meurt l’Innocent par excellence semblait pourtant participer du Mystère d’iniquité. Par un retournement sans exemple, elle devient le signe du Mystère de la piété, par lequel nous sommes tous prêtres (c’est-à-dire offrants), et nous devenons les rois de notre propre destinée, en en maîtrisant l’horizon éternel. “Il a fait de nous un royaume et des prêtres” comme dit l’Apocalypse (I, 9).

C’est à cette réalité eschatologique que la messe traditionnelle nous permet d’assister et même de participer. Son interdiction par le Motu proprio du pape François a elle aussi un sens eschatologique.

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Catholique, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour De l’abbé Guillaume de Tanoüarn, prêtre de l’Institut du Bon Pasteur : La dernière prière du prêtre, au cours de la messe, est résolument sacrificielle.

  1. – Comment expliquer la jeunesse de la messe en forme extraordinaire qui vit un nouvel élan à travers les nombreuses vocations sacerdotales, la croissance des communautés traditionnelles, des mariages et des baptêmes

    http://cathedrale-angers.fr/messes/forme-extraordinaire/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s