Sainte Jeanne d’Arc et son « Gentil Dauphin » Père Jean-François Thomas; 3 mai 2021.

Sainte Jeanne d’Arc est patronne secondaire de la France, reconnaissance bien tardive de l’Église qui ne la canonisa qu’après l’exaltation nationaliste républicaine dont elle fut l’objet à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Sa solennité, le 9 mai, est l’occasion de se pencher brièvement sur les relations entre Charles VII, le « Gentil Dauphin », et Jeanne la Pucelle car les raccourcis et les caricatures les entachent souvent. Dans Le Mystère de la Charité de Jeanne d’Arc, Charles Péguy fait ainsi parler Jeannette et Madame Gervaise :

« Jeannette : – Et quand nous voyons, quand vous voyez que la chrétienté tout entière s’enfonce graduellement, et délibérément, s’enfonce régulièrement dans la perdition.

Madame Gervaise : – On verra, on verra mon enfant. Qu’est-ce que tu en vois. Qu’est-ce que tu en sais. Qu’est-ce que tu sais. Qu’est-ce que nous en savons. On verra voir. […] Il y aura des siècles de siècles. Nous sommes de l’Église éternelle. Nous sommes dans la chrétienté éternelle. Nous sommes de la chrétienté éternelle. Ces temps sont venus, il y aura d’autres temps. Ces temps sont venus, il y aura, il y a l’éternité. Que pèsent les siècles des siècles du temps en face de l’éternité. »

      Sages paroles que tout chrétien, à chaque époque, devrait se répéter afin de ne pas sombrer dans la désespérance. Le « Gentil Dauphin », Charles VII, était un chrétien convaincu et craignant le Jugement. Celui que Jeanne conduira à Reims pour le sacre qui le transformera vraiment en roi, en lieutenant de Dieu, n’était pas l’être falot et lâche, image réductrice que l’histoire forgera.

Publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , , | 2 commentaires

Le Conseil dans l’Espérance du roi a inspecté en son temps la chapelle royale du château de Versailles. Tout est en ordre pour la messe d’action de grâces du retour de la cérémonie de Sacre du Grand Monarque à Reims.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2018/03/21/dun-coin-a-lautre-du-chateau-de-versailles-sest-elaboree-la-chapelle-royale/

        Nous empruntons à nos amis du Conseil dans l’Espérance du roi (CER ) cette magnifique analyse de ce qu’a failli être , de ce que fût et de ce que demeure la chapelle royale du château de Versailles. En activant le lien ci-dessus, vous retrouverez non seulement cette magnifique illustration mais aussi une chronologie des tenants et aboutissants de ce que fût- et de ce que demeure-la chapelle royale du Château de Versailles.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2017/03/18/bulletin-climatique-du-week-end-1819-mars-2017-de-la-republique-francaise/

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/tag/chapelle-royale-versailles/

BIBLIO COMPLEMENTAIRE.

  • L’étonnante destinée d’un édifice provisoire : la chapelle royale de Versailles entre 1682 et 1710https://journals.openedition.org/crcv/11452

———

Et comme nous ne ne voudrions pas être accusés de nous parer des plumes du paôn .  https://www.expressions-francaises.fr/expressions-s/408-se-parer-des-plumes-du-paon.html

Nous complêtons ce post par une copie d’écran du blog de Royal Artllerie ( Voir 2 ém paragraphe intitulé  » Convergences » qui vous montrera que les qualités du blog du CER sont également appréciées par nos amis de Royal artillerie.

https://royalartillerie.blogspot.com/p/roycoland.html


ROYCOLAND


KIOSQUE
[revue politique et parlementaire]-[élements]-[antipresse]-[le bien commun]-[foreign policy]-[mpi]-[polemia]-[riposte catholique]-[moutons]-[libé-dz]-[the national interest]-[washington post]-[breitbart london]-[jerusalem post]-[fds]-[l’orient-le jour]-[the straits]-[scmp-int’l]-[royaliste]-[politique magazine]-[the newyorker]-[bld voltaire]-[causeur]-[mni]-[telos]-[l’incorrect]-[amazigh24]-[le 360]-[rfi]-[le devoir]

CONVERGENCES
[demain la monarchie]-[urbvm]-[groupe d’action royaliste]-[vendée-militaire]-[royauté-news]-[la porte latine]-[gabriel-privat]-[fondation-st.louis]-[afprod2]-[carlistes]-[mémorial des rois]-[lys de france]-[conseil dans l’espérance du roi]-[lfar-davin]-[fontevrault]-[chouans bretons]-[institut illiade]-[grands auteurs acteurs de ce monde]-[chroniques-michel-de-grèce]-[légitimité (burgos)]-[mémorial de france]-[jean-philippe chauvin]-[monarchico]-[democratie-royale]-[metapo]-[bertrand renouvin]-[l’œuvre d’orient]-[noblesse & royautés]-[l’insolent]-[le million du roi]-[médiévales]-[au cœur du nationalisme]-[didier-tauzin]-[iliade institut]

BASES
[le roi pour tous]-[almanach de gotha]-[les-vergers]-[bulletin du château]-[rois-souterrains]-[vive le roy]-[maurras.net]-[maurras-actuel]-[régiments 1789]-[textes de blanc de st bonnet]-[textes de bonald]-[ish]-[textes de maistre]-[manifeste légitimiste]-[héraldique européenne]-[dictionnaire héraldique]-[heraldry society]-[biblio-héraldique-forum]-[louis xvi au jour le jour]

POLEMOLOGIE
[egeablog]-[chauprade]-[asaf]-[nec pluribus impar]-[praeteriti fides]-[ultima ratio]-[fauteuil-de-colbert]-[rdn]-[le mamouth]-[solidarité défense]-[mars-attaque]-[athena-defense]-[mer&marine]-[theatrum-belli]-[la voie de l’épée]-[dde.crisis]-[institut-stratégie-comparée]-[lignes de défense]

EDITEURS
[reynald secher editions]-[institut-coppet]-[ed.gabriel-foucou]-[le retour aux sources]-[les provinciales]-[kontre kulture]-[ed. lacour-ollé]-[éditions du trident]-[éditions de chiré}

HORS-DE-CAUSE
[algérie-française]-[benoit et moi]-[amassada]-[orient_xxi]-[institut montaigne]-[hubert-védrine]-[cathares]-[guerre-civile]-[mélanolis]-[le petit célinien]-[ayn rand]-[institut coppet]-[institut pour la justice]-[iran-resist]-[chinascope]-[question-chine]-[sinocism]-[bilger]-[cercle bastiat]-[wikilibéral]-[brighelli]-[undernews]-[café du commerce (amg)]-[languedocien]-[grand voilier école]-[cour des arts]-[étirév anwen]-[n-pi]-[stalker]-[gratien]-[gradus]-[le millenaire]-[du temps des cerises aux feuilles mortes]-[le marin]-[intelligence_online]-[terre-adelie]-[belle indochine]

 

Publié dans Action Légitimiste, Action royaliste, Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , , , , | 2 commentaires

Il y avait longtemps; Un autre candidat aux fonctions de Grand Monarque.

Chers amis,

     Je souhaite vous parler rapidement d’André de B. qui annonce publiquement qu’il est le grand monarque élu par Jésus-Christ, la Vierge Marie et saint Philibert.

      Tout d’abord, André est né le 22 février 1968. Il est actuellement gérant d’une pizzeria dans la Nièvre. Il annonce prouver la réalité de sa mission, grâce à :

  • ses rencontres avec des personnes célèbres comme le pape Jean-Paul II, Nelson Mandela, un rabbin de New-York ou le comte de Paris (rencontres hasardeuses et bien trop humaines)
  • l’apparition de son visage sur un mur, suite à l’apparition de la Vierge (il faut retourner l’image pour apercevoir un visage représentant, finalement, n’importe quel enfant)
  • son élection annoncée dans la médaille miraculeuse de 1830 lorsqu’on la retourne, puisqu’on y verrait la lettre « A » signifiant à la fois « André » et « Alba », l’aube (cette médaille ne cache aucun secret puisqu’elle rend hommage à l’authenticité de la foi catholique).

https://lafrancechretienne.wordpress.com/2021/05/02/lusurpateur-du-grand-monarque/

       Merci à Hervé Volto président de la Charte de Fontevrault 1991-1994 et membre du Chapître général qui nous a communiqué cette surréaliste information.

Publié dans Limites de la république | Tagué , , , , | 9 commentaires

Ecologie royaliste.  » Royaliste artillerie », prenant appui sur les travaux de François-Xavier Pachot, Gouverneur nommé (2021-2024) de la Charte de Fontevrault, se penche sur la disparition des Dauphins.

      DE LA DISPARITION DES DAUPHINS tel est le titre des copieuses réflexions  de l’ami de la Charte de Fontevrault,  Kardaillac qui, prenant appui sur la fort  documentée analyse de Chouandecoeur  » Anton, Ivan, Boris et moi« ‘, mise en ligne le 19 mars 2021 https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2021/03/19/anton-ivan-boris-et-moi/, se penche sur les « dauphins » de la troisième race qui sont morts avant de régner et ont ainsi laissé leur place aux trente-trois rois capétiens de droit divin.

Pour nous , royalistes providentialistes, l’intérêt d’un tel relais d’info est certain ainsi que l’on se rendra compte en lisant les lignes suivantes :

     La thèse providentialiste est que ces disparitions résultent d’une volonté divine décidant parmi les lieutenants du Christ qui est médiocre, bon ou meilleur pour Son projet, sans oublier que la Providence ne se met pas en équations.

   La simple reprise des titres des paragraphes structurant l’étude de Royal Artillerie

Quel est donc le but de ce darwinisme divin ?

Mise en cause de la loi salique

      devrait suffire à vous donner envie de lire in extenso l’analyse de Royal Artillerie là où nous nous contentons de picorer.

    Décidément, placé sous de tels auspices, voilà un Gouvernorat qui commencera (bien) le mercredi 25 août 2021 , jour des XXX III émes Rencontres fontevristes à Fontevraud l’Abbaye.

Alain TEXIER

Président fondateur de la Charte de Fontevrault le jeudi 25 août 1988. en l’Abbaye royale de Fontevraud.

Publié dans Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , | 24 commentaires

Découvrez dans le Salon Beige la dernière prise de position de Villiers sur Jupiter-Macron.

Dans l’entretien accordé à TVLibertés, Philippe de Villiers critique la personnalité d’Emmanuel Macron. Celui qui évoquait un lien amical avec le président de la République considère aujourd’hui que ce dernier “n’a pas le goût de la France. Ce pays est trop vieux pour lui !”. La rupture date du 3 mars 2019. Il s’en explique ouvertement et évoque la nécessité absolue de battre l’actuel locataire de l’Elysée.

       Philippe de Villiers décrit aussi dans son nouveau livre à succès “Le jour d’après”, un monde qui passe du politique au bio politique. Il cible ceux qui, comme le patron du Forum de Davos, Klaus Schwab, veulent mettre à profit les crises sanitaires pour nous faire basculer dans une société distanciée, désagrégée, contrôlée par le numérique et imposant le capitalisme de surveillance

L’intégrale  de la déclaration   » Villieresque »  est à à lire  dans   » Le salon beige« .

   Le Salon beige est un blogue quotidien d’actualité catholique et créé en 2004. Considéré comme un site influent parmi les milieux catholiques traditionalistes et pro-vie, il s’oppose notamment à l’euthanasie, à l’avortement, au mariage homosexuel et à la théorie du genre. Wikipédia
Publié dans Limites de la république | Tagué , , , , , , , , | 4 commentaires

Souvenirs d’enfance de Claudine Valenti, Secrétaire générale de la Charte de Fontevrault.

   Le muguet est symbole de pureté absolue, de joie, de vie et surtout de bonheur.

   Je me souviens qu’au delà de ce symbole, mes copines d’école et moi, nous nous amusions en cachette durant la récréation, à mettre le muguet non pas dans des vases mais dans des encriers d’encre bleue ou rouge. A notre émerveillement naïf, nous récoltions nos brins de muguet qui s’étaient parés de bleu ou de rouge. Un amusement complice qui étonnait les autres élèves qui enviaient sans mesure, notre muguet de couleur.

Claudine Valenti. 

Publié dans Société traditionnelle | Tagué , , | Laisser un commentaire

Polémique: France 3 décide de censurer un documentaire sur Jeanne D’Arc en raison de la présence de Charlotte d’Ornellas, journaliste à Valeurs Actuelles

 

Jusques à quand Marianne abusera tu de notre patience ?

        Issue d’une famille catholique pratiquante originaire d’Orléans — où elle fréquente Adélaïde Pouchol —, Charlotte d’Ornellas est la nièce à la mode de Bretagne de l’archevêque de Rennes, Pierre d’Ornellas secrétaire particulier du cardinal Jean-Marie Lustiger, ancien évêque d’Orléans puis archevêque de Paris. À 16 ans, elle est désignée pour figurer Jeanne d’Arc lors des fêtes johanniques d’Orléans en 2002.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Charlotte_d%27Ornellas

https://actu.orange.fr/societe/videos/polemique-france-3-decide-de-censurer-un-documentaire-sur-jeanne-d-arc-en-raison-de-la-presence-de-charlotte-d-ornellas-journaliste-a-valeurs-actuelles-CNT000001AzleO.html

 

https://www.larep.fr/orleans-45000/loisirs/france-3-renonce-a-diffuser-un-programme-sur-les-fetes-johanniques-finance-par-la-ville-d-orleans_13946335/

et encore :

https://www.programme-television.org/news-tv/Charlotte-d-Ornellas-la-journaliste-de-Valeurs-Actuelles-censuree-par-France-3-4672448

Publié dans Blogs et sites providentialistes, Fêtes catholiques, Société traditionnelle | Tagué , , , , , , , , , | 11 commentaires

Louis Chiren, Maître imagier de la « flotte providentialiste”, offre à la communauté des royalistes providentialiste plusieurs occasions de rêver au monde qui vient.

     Il le fait grâce à ses dessins dont plusieurs ont été reproduits par la Charte de Fontevrault grâce à son indulgence. ( A suivre).

Accueil

Quis ut Deus

Nec pluribus impar

Au service du roi

Les sapeurs du Ciel

Le pré carré du roi

Ô mon roi

https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/

 

 

Publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagué | 1 commentaire

Royal Artillerie dégaine ses commentaires avisés à propos du « poupoutche » des militaires ( Lire mini putsch) du 21 avril 2021.

Ce qui est intéressant dans la Tribune des vingt généraux en colère est moins le texte de la lettre très convenu mais intéressant à plus d’un titre (clic), que la nature des réactions déclenchées. La lettre, signée par onze cents soldats de tous grades, exprime aujourd’hui le mécontentement d’un corps constitué dans sa section « Pensionnés », après le soulèvement du peuple en anarchie que furent les Gilets Jaunes, soulèvement qui fut éteint par dilution politicienne et découragement à hauteur d’yeux. La méthode Castaner n’est pas applicable à des officiers et sous-officiers de l’armée, sauf à prendre un pari dangereux sur l’avenir. C’est sans doute ce qui a fait peur à certains membres du pouvoir, peu doués pour les analyses socio-politiques, qui en sont même venus à utiliser la logorrhée gaullienne du Quarteron en souvenir du putsch des généraux de 1961 qui, lui, n’était pas de la frime. Agnès Pannier-Runacher s’est ainsi inscrite dans la page d’histoire du jour avec un quarteron de généraux en charentaises (pas si mal trouvé), défaisant par cette saillie bien des efforts à maintenir l’artisanat de la pantoufle en Périgord. Ministre agitée des fermetures d’usines, elle avait un creux dans l’agenda pourtant fourni en ces temps de crise. Mais c’est plutôt la réaction de la ministre de tutelle Florence Parly qui pose problème :

Elle dégaine d’entrée pour incitation à l’insurrection ! C’est beaucoup ! En ces circonstances, il aurait mieux valu prendre la peine de lire le texte soigneusement, aussi soigneusement qu’il a été rédigé par Jean-Pierre Fabre-Bernadac pour publication dans Valeurs Actuelles.

Dans le texte de ce post la couleur bleue indique un mot ou un lien pouvant présenter un caractère hyper texte

_______ (suite de l’analyse grâce au lien ci-aprés) ——–

NDLRB . La Charte de Fontevrault s’était exprimée naguère dans ces lignes ; https://wordpress.com/posts/chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com

Publié dans Uncategorized | Tagué | 3 commentaires

L’esclavage en terre d’islam de 610 à Zanzibar (1873), plateforme arabe de la traite négrière

Après la mort du prophète Mahomet et la soumission de la péninsule arabe, les musulmans conquièrent les rives méridionales et orientales de la Méditerranée. Multipliant les prises de guerre, ils prolongent dans ces régions l’esclavage à la mode antique. Ils inaugurent aussi une longue et douloureuse traite négrière qui va saigner l’Afrique noire jusqu’à la fin du XIXe siècle.

L’esclavage en terre d’islam est hélas une réalité qui dure comme le montre l’anthropologue Malek Chebel.

Islam et esclavage

Le Coran, texte sacré de l’islam, entérine l’existence de l’esclavage (voir la sourate XVI, Les abeilles) tout comme d’ailleurs les textes bibliques. Notons que le premier muezzin désigné par le Prophète pour l’appel à la prière est un esclave noir du nom de Bilal originaire d’Éthiopie.

La loi islamique ou charia, qui s’appuie sur le Coran et les dits du prophète (hadiths), considère qu’en pays d’islam, seuls sont esclaves les enfants d’esclaves et les prisonniers de guerre. Elle autorise d’autre part la réduction en esclavage de quiconque provient d’un pays non musulman (si un esclave vient à se convertir, il n’est pas affranchi pour autant).

Très tôt, du fait de la rapidité même de leurs conquêtes, les Arabes se heurtent à une pénurie d’esclaves. Ils ne peuvent asservir les populations des pays soumis à leur loi et se voient donc dans l’obligation d’importer en nombre croissant des esclaves des pays tiers, qu’ils soient ou non en voie d’islamisation.

Comme les chrétiens du haut Moyen Âge, ils s’abstiennent de réduire en esclavage leurs coreligionnaires mais cette règle souffre de nombreuses transgressions et l’on ne rechigne pas à asservir des musulmans, notamment noirs, au prétexte que leur conversion est récente (*).

Une économie fondée sur l’esclavage

L’esclavage devient rapidement l’un des piliers de l’économie de l’empire abasside de Bagdad du fait de très nombreuses prises de guerre et de l’avènement d’une très riche bourgeoisie urbaine. Pour s’en convaincre, il n’est que de lire Les Mille et Une Nuits, un recueil de contes arabes censés se dérouler sous le règne du calife Haroun al-Rachid, contemporain de Charlemagne.

Les harems du calife et des notables de Bagdad se remplissent de Circassiennes. Il s’agit de femmes originaires du Caucase et réputées pour leur beauté ; ces belles esclaves ont continué jusqu’au XXe siècle d’alimenter les harems orientaux en concurrence avec les beautés noires originaires d’Éthiopie. Pour les tâches domestiques et les travaux des ateliers et des champs, les sujets du calife recourent à d’innombrables esclaves en provenance des pays slaves, de l’Europe méditerranéenne et surtout d’Afrique noire. Ces esclaves sont maltraités et souvent mutilés et castrés.

D’autres esclaves et eunuques sont employés comme soldats et chefs de guerre par les différentes dynasties musulmanes, du Maroc aux Indes. Ces esclaves-là accèdent parfois à des fonctions élevées et parfois au pouvoir suprême. Ainsi en est-il des fameux Mamelouks d’Égypte, que Bonaparte devra combattre en 1798.

Eunuques et castrats

Inventée et développée à grande échelle par la Chine impériale, exportée dans les pays musulmans et jusqu’en Italie (les castrats), l’exploitation des eunuques (hommes castrés) est l’une des formes d’esclavage les plus inhumaines qui soient.

Elle poursuit deux objectifs principaux : empêcher que les esclaves étrangers ne fassent souche ; éviter les relations sexuelles entre les femmes des harems et leurs serviteurs. Les castrats sont aussi recherchés par les mélomanes pour leur voix très aigüe.

La castration consiste en l’ablation des parties génitales, soit totale, soit limitée aux testicules (pour empêcher la reproduction). Elle est le plus souvent pratiquée à la pré-adolescence et se solde par une mortalité effroyable.

Les esclaves mâles originaires d’Afrique noire sont généralement castrés en Égypte par des moines coptes pour le compte des trafiquants musulmans. À l’époque carolingienne, les captifs slaves destinés aux marchés orientaux sont quant à eux castrés à Verdun, principal marché d’étape de ce trafic.

Esclaves blancs en terre d’islam

Dans les premiers temps de l’islam, les notables de Bagdad s’approvisionnent en esclaves blancs auprès des tribus guerrières du Caucase mais aussi auprès des marchands vénitiens qui leur vendent des prisonniers en provenance des pays slaves, encore païens.

À la fin du Moyen Âge, comme le vivier slave s’épuise du fait de la christianisation de l’Europe orientale, les musulmans se tournent vers les pirates qui écument la Méditerranée. Ces derniers effectuent des razzias sur les villages côtiers des rivages européens, y compris même dans l’océan Atlantique jusqu’aux limites du cercle polaire. En 1627, des barbaresques algérois lancent un raid sur l’Islande et en ramènent 400 captifs. Le souvenir des combats livrés par les habitants à ces pirates perdure dans… la tête de prisonnier maure qui sert d’emblème à la Corse.

On évalue à plus d’un million le nombre d’habitants enlevés en Europe occidentale entre le XVIe et le XVIIIe siècle, au temps de François 1er, Louis XIV et Louis XV. Ces esclaves, surtout des hommes, sont exploités de la pire des façons dans les orangeraies, les carrières de pierres, les galères ou encore les chantiers d’Afrique du nord (*). Des organisations chrétiennes déploient beaucoup d’énergie dans le rachat de ces malheureux, tel Miguel de Cervantès ou plus tard Saint Vincent de Paul.

En Europe orientale et dans les Balkans, pendant la même période, les Ottomans prélèvent environ trois millions d’esclaves.

Jusqu’au début du XIXe siècle, les princes de la côte nord-africaine tirent eux-mêmes de grands profits de la piraterie en imposant de lourds tributs aux armateurs occidentaux en échange de la garantie que leurs navires ne seraient pas attaqués par les pirates. En 1805, le président américain Thomas Jefferson lance une expédition navale contre le dey de Tripoli, en Libye pour l’obliger à renoncer à ce rackett. Le dey d’Alger le poursuivra quant à lui jusqu’à la  conquête française  en 1830.

Esclaves noirs en terre d’islam

Si la traite des esclaves blancs a rapidement buté sur la résistance des Européens, il n’en a pas été de même du trafic d’esclaves noirs en provenance du continent africain.

La traite arabe commence en 652, vingt ans après la mort de Mahomet, lorsque le général arabe Abdallah ben Sayd impose aux chrétiens de Nubie (les habitants de la vallée supérieure du Nil) la livraison de 360 esclaves par an. La convention, très formelle, se traduit par un traité (bakht) entre l’émir et le roi de Nubie Khalidurat.

La traite ne va cesser dès lors de s’amplifier. Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d’individus le nombre d’Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XXe siècle. C’est à peu près autant que la traite européenne à travers l’océan Atlantique, du XVIe siècle au XIXe siècle.

Le trafic suit d’abord les routes transsahariennes. Des caravanes vendent, à Tombouctou par exemple, des chevaux, du sel et des produits manufacturés. Elles en repartent l’année suivante avec de l’or, de l’ivoire, de l’ébène et… des esclaves pour gagner le Maroc, l’Algérie, l’Égypte et, au-delà, le Moyen-Orient. Au XIXe siècle se développe aussi la traite maritime entre  le port de Zanzibar (aujourd’hui en Tanzanie) et les côtes de la mer Rouge et du Golfe persique.

Le sort de ces esclaves, razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes, est dramatique. Après l’éprouvant voyage à travers le désert, les hommes et les garçons sont systématiquement castrés avant leur mise sur le marché, au prix d’une mortalité effrayante, ce qui fait dire à l’anthropologue et économiste Tidiane N’Diyae : «Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d’Islam est comparable à un génocide. Cette déportation ne s’est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi – et dans une large mesure- une véritable entreprise programmée de ce que l’on pourrait qualifier d’ »extinction ethnique par castration »» (*).

Les contes des Mille et Une Nuits, écrits au temps du calife Haroun al-Rachid (et de Charlemagne), témoignent des mauvais traitements infligés aux esclaves noirs et du mépris à leur égard (bien qu’ils fussent musulmans comme leurs maîtres).

Ce mépris a perduré au fil des siècles. Ainsi peut-on lire sous la plume de l’historien arabe Ibn Khaldoun (1332-1406) : «Il est vrai que la plupart des nègres s’habituent facilement à la servitude ; mais cette disposition résulte, ainsi que nous l’avons dit ailleurs, d’une infériorité d’organisation qui les rapproche des animaux brutes. D’autres hommes ont pu consentir à entrer dans un état de servitude, mais cela a été avec l’espoir d’atteindre aux honneurs, aux richesses et à la puissance» (Les Prolégomènes, IV). Ces propos précèdent de deux siècles la traite atlantique des Occidentaux.

Esclavage et décadence

Les contingents très importants de main-d’oeuvre servile ont contribué à la stagnation économique et sociale du monde musulman. Ils ont causé aussi de nombreux troubles. C’est ainsi qu’à la fin du IXe siècle, la terrible révolte  des Zendi  (ou Zenj, d’un mot arabe qui désigne les esclaves noirs), dans les marais du sud de l’Irak, a entraîné l’empire de Bagdad sur la voie de la ruine et de la décadence.

«Comparé à la traite des noirs organisée par les Européens, le trafic d’esclaves du monde musulman a démarré plus tôt, a duré plus longtemps et, ce qui est plus important, a touché un plus grand nombre d’esclaves», écrit en résumé l’économiste Paul Bairoch (*). Cet auteur, ainsi que Tidiane N’Diaye, rappelle qu’il ne reste plus guère de trace des esclaves noirs en terre d’islam en raison de la généralisation de la castration, des mauvais traitements et d’une très forte mortalité, alors que leurs descendants sont au nombre d’environ 70 millions sur le continent américain.

Notons le parallèle avec les États arabes du Golfe Persique qui recourent massivement à des travailleurs étrangers tout en empêchant ceux-ci de faire souche sur place.

https://lazarhumeurshistoire.wordpress.com/2014/03/04/lesclavage-en-terre-dislam-de-610-a-zanzibar-1873-plateforme-arabe-de-la-traite-negriere/

————-

Dans le texte de ce post la couleur bleue indique un mot ou un lien pouvant présenter un caractère hyper texte

Publié dans Uncategorized | Tagué , , | Laisser un commentaire