De Notre-Dame du Puy à Jeanne d’Arc.

19 MAI 2017

Download PDF

Orléans a fêté sainte Jeanne d’Arc, le 8 mai 2017, et c’est Mgr Luc Crépy, évêque du Puy-en-Velay, qui a prononcé l’homélie. La voici :

Au cours des onze années passées au Séminaire interdiocésain d’Orléans au service de la formation des futurs prêtres, j’ai peu à peu appris à découvrir combien Jeanne d’Arc, par son courage et sa sainteté, tient une place importante dans la vie du diocèse et de la ville d’Orléans. Aujourd’hui, je suis très heureux d’être parmi vous en cette belle cathédrale et je remercie tout particulièrement Mgr Jacques Blaquart de m’avoir invité, si fraternellement, aux fêtes johanniques.

Il y a deux ans, en arrivant au Puy-en-Velay, cité médiévale dans les montagnes volcaniques, située à des centaines de kilomètres d’Orléans, je ne pensais pas y retrouver la présence vive de Jeanne d’Arc, si ce n’est, comme patronne secondaire de la France, par sa statue présente en bien des églises, manifestant la dévotion que lui portent de nombreux fidèles. Or, juste derrière l’antique cathédrale Notre-Dame du Puy, se trouve une petite rue, très ancienne, nommée « Isabelle Romée », du nom de la mère de Jeanne.https://fr.wikipedia.org/wiki/Isabelle_Rommée .Pourquoi une telle rue dans l’enceinte de la cathédrale, pourquoi l’évocation de Jeanne en un tel lieu ? Comment Jeanne a-t-elle partie liée avec la Vierge noire du Puy ?

Permettez-moi de faire un petit détour historique afin de voir la place de Notre-Dame du Puy dans ce temps mouvementé et rude du XVème siècle, détour qui permettra de percevoir l’attachement de Jeanne à la Sainte Vierge.

Charles VII avait une grande dévotion à la Vierge Marie. Plusieurs fois, dès 1420, il se rendit au sanctuaire de Notre-Dame du Puy, pour demander aide et protection dans la situation si difficile que vivait le royaume de France. En 1429, fut célébré au Puy, le Grand Pardon – le Jubilé du Puy – car, cette année-là, coïncidaient, en un même jour, la fête de l’Annonciation et le Vendredi Saint. L’annonce du Jubilé constitua un important événement spirituel et une forte source d’espérance, et de toutes les provinces de France, les fidèles vinrent nombreux prier la Vierge noire au Puy. Le futur roi – sans être présent – et tout le peuple, mirent alors leur espoir dans le secours de Notre-Dame du Puy pour sauver la France.

Jeanne, elle-même, voulut placer sa mission sous la protection de Notre-Dame du Puy, convaincue que la Vierge interviendrait en faveur du pays occupé. Jeanne vénérait tout particulièrement Notre-Dame de l’Annonciation, titulaire de la cathédrale du Puy. Elle avait à ses côtés un fanion représentant la Vierge en ce mystère de l’Annonciation, et sur son étendard étaient écrits les noms de Jésus et de Marie. Etant retenue à Poitiers et ne pouvant se rendre au Puy, Jeanne se fit représenter au jubilé par sa mère, Isabelle Romée, par ses frères Jean et Pierre et par plusieurs chevaliers de son escorte. Jeanne d’Arc voulut donc prier au Puy par l’intermédiaire de ses proches d’où le nom d’Isabelle Romée, donné à la rue près de la cathédrale. Le Jubilé s’acheva début avril 1429. La prière de Jeanne et de tout le peuple fut exaucée : le 29 du même mois, Jeanne entrait dans Orléans et la délivrait totalement le 8 mai. Le 17 juillet de la même année, dans l’octave de la dédicace de Notre-Dame du Puy, Charles VII était enfin couronné. Ce dernier n’oubliera pas et manifestera sa reconnaissance en venant, en 1434, remercier solennellement Notre-Dame du Puy.

L’évocation rapide de ces quelques pages d’histoire nous aide à entrer dans l’expression de la foi très mariale du XVème siècle, mais aussi à percevoir un des traits importants du dynamisme spirituel qui habitait Jeanne : sa confiance en une autre femme, elle aussi toute simple, qui a accueilli pleinement le projet de Dieu sur elle, la Vierge Marie, celle qui nous conduit à Jésus.

Si l’Histoire nous permet de mieux comprendre qui est Jeanne, l’Ecriture – la Parole de Dieu – est la porte la plus sûre pour cerner qui est sainte Jeanne d’Arc. Rappelons-nous que les saints et les saintes sont ces figures que Dieu et l’Eglise nous donnent pour exprimer, chacun et chacune à leur manière, quelque chose d’essentiel de la foi au Christ. Ainsi, les textes de la liturgie de ce jour nous invitent à entrer un peu plus dans l’itinéraire spirituel de Jeanne. Nous voyons combien cet itinéraire résonne, tout simplement et profondément, avec celui de la Vierge Marie.

Dans sa lettre aux fidèles de Corinthe, ville portuaire, fourmillant d’une population d’esclaves et d’ouvriers laborieux, saint Paul rappelle aux chrétiens comment Dieu les a choisis, les a appelés et leur a manifesté son amour : « Frères, vous qui avez été appelés par Dieu, regardez bien : parmi vous, il n’y a pas beaucoup de sages aux yeux des hommes, ni de gens puissants ou de haute naissance. Au contraire, ce qu’il y a de fou dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion les sages ; ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort. » (1 Co 1, 26-27) Oui, c’est une faible jeune fille, une paysanne toute simple qui, appelée par Dieu, a cherché à répondre pleinement à cet appel et cherchera sans cesse la volonté de Dieu dans ses actions, y compris dans les moments les plus tragiques des batailles ou de son procès.

Il est bien surprenant ce Dieu qui choisit ce qui n’a pas de poids aux yeux de la société, ce qui est faible pour confondre les puissants ! Comment ne pas avoir ici une pensée toute particulière pour François et Jacinthe, les deux bergers de Fatima, canonisés hier par le Pape François ? La Bible et l’histoire de l’Eglise nous montrent sans cesse que la logique et la sagesse de Dieu ne sont pas celles des hommes : quand il s’agit de transformer notre monde en un monde plus juste et plus beau, Dieu a toujours des projets audacieux et Il les réalise souvent avec les petits et les faibles. Derrière le oui de la simple paysanne, de la Pucelle d’Orléans, nous pouvons entendre aussi le chant de joie de Marie : « Le Seigneur s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. […] Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.  » (Lc 1, 48-53). Ce qu’il y a de faible et de fragile, voilà ce que Dieu choisit pour sauver le monde de tout ce qui le défigure : le pouvoir, l’argent et la toute-puissance du désir humain. Marie et Jeanne, deux femmes, qui incarnent ce choix de Dieu.

Dans l’évangile de ce jour, Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.  » (Mt 16,24) Si répondre à l’appel du Christ donne un sens profond à une existence humaine et une vraie plénitude aux actes de chaque jour, le chemin proposé n’est pas un long fleuve tranquille, car nous sommes souvent pris par les divertissements du monde, la recherche de satisfactions personnelles et de reconnaissance sociale. Le Christ nous invite à renoncer à nous-même, ce qui n’est pas un refus de ce que nous sommes avec nos richesses et nos fragilités, mais un appel à un don de nous-mêmes aux autres, au service de tous, au service du bien commun, de la paix, de la justice, du respect des plus faibles. Jeanne n’a pas reculé devant la mission qui lui était confiée. Au combat, ses armes n’étaient pas d’abord celles des soldats mais sa foi, son espérance et sa charité. Jusqu’au bout, elle a affronté la violence, un procès inique comme celui de Jésus et elle a connu les souffrances d’une mort injuste. Sur le bûcher, elle demanda : « Levez haut la croix du Seigneur, que je puisse la voir. » Pour Jeanne, la croix n’est cependant pas le dernier mot : « Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi, la trouvera.  » (Mt 16, 25).

Dans ses dernières prières en allant vers le bûcher, Jeanne invoquait Marie. Elle savait que Marie avait levé les yeux vers la croix, alors que son cœur de mère était transpercé par la douleur. Marie, la première, avait suivi son Fils jusqu’au bout… de la croix au tombeau vide et à la joie de la Résurrection. A tous les pèlerins désespérés ou désemparés qui viennent la prier au Puy, Marie présente son Fils, celui qui est ressuscité, celui qui est vivant, celui qui vient rejoindre chaque être humain dans ce qu’il est et ce qu’il vit. Telle était la foi de sainte Jeanne d’Arc. Ses derniers mots : «  Jésus, Jésus, Jésus  », témoignent de sa confiance et de sa foi en Celui dont Marie disait « Faites tout ce qu’il vous dira. » Jusqu’au bout Jeanne a été fidèle à ce qu’elle avait entendu de la part du Seigneur. Oui, Dieu élève les humbles, renverse les puissants et fait des merveilles ! Frères et Sœurs, en Jeanne, l’Eglise a reconnu une sainte qui nous est donnée aujourd’hui pour vivre le courage de la foi et la force d’aimer. Jeanne, fille bien-aimée de Marie, nous conduit avec la Mère de Dieu, à reconnaître Celui « qui est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification, rédemption. » (1 Co 1, 31)

http://www.riposte-catholique.fr/en-une/de-notre-dame-du-puy-a-jeanne-darc?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+perepiscopus+%28Observatoire+des+évêques+de+France%29

Posted in Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a comment

Prière de la Consécration de la France à Saint Michel, le 19 mai 1912, faite par tous les évêques de France

  • O glorieux Saint Michel, permettez que nous vous apportions l’hommage de notre reconnaissance, de notre vénération, de notre amour.

    Commis par l’Eternel à la garde du droit, vous avez rejeté dans les abîmes Satan et ses suppôts, inclinant votre épée devant le Dieu-fait­Homme et la Vierge qui devait enfanter et devenir la Reine des Anges.

    Le peuple élu vous vit à sa tête lorsqu’il errait dans le désert, et vous fûtes, dans son exil, son espoir et sa force.

    Sur le berceau de l’Eglise, héritière de la Synagogue, tendrement vous avez veillé. Votre devise devint sa devise et depuis deux mille ans, rien de grand ne s’est opéré dans son sein en dehors de votre intervention féconde.

    Baptisée la première des nations, dans le sang du Christ, la France vous aima la première. Aussi vous êtes-vous ingénié à faire d’elle, à votre image et à votre exemple, le bon sergent de Dieu. Des champs de Tolbiac aux sommets du mont Tombe; des sommets du Mont Tombe aux vallons de Domrémy ; des siècles reculés au temps où languit notre vie, vous avez écrit les meilleures pages de notre histoire. Naguère encore dans l’éclat de la piété de votre XIIe centenaire, sur ce coin immaculé de terre française où la foi vous éleva votre temple, le plus merveilleux et le plus célèbre, qui donc n’a reconnu votre si douce intervention ?

    Ajoutez encore à vos bienfaits ô bon et puissant Archange, prenez sous votre garde tout ce que nous avons et tout ce que nous sommes, nos personnes et nos biens, nos familles et nos paroisses, nos évêques et nos prêtres.

    Cette consécration solennelle, nous la voulons nationale, et nous renouvelons, autant qu’il est en nous, le pacte séculaire qui lie la France au Prince des Anges.

    Nous vous saluons, nous vous bénissons, nous vous acclamons, mais de grâce, défendez­nous dans le combat !

    Les ténèbres du doute et de l’erreur nous envahissent de toutes parts : Archange de lumière, dissipez nos ténèbres! Les volontés fléchissent et les courages chancellent: Archange victorieux, ranimez nos ardeurs et communiquez-nous la flamme qui fait les âmes justes et les peuples vaillants !

    Les cœurs s’attachent à la chair et au sang : ô Séraphin sublime, arrachez-nous à la fange et portez-nous à Dieu!

    Veillez tout spécialement sur nos foyers, où la foi et l’innocence subissent de si rudes assauts, et commandez à Satan d’y respecter la paix et la vertu.

    O saint Michel, gardez l’Eglise et son chef admirable; sauvez notre patrie bien-aimée, protégez son clergé et ses fidèles, convertissez ses fils égarés.

    Que le Cœur Sacré de Jésus, que Marie Immaculée vous envoient vers nous, avec la bienheureuse Jeanne d’Arc; et que le règne de Dieu s’établisse sur nous et sur le monde à jamais, pour qu’à jamais, ô grand Prévôt du Paradis, nous soyons associés à vos triomphes.

    Ainsi soit-il !

    https://saintmichelarchange.wordpress.com/

Posted in Blogs et sites catholiques | Tagged , , | Leave a comment

Un 19 mai. Richelieu. La guerre de trente ans. Rocroi (08230) et le Grand Condé.

19 mai 1635 : La France dans la guerre de Trente Ans
Le 19 mai 1635, Richelieu, au nom de la France, déclare la guerre à l’Espagne. La France entre de cette façon dans la guerre de Trente Ans qui ravage l’Allemagne https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Trente_Ans . Elle va y gagner l’Alsace, en prenant le risque d’une invasion qui n’est évitée que par la victoire de Rocroi, 8 ans plus tard…

19 mai 1643 : Le grand Condé triomphe à Rocroi                                                         Le 19 mai 1643, le duc d’Enghien (23 ans) anéantit à Rocroi, dans les Ardennes,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Rocroi  les redoutables « tercios » de l’infanterie espagnole. En souvenir de sa victoire, on le surnommera le « Grand Condé »https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_II_de_Bourbon-Condé  après qu’il aura hérité du titre de duc de Condé sous le nom de Louis II…

https://lazarhumeurshistoire.wordpress.com/

Posted in Action royaliste | Tagged , , , , , | Leave a comment

Un étrange crucifix à Fatima (Portugal).Un crucifix, vraiment ?

Posted in Uncategorized | Tagged , , | 3 Comments

La nomination du premier gouvernement Macron reporté au mercredi 17 mai 2017. Vitesse et précipitation.

CE QU’IL FAUT SAVOIR

Les tractations vont durer 24 heures de plus. La composition du gouvernement d’Edouard Philippe sera annoncée mercredi 17 mai, à 15 heures, explique l’Elysée dans un communiqué transmis mardi après-midi. “Conformément à ses engagements de moraliser la vie publique, le président de la République, en lien avec le Premier ministre, a souhaité introduire un temps de vérification afin que la direction générale des Finances publiques et la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique puissent réaliser les diligences nécessaires”, explique la présidence de la République.

http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/direct-le-nouveau-gouvernement-annonce-d-ici-ce-soir_2193139.html

Ce  qu’en pense la Charte de Fontevrault.

    Il est  concevable  que la république ne souhaite pas revivre les navrantes affaires dont nous ne donnons qu’un aperçu ci-après:

     Pour autant , là où la presse aux  ordres – et  on  a  bien vu qu’elle l’était dans la curée anti-Fillon- feint de ne  voir  que des précautions légitimes et  bien venues , voyons plutôt une regrettable impréparation et une  confusion inquiétante entre  vitesse et précipitation . Emmanuel Macron  devait quand même bien  se douter  que la vérification tous azimuts des ministres qu’il allait nommer ne se  ferait pas en un simple  claquement de doigts et que  du temps serait nécéssaire.

Alain TEXIER. Docteur en Droit . Diplômé de  Sciences politiques.

 

Posted in Limites de la république, Uncategorized | Tagged , , , , , | Leave a comment

En bons républicains, quelques “Républicains” sont en attente de postes ministériels.

Le secrétaire général adjoint Les Républicains Éric Ciotti a déclaré:” Beaucoup espèrent être au gouvernement, soyons clairs“, a-t-il poursuivi. “Cette main tendue, c’est la main sur le téléphone portable pour qu’on les appelle“. Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet sont notamment pressentis pour faire partie du gouvernement. “Si elle figure dans le gouvernement, eh bien ce sera une décision de ne plus participer à notre famille politique”, a déclaré à propos de cette dernière le député des Alpes-Maritimes.

http://elections2017.actu.orange.fr/news/legislatives-rejoindre-macron-ou-pas-la-droite-se-dechire-CNT000000Ik8to.html

Posted in Uncategorized | Leave a comment

L’investiture des présidents de la République (Site de la Présidence de la république)

NB. Ces liens  hyper textes sont  actifs  sur le  site auquel donne accès le lien in fine.

L’installation d’un nouveau Président de la République se fait dans le cadre d’une cérémonie solennelle d’investiture. Le Président élu entre au Palais par la cour d’honneur, passe devant un détachement de la Garde républicaine. Il a un entretien avec son prédécesseur, le cas échéant, puis il reçoit des mains du grand chancelier de la Légion d’Honneur les insignes de grand’croix de la Légion d’ Honneur. La cérémonie d’investiture proprement dite a ensuite lieu dans la salle des Fêtes.

Elle comporte :

  • L’interprétation par l’Orchestre de chambre de la Garde républicaine d’une marche solennelle
  • lors de l’entrée du Président élu, qui est accompagné du Premier ministre, du Président du Sénat et du Président de l’Assemblée Nationale.
  • La lecture par le Président du Conseil Constitutionnel de la proclamation des résultats de l’élection
  • La signature par le Président élu du procès-verbal d’investiture
  • La présentation au nouveau Président de la République par le grand chancelier de la Légion
  • d’Honneur du collier de grand maître de l’Ordre.

(Le président de la République est en effet reconnu comme grand maître de l’Ordre lors de la cérémonie de son investiture après que, le cas échéant, les insignes de grand’croix lui ont été remis par le grand chancelier nommé par décret présidentiel pris en conseil des ministres (article 13 de la Constitution du 4 octobre 1958) pour une période de six ans renouvelable).

  • L’allocution du nouveau Président de la République
  • La présentation des personnalités invitées (corps constitués, doyen du corps diplomatique,
  • invités personnels)

A l’issue de cette cérémonie, le Président de la République se rend sur la terrasse du parc en compagnie du Premier ministre et des Présidents des deux assemblées. Les honneurs militaires lui sont rendus par la Garde républicaine. Après avoir écoutéla Marseillaise devant le drapeau, le Président passe les troupes en revue.

Une salve de 21 coups de canons est tirée, soit après la lecture de la proclamation, soit pendant les honneurs militaires.

http://www.elysee.fr/la-presidence/l-investiture-des-presidents-de-la-republique/

et aussi :

http://www.bvoltaire.fr/investiture-presidentielle-usage-plus-quun-symbole/?mc_cid=b434e16369&mc_eid=81b4bf3cde

http://www.lanouvellerepublique.fr/France-Monde/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2017/05/14/Investiture-presidentielle-le-roi-est-mort-vive-le-roi-!-3098702

Posted in Limites de la république | Tagged , , , , , , , , , , | Leave a comment

Communiqué du Général (2s) Henri Roure. L’élection d’Emmanuel Macron : Un putsch sans soldats

L’élection présidentielle, qui a amené M. Macron à la présidence, est le fruit vénéneux d’un déni de démocratie. Il s’agit d’une spoliation, résultat d’un rejet masqué de l’idéal démocratique. La manipulation vient de loin. Elle est probablement la forme la plus élaborée du coup d’État car elle ne refuse pas le principe des élections sur lequel repose l’expression de la volonté populaire, mais, sciemment – j’allais écrire scientifiquement – elle pervertit, oriente, sculpte l’opinion publique. Elle repose sur l’énorme puissance d’un système qui a l’ambition de s’imposer au monde, à commencer par ce que nous appelons, aujourd’hui, improprement, l’Occident. Ses moyens sont, à l’évidence, considérables.
Nous sommes confrontés à un monstre que certains ont baptisé l’internationalisme financier, ou l’ultra libéralisme, mais qui, en tout état de cause, est intimement lié à la puissance étatsunienne. Il s’agit de l’avatar le plus ingénieux de l’impérialisme étatsunien relayé par son allié fidèle l’Union Européenne
La vraie démocratie est trop dangereuse pour la finance internationale, car elle peut amener au pouvoir des personnes véritablement choisies par le peuple avec des idées aussi saugrenues que la défense des intérêts nationaux, la patrie, la protection sociale, la morale, l’éducation et la culture, le service public ou encore l’État de droit. Ce risque ne peut être accepté quand il s’agit de globaliser ou plus exactement d’américaniser et de subordonner les peuples au puissant réseau politico-bancaire piloté par Washington. Il est donc nécessaire de tendre vers une pensée unique.
Difficile cependant de s’affranchir des élections… Dès lors il faut les truquer à l’aide de la désinformation aboutissant à la manipulation de l’opinion publique ; c’est tellement plus simple et moins risqué puisque le système est propriétaire des médias et des instituts de sondage et peut s’appuyer sur quelques dirigeants, intellectuels ou bobos, bien placés et convaincus. Il ne faut pas s’étonner, ainsi, de l’assassinat politique de François Fillon, dont le programme trop judicieux et national pouvait éloigner la France de cette subordination. L’astuce fut de l’accuser de ce que l’immense majorité des parlementaires fait, en toute légalité, mais qui, pour lui, fut présenté, dans un acharnement médiatique sans limite, comme de la corruption. Aucun journaliste ne s’éleva pour regarder les faits avec objectivité. Et pour cause, tous dépendent du système…
Aude Lancelin, ancienne rédactrice en chef adjointe de l’Obs le dit clairement: « l’ensemble des médias est sous la coupe du CAC 40 ». En association avec eux quelques juges haineux trop liés à un pouvoir désireux de se survivre à lui même et intimement impliqué dans le réseau. La suite se présentait d’évidence. Face à un éclatement consommé des partis traditionnels, résultat de primaires inspirées de la vision étatsunienne de la sélection des candidats et inadaptées à la culture politique française, un inconnu, issu directement du milieu bancaire, et présentant l’image de la nouveauté, pu être propulsé dans le pseudo débat. Le système, alors, n’a même pas cherché à se dissimuler sous les atours d’une apparente objectivité. Les médias aux ordres n’eurent qu’à relayer l’habituelle hystérie anti Front National en utilisant tous les vieux procédés passant de l’association d’images aux citations hors contexte et à l’insinuation. Il fallait faire « barrage » sans que quiconque sache vraiment pourquoi, ou, plus justement, de crainte que le constat devienne trop clair que ce parti avait récupéré les idées gaullistes, imprudemment abandonnées par la droite classique.
Le matraquage, cette fois, fit l’éloge du néophyte et, toute honte bue, ceux qui auraient dû rester neutres ou au moins discrets, affirmèrent péremptoirement qu’il fallait voter pour lui. Preuve suprême de cet internationalisme bien loin d’être prolétarien, l’étatsunien Obama apporta bruyamment son soutien, Merkel de même et l’inénarrable Junker donna sa contribution. Des étrangers intervenaient dans une élection française! Personne n’y vit un scandale… Dans un panorama politique trafiqué et disloqué, le banquier fut élu. Il le fut avec les voix d’électeurs qui, par opposition, viscérale et entretenue, à l’autre candidat, celui de la négation absolue de ce système, se sont piégés. Comment faire désormais pour se séparer de celui qu’ils ont, de fait, contribué fortement à porter à la magistrature suprême?
Ajoutons que l’opération était tellement bien montée que le nouveau président a été élu alors que l’immense majorité du corps électoral lui était, sinon hostile, du moins opposée. Qui le dit ? Regardons les chiffres sous un angle particulier. La participation a été de 74,56% soit 25% d’abstentions. Il y a eu 66% de suffrages exprimés, c’est à dire 34% de nuls ou blancs. Si, à ce chiffre, nous ajoutons les 34% qui ont voté Le Pen, nous constatons que 68% des personnes qui se sont déplacées jusqu’aux urnes n’ont pas voté pour Macron.

Dans cette élection nombreux sont ceux qui se sont abstenus par hostilité aux finalistes. En minorant leur nombre parmi les non-votants, nous pouvons les estimer à 6 ou 7%. Ce qui fait un total intermédiaire voisin de 75% qui ont refusé Macron. Si nous ajoutons à ce dernier chiffre ceux qui ont voté Macron par opposition à le Pen, mais pas par adhésion à ses idées, nous aboutissons, probablement, à 85% du corps électoral qui ne soutient pas le nouvel « élu »…
Le nouveau président est peut être légal aux termes de la Constitution, mais illégitime au regard de la morale politique. Au bilan, Macron est un usurpateur.                                 NDLRB. Nuançons. Au regard  de l’institution républicaine, Emmanuel Macron  est  bien à sa place . Rappelons nous : La république gouverne mal  mais se défend  bien. En revanche , au regard de la France , la question de la légitimité peut  se poser . Que penser d’un chef de l’état français qui accuse le pays  qu’il se doit de protéger d’être  coupable de  “crime contre l’humanité” ?

En réalité, la démocratie française d’aujourd’hui n’est qu’une dictature qui se déguise. Elle est devenue le pire des régimes comme tous les autres. J’ose espérer que personne parmi ces profiteurs, qui vont suivre Macron, ne proférera la moindre critique sur la façon dont nos amis africains voient la démocratie…
Je ne suis donc pas en opposition mais en résistance, tout en sachant que le combat sera long et difficile. Je débute ma marche…
Général Henri Roure
Secrétaire national pour les questions de défense au CNIP (Centre national des Indépendants et Paysans)

Posted in Limites de la république | Tagged , , , , , , , , , , , , | 1 Comment

Vous avez dit Démocratie ? Emmanuel Macron un président rejeté par 57% des Français.

Image | Posted on by | Tagged , | Leave a comment

Fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme. Place Fournier. Limoges Dimanche 14 mai 2017

Entourant M. Rémy Viroulaud, adjoint au maire de la ville de Limoges, M. Thibault Mercier, Conseiller municipal et Alain Texier, représentant dans le Limousin et dans la Marche des l’Association universelle des amis de Jeanne d’Arc en Limousin et dans la Marche. Photo Nicole M.

Au pied de Jeanne la bergère- ce qui n’est pas une représentation si fréquente -oeuvre de Maxime Real del Sarte , d’humbles bouquets de fleurs. Photo Nicole M.

Mauvaise surprise, chaises et tables d’une “terrasse” estivale empêchent l’accès au monument commémoratif.

Et l’installation de cette annexe du traiteur voisin est vraiment de nature à nous empêcher d’honorer Jeanne comme elle le mérite.

Un acrobate pourtant tente sa chance, sur la droite dela photo,  pendant que Claudine Valenti, Secrétaire général de la Charte de Fontevrault et Alain Texier se remettent de leurs émotions mais imaginez les réactions si c’était l’accès à d’autres monuments commémoratifs qui avait ainsi été prohibé. Photo Nicole M.

Posted in Société traditionnelle | Tagged , , , , , , , | Leave a comment