Le 4 fructidor de l’an IX. La République teste ses vaccins sur les enfants trouvés

  Restons calme et abordons ce sujet brûlant, en se retenant de dessiner des mots grossiers, vulgaires, méchants envers les pourris qui nous dirigent.

  Rien n’a changé, la République maçonnique de l’an 9 est déjà servie par des hommes dépourvus de tout sens moral.

  Lorsque vous êtes né pauvre et sans famille, vous devenez automatiquement la proie de toutes sortes de prédateurs et de malhonnêtes, un cobaye, une marchandise, un inutile

  A défaut de volontaires, le Citoyen Chevreul, médecin, chirurgien de l’hospice des enfants de la patrie  à Angers, nous dit, toute honte bue : « J’ai choisi parmi les enfants que j’ai vacciné à l’hospice, des enfants de la patrie, je les ai inoculés avec du virus variolique » 

  Il n’a aucune idée du résultat, il n’est pas sûr de la contre épreuve, c’est un test, comme nous le verrons dans l’article des Affiches d’Angers qui suit.

  Bien entendu, ce serait évidemment être complotiste d’y voir de la maltraitance, n’est-ce pas ?

  Ce petit médecin égoïste et sans grandeur d’âme a choisi ses patients parmi les plus pauvres, incapable d’imiter le roi Louis XVI qui prend le risque, avec ses frères, de se faire vacciner contre la variole à Marly le 18 juin 1774. Le risque était pourtant immense en cas d’échec, à cause de la succession au trône.

http://chemins-secrets.eklablog.com/vaccination-republicaine-en-l-an-ix-a205185422

 

Voir  https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2021/01/07/louis-xvi-se-fait-vacciner-et-ne-meurt-pas-a-la-grande-surprise-des-francais/

Publié dans Limites de la république | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Selon Frédéric Miterrand : « Macron serait entre le roi de France et le Général de Gaulle ». Ah ?

     Lors du premier confinement, en mars dernier (2020) , l’ancien ministre âgé de 73 ans avait déjà été confronté au coronavirus. Dans son dernier livre Une Drôle de guerre, paru en novembre 2020, il racontait le combat contre le virus mené par son frère Jean-Gabriel Mitterrand, ainsi que le quotidien des proches des patients. Invité dans C à Vous pour en faire la promotion, il s’était montré très sévère à l’égard d’Emmanuel Macron et de sa gestion de la crise.

      « Je trouve qu’il gère bien la crise, mais qu’il arrête avec toutes ses mises en scène. (…) Selon moi, en tant que citoyen, il a un problème : il se prend pour le roi de France ! Il guérit les écrouelles. Il parle à ses sujets tous les quinze jours. Il met en scène cette guerre. Il est entre le roi de France et le Général de Gaulle, ça me gêne, » avait-il déclaré.

https://www.programme-tv.net/news/people/268509-frederic-mitterrand-hospitalise-en-urgence-apres-avoir-contracte-le-covid-19/

Publié dans Limites de la république | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Jean-Yves Pons, Régent du CER, met un genou en terre atteint par la Pandémie.

   Rassemblant  ses faibles forces, Il m’a confié le soin d’assurer l’interim de son blog. Rendez moi le service de le porter dans vos prières et de consulter son blog de façon à ce qu’il n’ait pas l’impression que la clientèle de liseurs qu’il avait su s’attirer s’effiloche.

https://conseildansesperanceduroi.wordpress.com/2021/01/24/voici-un-post-scandaleux-dont-nous-souhaitons-quil-agisse-comme-un-remede-de-cheval-sur-le-regent-du-cer/

Alain TEXIER.

Publié dans Action Légitimiste | Tagué , , , | 2 commentaires

Royaliste / Républicain. Le bon exemple vient de haut et le mauvais de bas.

http://leblogdumesnil.unblog.fr/2021/01/23/2021-6-deux-cliches-une-grande-lecon/

Publié dans Limites de la république, Société traditionnelle | Tagué , , | 1 commentaire

Souvenirs des Messes  » Louis XVI » célébrées à Limoges le jeudi 21 janvier 2021

8H 45. Messe en rite extraordinaire en la chapelle des Papillons

Messe à Saint Michel-des-Lions à 11H15. Philippe Théra lit le testament du roi Louis XVI.

Environ 80 personnes – ce qui est nettement plus que d’habitude – s’étaient retrouvés pour ce pieux hommage.

Evénement  fontevriste trés important , Claudine Valenti, Secrétaire Général de la Charte de Fontevrault, accueillait à la sortie de la Messe, Alain Guillon Secrétaire Général- adjoint de la Charte de Fontevrault qui faisait étape – et nous lui en sommes trés reconnaissant-  à Limoges au milieu d’un long périple.

     La matinée s’annonçait chargée mais la fidélité au roi martyr entraine des exigences  auxquelles  nous ne pouvions nous soustraire. Heureusement la piété  avec laquelle M. L’Abbé  Larribe  offrit le Saint Sacrifice de la messe à Saint Michel – Qu’il en soit ici remercié à nouveau- nous récompensa  de  bien des efforts.

     Autre élément important, la  joie de retrouver nombre d’amis dont une trés forte délégation de jeunes d’Action Française : limoges.etudiants@actionfrancaise.net ce  qui fit  chuter la moyenne d’âge,  et l’amicale présence de Pascal Gambirasso D’Asseux  qui voulut  bien faire hommage à Alain Texier de  son dernier opus :

« La raison du Roi. Royauté  et royaliste de France.Préface de Philippe Delorme. Editions France -Empire; 2021. 186 pages.

—-

NDLRB . Nous  vous rendrons  compte  dans  un post à suivre des  bons résultats financiers de cette journée.

Publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Hervé Volto. Saint Padre Pio et Le testament de Louis XVI.( Seconde mise en ligne que j’espère correcte).

      Votre serviteur a voulu écrire cet article à l’attention de nos amis transalpins. Les Royalistes Français d’un certain âge seront heureux de se voir conforter dans leurs traditions et dans leur Foi. Les plus jeunes apprendront peut être quelque chose...

Le saviez-vous ? A Gaète,  https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaète  tous les ans pour le 21 Janvier, les Bourbons-Siciles font dire une messe en l’honneur de la mémoire de Louis XVI au Sanctuaire de la Très sainte Trinité de la Montagne Cassée

http://www.nostraitalia.it/fr/la-montagna-spaccata-e-il-santuario-della-ss-trinita/ : la Montagne Cassée en images                                    https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g187790-d1382953-Reviews-Santuario_della_Santissima_Trinita_Della_Montagna_Spaccata-Gaeta_Province_of_Lati.html

Les Bourbons Siciles https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_Bourbon-Siciles descendent de Marie-Caroline d’Autriche, soeur de Marie-Antoinette, qui épousa le Roi Ferdinand I° de Naples et lui donna des enfants, dont le Roi François I°, grand-père de tous les Bourbons-Siciles actuels.

La Divine providence permit qu’il soit montré au Marquis de la Franquerie, le 18 décembre 1978, plusieurs lettres adressées par  le Docteur Luigi Gaspari à un pieux religieux  (*) de ses amis, Mrg Marcel Sorel, de Sainte-Foix la Grande, et publiées dans Ascendances Davidiques des Rois de France :

Lettre du 25 février 1972 :

« Très cher Père, Padre Pio me disait :  » Sans le soutien du pouvoir Royal de David, l’Église tombe en décadence sous le pouvoir de l’esprit du serpent qui relève sa tête orgueilleuse sur le chef de l’Église« . Le Padre Pio disait que  » le pouvoir Royal est un pouvoir divin qui abaisse les serpents. Les républiques par contre relèvent de terre les esprits-serpents lesquels sacrifient le peuple de Dieu, l’empêchant de s’élever vers le Dieu du Ciel. C’est aujourd’hui le mal de l’Europe sous les régimes des républiques  » disait le Padre Pio… »

Marie-Thérèse Charlotte de France, portrait par Alexandre-François Caminade en 1827. https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/f9/Caminade_-_Duchesse_d%27Angouleme.jpg

Lettre du 5 mai 1972 :

   « Un jour Padre Pio me parla d’un importantissime testament caché au Vatican. Il s’agit du testament de la Duchesse d’Angoulême…Ce testament aurait révélé non seulement le mystère du Dauphin, mais encore le sien…Pour le bien de la France, de l’Italie et du monde, un tel testament ne peut rester secret… »

Lettre du 6 novembre 1972 :

« Padre Pio savait que la France cache un pouvoir qui se révélerait à l’heure établie (c’est-à-dire : à l’heure de Dieu)… Dans le monde manque le pouvoir royal que Dieu a caché en ces temps de folie. Le pouvoir royal seulement, celui que Dieu donna à David, est capable de régir le gouvernement des peuples. Sans le pouvoir Royal de David, reconnu et mis à sa juste place, me disait le Padre Pio, la religion chrétienne n’a pas le soutien indispensable sur lequel appuyer la Vérité de la parole de Dieu. La folie des hommes a été de tenter de tuer la royauté ; le monde le paye encore aujourd’hui, car sans le véritable Roi promis par Dieu parmi les descendants de David, le pouvoir de Dieu ne réside plus dans le cœur des chefs d’Etat et des ministres. Mais Satan tire avantage à remplacer le pouvoir royal du David vivant. Que le malheur du monde sera grand avant que les hommes puissent comprendre cette vérité. La vérité est aujourd’hui dans le cœur de peu d’hommes élus et cachés, mais, dans ces hommes, il y a tous les pouvoirs du Dieu vivant qui veut et peut détruire tous les usurpateurs des pouvoirs véritables… »

Lettre du 20 novembre 1972 :

« L’amour du cœur de la France Royale, patrie de la royauté sortie de la descendance de David, ressort ressuscité en ses héritiers… Le pouvoir de Royauté de David doit réveiller dans les cœurs des Français l’amour de la Royauté de Dieu qui a en France son berceau. La vraie grandeur de la France est le pouvoir royal de David qui fut en terre de France, dans le sang du Roi Louis XVI et de Marie-Antoinette (en effet, Marie Antoinette descendait par son père, François de Lorraine, du Bon Roi René, qui lui, descendait de la Maison d’Anjou issue du frère de Saint Louis et qui régna sur la Royaume de Naples et sur les Royaumes de Hongrie, de Slovaquie et de Bohème).La France fut pardonnée par le grand cœur du Roi Louis XVI et de Marie-Antoinette, morts victimes pour le Christ par la brutalité de la bête (la révolution diabolique).Le pardon du Roi Louis XVI (depuis la prison du Temple) a maintenu à la France le droit à la grandeur de la royauté de David, qui est Amour et Humilité, celui de reconnaître, dans le monarque, le pouvoir de l’amour divin…Dans le silence et la prière, Dieu choisira ses élus pour le bien de la France et du monde, … pouvoir divin et humain du grand monarque du sang royal de France. »

Inutile de dire l’émotion intense que l’on ressent à la lecture de ces documents relatant la pensée inspirée et prophétique du Saint Padre Pio ! https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2020/02/01/padre-pio-et-la-royaute/

——-

    LE PARDON DE LOUIS XVI A CEUX QUI LE FAISAIENT MOURRIR, INSCRIT DANS SON TESTAMENT, A CONSERVE A LA FRANCE LE DROIT A LA GRANDEUR DE LA ROYAUTE QUI REVIENDRA A TRAVERS LE GRAND MONARQUE DES PROPHETIES.

   Le TESTAMENT DE LOUIS XVI est un témoignage de Charité Chrétienne et d’abnégation :  

  “Au nom de la Très Sainte Trinité, du Père, du Fils et du Saint Esprit. Aujourd’hui, vingt cinquième jour de Décembre, moi, Louis XVIe du nom, Roy de France, étant depuis plus de quatre mois enfermé avec ma famille dans la Tour du Temple à Paris par ceux qui étaient mes sujets, et privé de toute communication quelconque, même depuis le onze du courant avec ma famille, de plus impliqué dans un Procès dont il est impossible de prévoir l’issue à cause des passions des hommes, et dont on ne trouve aucun prétexte ni moyen dans aucune loi existante, n’ayant que Dieu pour témoin de mes pensées, et auquel je puisse m’adresser, je déclare ici en sa présence mes dernières volontés et mes sentiments.

   Je laisse mon âme à Dieu, mon créateur, je le prie de la recevoir en sa miséricorde, de ne pas la juger d’après ses mérites, mais par ceux de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est offert en sacrifice à Dieu, son Père, pour nous autres hommes, quelqu’indignes que nous en fussions, et moi le premier. Je meurs dans l’union de notre sainte Mère l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine qui tient ses pouvoirs par une succession non interrompue de St Pierre auquel Jésus Christ les avait confiés. Je crois fermement et je confesse tout ce qui est contenu dans le Symbole et les commandements de Dieu et de l’Eglise, les Sacrements et les Mystères tels que l’Eglise Catholique les enseigne et les a toujours enseignés.

      Je n’ai jamais prétendu me rendre juge dans les différentes manières d’expliquer les dogmes qui déchirent l’Eglise de Jésus Christ mais je m’en suis rapporté et rapporterai toujours si Dieu m’accorde vie, aux décisions que les supérieurs Ecclésiastiques unis à la Saint Eglise Catholique donnent et donnèrent conformément à la discipline de l’Eglise suivie depuis Jésus Christ. Je plains de tout mon coeur nos frères qui peuvent être dans l’erreur, mais je ne prétends pas les juger, et je ne les aime pas moins tous en Jésus Christ suivant ce que la charité Chrétienne nous l’enseigne.

   Je prie Dieu de me pardonner tous mes péchés. J’ai cherché à les connaître scrupuleusement, à les détester, à m’humilier en sa présence. Ne pouvant me servir du Ministère d’un Prêtre Catholique, je prie Dieu de recevoir la confession que je lui en ai faite, et surtout le repentir profond que j’ai d’avoir mis mon nom (quoique cela fut contre ma volonté) à des actes qui peuvent être contraires à la discipline et à la croyance de l’Eglise Catholique à laquelle je suis toujours resté sincèrement uni de cœur. Je prie Dieu de recevoir la ferme résolution où je suis, s’il m’accorde vie, de me servir aussitôt que je le pourrai du Ministère d’un Prêtre Catholique, pour m’accuser de tous mes péchés, et recevoir le Sacrement de Pénitence.

      Je prie tous ceux que je pourrais avoir offensés par inadvertance (car je ne me rappelle pas d’avoir fait sciemment aucune offense à personne) ou ceux à qui j’aurais pu donner de mauvais exemples ou des scandales de me pardonner le mal qu’ils croient que je peux leur avoir fait. Je prie tous ceux qui ont de la Charité d’unir leurs prières aux miennes, pour obtenir de Dieu le pardon de mes péchés.

    Je pardonne de tout mon coeur, à ceux qui se sont fait mes ennemis sans que je leur en ai donné aucun sujet, et je prie Dieu de leur pardonner, de même que ceux qui par un faux zèle, ou par un zèle malentendu, m’ont fait beaucoup de mal.

    Je recommande à Dieu, ma femme, mes enfants, ma sœur, mes tantes, mes frères, et tous ceux qui me sont attachés par les liens du sang ou par quelqu’autre manière que ce puisse être. Je prie Dieu particulièrement de jeter de yeux de miséricorde sur ma femme, mes enfants et ma sœur qui souffrent depuis longtemps avec moi, de les soutenir par sa Grâce s’ils viennent à me perdre, et tant qu’ils resteront dans ce monde périssable.

    Je recommande mes enfants à ma femme, je n’ai jamais douté de sa tendresse maternelle pour eux, je lui recommande surtout d’en faire de bons chrétiens et d’honnêtes hommes, de leur faire regarder les grandeurs de ce monde-ci (s’ils sont condamnés à les éprouver) que comme des biens dangereux et périssables, et de tourner leurs regards vers la seule gloire solide et durable de l’Eternité. Je prie ma sœur de vouloir bien continuer sa tendresse à mes enfants, et de leur tenir lieu de mère, s’ils avaient le malheur de perdre la leur.

   Je prie ma femme de me pardonner tous les maux qu’elle souffre pour moi, et les chagrins que je pourrais lui avoir donné dans le cours de notre union, comme elle peut être sûre que je ne garde rien contre elle, si elle croyait avoir quelque chose à se reprocher.

  Je recommande bien vivement à mes enfants, après ce qu’ils doivent à Dieu qui doit marcher avant tout, de rester toujours unis entre eux, soumis et obéissants à leur mère, et reconnaissant de tous les soins et peines qu’elle se donne pour eux, et en mémoire de moi je les prie de regarder ma sœur comme une seconde mère.

      Je recommande à mon fils s’il avait le malheur de devenir Roi, de songer qu’il se doit tout entier au bonheur de ses concitoyens, qu’il doit oublier toute haine et tout ressentiment et nommément tout ce qui a rapport aux malheurs et aux chagrins que j’éprouve ; qu’il ne peut faire le bonheur des Peuples qu’en régnant suivant les Lois (les Lois Fondamentales du Royaume de France ), mais en même temps qu’un Roi ne peut les faire respecter, et faire le bien qui est dans son cœur, qu’autant qu’il a l’autorité nécessaire, et qu’autrement étant lié dans ses opérations et n’inspirant point de respect, il est plus nuisible qu’utile.

       Je recommande à mon fils d’avoir soin de toutes les personnes qui m’étaient attachées autant que les circonstances où il se trouvera lui en donneront les facultés, de songer que c’est une dette sacrée que j’ai contractée envers les enfants ou le parents de ceux qui ont péris pour moi et ensuite de ceux qui sont malheureux pour moi. Je sais qu’il y a plusieurs personnes de celles qui m’étaient attachées qui ne se sont pas conduites envers moi comme elles le devaient, et qui ont même montré de l’ingratitude, mais je leur pardonne (souvent dans les moments de troubles et d’effervescence on n’est pas le maître de soi) et je prie mon fils, s’il en trouve l’occasion, de ne songer qu’à leur malheur.

    Je voudrais pouvoir témoigner ici ma reconnaissance à ceux qui m’ont montré un véritable attachement et désintéressé. D’un côté si j’étais seulement touché de l’ingratitude et de la déloyauté des gens à qui je n’avais jamais témoigné que des bontés, à eux ou à leurs parents ou amis, de l’autre j’ai eu de la consolation à voir l’attachement et l’intérêt gratuit que beaucoup de personnes m’ont montrés. Je les prie d’en recevoir tous mes remerciements. Dans la situation où sont encore les choses, je craindrais de les compromettre si je parlais plus explicitement, mais je recommande spécialement à mon fils de chercher les occasions de pouvoir les reconnaître.

      Je croirais calomnier cependant les sentiments de la Nation si je ne recommandais ouvertement à mon fils M. De Chamilly et Hue, que leur véritable attachement pour moi, avait porté à s’enfermer avec moi dans ce triste séjour, et qui ont pensé en être les malheureuses victimes. Je lui recommande aussi Cléry des soins duquel j’ai eu tant lieu de me louer depuis qu’il est avec moi. Comme c’est lui qui est resté avec moi jusqu’à la fin, je prie Messieurs de la Commune de lui remettre mes hardes, mes livres, ma montre, ma bourse, et les autres petits effets qui ont été déposées au Conseil de la Commune.

  Je pardonne encore très volontiers à ceux qui me gardaient, les mauvais traitements et les gènes dont ils ont cru devoir user envers moi. J’ai trouvé quelques âmes sensibles et compatissantes, que celles-là jouissent dans leur cœur de la tranquillité que doit leur donner leur façon de penser.

Je prie Messieurs de Malesherbes, Tronchet et de Sèze, de recevoir ici tous mes remerciements et l’expression de ma sensibilité, pour tous les soins et les peines qu’ils se sont donnés pour moi.

Je finis en déclarant devant Dieu et prêt à paraître devant lui que je ne me reproche aucun des crimes qui sont avancées contre moi.

Fait en double à la Tour du Temple le vingt cinq décembre mil sept cent quatre vingt douze (25 décembre 1792).

Louis”.

 

L’amour du cœur de la France Royale, patrie de la Royauté sortie de la descendance de David, ressort ressuscité en ses héritiers actuels… LES BOURBONS, ( Branche aînée visible et invisible)  descendants actuels du VI° fils de Saint-Louis.

Redisons-le : le pouvoir de Royauté Capétienne doit réveiller dans les cœurs des Français l’amour de la Royauté de Dieu qui a EN FRANCE SON BERCEAU. La vraie grandeur de la France est le pouvoir Royal de Saint-Louis qui fut en terre de France, dans le Sang du Roi Louis XVI et de Marie Antoinette. La France fut pardonnée par le grand cœur du Roi Louis XVI, mort victime pour le Christ par la brutalité de la la révolution diabolique. Le pardon du Roi Louis XVI, EXPRIME DANS SON TESTAMENT, a maintenu à la France le droit à la grandeur de la Royauté de Saint-Louis, qui est Amour et Humilité, celui de reconnaître, dans le Roi de France, le pouvoir de l’Amour Divin…

NOUS POUVONS AVOIR A NOUVEAU  LE ROI. Dans le silence et la prière, Dieu choisira Son Elu pour le bien de la France et du monde, Grand Monarque du Sang Royal de France.

Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (Président 1991-1994), membre du Chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie.

     * Le pieux religieux, dont parle le Marquis n’est autre que Monseigneur Marcel Sorel de Sainte-Foy-la Grande (proche Bergerac : 33220)  connu par le Docteur d’une manière miraculeuse au Sanctuaire de San Damiano à la fin de 1969, comme le dit le Docteur lui-même à Nice en 1991, à l’occasion de la deuxième conférence tenue dans cette ville, et qui , entre autres,  fut organisée par la Charte de Fontevrault: “ Je veux vous aider à présent à mieux comprendre que ce que je dis n’est pas un fanatisme monarchique à moi, mais seulement la Vérité réaffirmée par Marie dans chacune des ses révélations importantes’.

https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2019/05/05/antonella-pigati-volto-expose-sur-le-cahier-de-lamour-du-dr-luigi-gaspari-fontevraud/

Publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Louis Chiren, Maître imagier de la « flotte providentialiste” offre aux royalistes « AMSTERDAM »

AVIS IMPORTANT DE LOUIS  CHIREN,  Artiste et poète inspiré, d’oeuvres catholiques et royales

https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete

     “La Charte de Fontevrault » * fondée par Monsieur Alain Texier le 25 août 1988 en l’abbaye royale homonyme, a l’autorisation de reproduire les textes ainsi que les oeuvres picturales de Louis Chiren pour l’ensemble de ses oeuvres.

(*) LETTRE DE VENISE (3 mai 2009) ; le confessionnal de Sainte-Marie-des-Français. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-31726284.html

https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/amsterdam .Rubrique  » les sapeurs du Ciel’

 

 

 

 

 

Illustration ancienne réalisée en 1988 sur le thème d’Amsterdam.

« Rappelé par le père, j’honore ta mémoire, que ta prière m’accompagne ». 

 

Illustration passée

Le port d’Amsterdam (1)

Capitale du royaume 

Celui du pays bas (2)

 

Revenons en arrière

Au village de pêcheur 

Nous sommes au moyen âge

Son essor sera grand 

 

Un ensemble de canaux (3) 

Vraie toile d’araignée 

Au centre le palais (4)

Symbole de leur puissance

 

Une maison ancestrale 

Celle d’Orange-Nassau (5)

Marqua de son empreinte 

Cette terre sous les eaux (6)

 

Sous le grand roi soleil

Notre histoire se croisa

Par le congrès d’Utrecht (7) 

Guerre de succession

 

L’Espagne grande absente

Ramenée au second rang

Les terres divisées

Frontières redessinées

 

Ironie de l’histoire

Car cette contrée rhénane 

Fut sous influence franque (8)

Aux temps mérovingiens

 

Les jalons furent posés

Par le noble Clovis

Utrecht la bien nommée

Modèle de chrétienté (8) 

 

Aux siècles de gloire

Succède le malheur

Après l’hégémonie 

Il y eut le déclin

 

Mais les nuages noirs

Cachent les franges d’or 

Et le port  (10) déclinant 

Recouvrit sa grandeur

 

A l’époque moderne 

Les mœurs libérées (11)

Occultent trop facilement 

Les valeurs d’antan

 

Que Dieu éveille les cœurs

Et ranime la foi 

En nous donnant le roi

Qui honorera la Croix (12)

https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/au-service-du-roi 

https://louischiren6.wixsite.com/esperance/

                       

                            INDEX

(1) -https://fr.wikipedia.org/wiki/Amsterdam

(2)https://fr.wikipedia.org/wiki/Pays-Bas

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Canaux_d%27Amsterdam

(4) -https://fr.wikipedia.org/wiki/Palais_royal_d%27Amsterdam

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_d%27Orange-Nassau

(6) -https://fr.wikipedia.org/wiki/Maîtrise_des_eaux_aux_Pays-Bas                                  Environ deux tiers des Pays-Bas sont vulnérables aux inondations et aux submersions marines. Ceci peut être résumé par ce dicton : « Dieu a créé le Monde et les Néerlandais ont créé les Pays-Bas.

(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Traités_d%27Utrecht_(1713 https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/traités_d_Utrecht/147968

Le Traité d’Utrecht

Les légitimistes français considèrent les renonciations faites par Philippe V d’Espagne au trône de France lors du traité d’Utrecht en 1713 comme non valides pour cette raison.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ordre_de_succession_légitimiste_au_trône_de_France

(8) –  Les lignes  qui suivent m’ont été  dictées par les souvenirs  que nous avons, mon épouse et moi – Alain Texier- par un voyage  que nous fîmes  à Amsterdam

     Modèle de chrétienté mais pas toujours de catholicisme   

   C’est en montant le dernier escalier de l’actuel «Musée Amstelkring» que le décor change… car sous les toits se cache une église, lieu de culte secret des catholiques. Capitale de la tolérance en matière de moeurs, Amsterdam n’en a pas moins connu un protestantisme autoritaire et intransigeant. Interdits de messe, les catholiques vont vivre leur foi dans la clandestinité, de la fin du XVIe jusqu’au milieu du XIXe siècle. Ils montent alors, avec statues et objets de culte, dans les greniers de quelques riches catholiques prêts à ouvrir leur maison aux fidèles.

http://1001-decouvertes-d-une-chti.over-blog.com/article-le-bon-dieu-au-grenier-d-amsterdam-122620009.html

NDLRB . Le dessin de Maître Chiren illustrant  ce post permettra  de se  rendre  compte  de l’ampleur  des toits de la ville  et des possibilités ainsi offertes pour  y installer une chapelle domestique.

https://www.amsterdam.info/fr/musees/musee-notre-seigneur/

https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g188590-d190585-Reviews-Museum_Ons_Lieve_Heer_Op_Solder-Amsterdam_North_Holland_Province.html#REVIEWS

(9) Au VI e siècle, la contrée rhénane d’Utrecht passe sous l’influence franque, en particulier celle du grand royaume mérovingien dont les jalons sont posés par Clovis https://fr.wikipedia.org/wiki/Utrecht ( Pargagraphe intitulé Temps anciens)

(10)- Jacques Brel .  » Dans le port d’Amsterdam »             https://www.youtube.com/watch?v=kOMblsHP1kw-

/fr/654-2/680-2/

(11)- https://info.arte.tv/fr/utrecht-le-combat-des-prostituees#:~:text=Aux%20Pays-Bas%2C%20où%20la,été%20expulsées%20de%20leurs%20locaux.

(12) SMTC Henri V de la Croix. https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2020/07/18/hommage-au-roi-cache-smtc-henri-v-de-la-croix/

Publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 commentaire

Des élus du Dakota du Nord s’attaquent au secret de la confession 

 

18 JANVIER, 2021PROVENANCE: FSSPX.NEWS

Trois législateurs de l’État du Dakota du Nord ont présenté cette semaine un projet de loi qui obligerait les prêtres catholiques à violer le sceau de la confession dans les cas de maltraitance d’enfants confirmée ou suspectée, sous peine d’emprisonnement ou de lourdes amendes.

Deux sénateurs républicains et un démocrate, ainsi que deux représentants de l’Etat – l’un démocrate, l’autre républicain veulent modifier la loi sur la déclaration obligatoire des maltraitances d’enfant.

La loi actuelle stipule que les membres du clergé doivent déclarer obligatoirement toute maltraitance, sauf si « la connaissance ou le soupçon découle d’informations reçues en qualité de conseiller spirituel », comme au confessionnal.

Le projet de loi présenté le 12 janvier, veut abolir cette exception. Ce qui rendrait les prêtres refusant de violer le sceau de la confessions, coupable d’un délit passible de 30 jours de prison et de 1500 dollars d’amende.

Il faut rappeler qu’un prêtre ne peut, sous aucun prétexte, révéler ce qu’il a entendu en confession, ni de manière directe – en disant le péché commis par tel pénitent ; ni de manière indirecte – en précisant un élément permettant à un tiers de déduire le péché commis par son pénitent.

Le prêtre qui se rendrait coupable d’un tel péché, encourt, si la violation est directe, la peine d’excommunication latae sententiae – sans nécessité de jugement pour subir la peine – dont l’absolution est réservée au Siège apostolique. Si la violation est indirecte, la peine est prononcée en fonction de la gravité du délit.

Ce n’est pas la première fois qu’un Etat américain soulève ainsi la question du secret sacramentel dans les cas d’abus d’enfants. Janvier 2020 a vu le dépôt d’un projet de loi en Utah visant à supprimer la protection juridique dont jouissent les ministres du culte catholique dans le cadre de la confession sacramentelle.

Un projet de loi similaire qui aurait obligé les prêtres à violer le sceau a été introduit en Californie, puis abandonné en 2019, en raison de préoccupations pour la liberté religieuse et de problèmes d’application. En 2016, une cour d’appel de l’État de Louisiane a confirmé le droit d’un prêtre de conserver le sceau sacramentel de la confession dans un procès pour abus.

Plusieurs États australiens, dont l’Etat de Victoria, la Tasmanie, l’Australie-Méridionale, le Territoire de la capitale australienne, et en septembre 2020 enfin l’Etat du Queensland, ont déjà adopté des lois obligeant les prêtres à violer le sceau de la confession, suite aux recommandations de la Commission royale sur les abus sexuels du clergé.

Mais en tout état de cause, aucune loi ne pourra jamais autoriser ou obliger un prêtre à violer un secret pour lequel il doit être prêt à donner sa liberté ou sa vie.

https://fsspx.news/fr/news-events/news/des-elus-du-dakota-du-nord-sattaquent-au-secret-de-la-confession-63309

Publié dans Blogs et sites catholiques | Tagué , , , | 1 commentaire

Insigne maladresse d’Emmanuel Macron qui a choisit le jour anniversaire de l’exécution du roi Louis XVI pour qualifier la France de  » Nation de Procureurs »

     Mais le Président Macron a surtout lancé une piqûre de rappel aux Français, fustigeant « cette espèce de traque incessante de l’erreur », véritable sport national en France, à en croire le locataire de l’Élysée. « Nous sommes devenus une nation de 66 millions de procureurs », a-t-il tempêté devant un parterre de journalistes.

https://www.lepoint.fr/sante/emmanuel-macron-nous-sommes-devenus-une-nation-de-66-millions-de-procureurs-21-01-2021-2410621_40.php

Publié dans Limites de la république | Tagué , | 2 commentaires

Place de la Concorde Paris . 21 janvier 1993.  » Sur les les lieux mêmes … « 

L’appel de Jean Raspail, lancé dans Le Figaro en janvier 1992, invitant les Français à venir fleurir la place de la Concorde du 21 au 24 janvier 1993, et demandant au cardinal Lustiger d’ouvrir toutes grandes, le 21 janvier à 10h22, les portes de sa cathédrale pour une cérémonie religieuse nationale, fit sensation, tout en provoquant également certains remous au sein des autorités civiles et religieuses. Ayant immédiatement pris contact avec l’auteur du Camp des Saints pour lui proposer un soutien logistique et un cadre juridique pour mettre en œuvre son initiative dans le cadre des activités conduites par l’association Louis XVI, un Comité national put être constitué pour permettre de donner une réelle ampleur à ces futures célébrations. Le Comité directeur était composé d’un président, Jean Raspail, d’un vice-président délégué, Marc-Antoine de Sèze ( NDLRB. Qui habite en Limousin) , qui devait par la suite organiser les cérémonies du 16 octobre 1993, de deux vice-présidents représentant, pour le premier, l’aîné des Capétiens, le duc de Bauffremont, et, pour le second, le comte de Paris, le baron de Cassagne. Le Comité disposait aussi d’un secrétaire général et enfin de quinze membres permanents, dont Pierre Lemoine, conservateur général des Musées de France et ancien directeur des châteaux de Versailes et de Trianon, Madame Isabelle du Pasquier, conservateur du musée de la Légion d’honneur, du professeur Claude Goyard (Université Panthéon-Assas), de Georges-Albert Salvan, ancien correspondant de l’AFP à Rome puis à Bruxelles, d’Édouard Secrétan, ancien diplomatique et président de l’Académie des Sciences sociales. Des antennes du Comité furent instituées dans la plupart des départements avec à leur tête des délégués nationaux qui se dépensèrent sans compter. Le dispositif se complétait d’un Comité d’honneur, institué dans un véritable esprit d’ouverture, regroupant de hautes personnalités dont la baronne Élie de Rothschild, membre du Conseil des Musées de France, la duchesse de Gramont, plusieurs académiciens, d’éminents historiens, etc.

Estimant que l’appel de Jean Raspail avait cherché à lui forcer la main, le cardinal Lustiger ne permit pas l’organisation d’une cérémonie religieuse à Notre-Dame, mais il délégua auprès du Comité Monseigneur Armand le Bourgeois, évêque émérite d’Autun, en proposant l’organisation d’une cérémonie à Saint-Germain-l’Auxerrois le samedi 23 janvier 1993.

Malgré les démarches effectuées en ce sens par le cabinet du maire de Paris pour faire aboutir la demande d’utilisation de la place de la Concorde le 21 janvier 1993, à deux reprises, le préfet de Police notifia son interdiction au Comité. Liliane de Rothschild prit alors une initiative qui allait sauver cette situation, devenue totalement compromise. Elle organisa chez elle, vers le 15 janvier, un grand dîner d’adieu au cinquante-septième ambassadeur des États-Unis d’Amérique en France, Walter Curley, qui allait quitter son poste à Paris, au terme du mandat présidentiel exercé par George Bush (le 20 janvier). Au cours de la réception, Lilane de Rothschild fit valoir à son prestigieux invité et ancienne connaissance tout ce que Louis XVI avait fait pour favoriser l’indépendance américaine en demandant au diplomate s’il accepterait, lui aussi, de venir, au nom de son pays, déposer une gerbe de fleurs, Place de la Concorde, le 21 janvier à 10 heures. L’ambassadeur répondit vouloir consulter son gouvernement avant de donner sa réponse. Positive, celle-ci me fut communiquée quelques jours plus tard par la baronne de Rothschild à l’instant même où, avec Jean Raspail et Marc-Antoine de Sèze, nous allions entrer une réunion pour une ultime tentative de conciliation dans le bureau du directeur du cabinet du Préfet de Police, un certain monsieur Sanson ! Je fis part de cette nouvelle information. La Préfecture de Police devait réexaminer la demande et nous répondre sans tarder.

C’est en vain que nous avons espéré un appel. Toutefois, sur la base du principe qui ne dit mot consent, nous avons pensé pouvoir investir, comme cela était prévu de longue date, la place de la Concorde.

En quittant le soir du 20 janvier la basilique de Saint-Denis, où une veillée de prière avait été organisée par l’abbé Christian-Philipe Chanut avec la participation de Dom Antoine Forgeot, abbé de Fontgombault, avec Édouard Secrétan nous regagnâmes sans plus attendre le périmètre que nous devions occuper à la Concorde. Un cordon de police était déjà présent. Nous étant présentés, un officier nous signifia de quitter immédiatement les lieux puisque la manifestation était interdite. Après avoir demandé à cet agent de vérifier ses ordres et en rappelant la venue de l’ambassadeur des États-Unis le lendemain matin, nous alors trouvé refuge dans un bureau qui avait été mis à notre disposition à l’hôtel Crillon pour alerter les nombreux journalistes qui souhaitaient suivre l’événement. A six heures du matin, l’autorisation fut enfin donnée. Les préparatifs purent commencer Par son initiative, Liliane de Rothschild avait permis aux Français de répondre massivement à l’appel de Jean Raspail.

Au cours de la journée, diverses entraves furent apportées par les forces de l’ordre au bon déroulement de cet hommage. Les camionnettes, dans lesquelles chaque participant pouvait venir signer le livre d’or, furent expulsées du site et durent faire deux fois le tour du périphérique, encadrées par des motards, à une vitesse réduite… avant de pouvoir revenir sur place lorsque la manifestation était terminée.

Avec les services municipaux, nous avions convenu que le ramassage des fleurs, qui seraient déposées à l’endroit même où Louis XVI avait été exécuté deux cents ans plus tôt, ne seraient enlevées par la voirie que le lendemain matin ou tard dans la soirée.

Dès 15 heures, les forces de l’ordre demandaient de mettre fin à la manifestation en avisant que les services de voirie procéderaient et immédiatement à l’enlèvement du monceau de gerbes accumulées sur place et sur toute la longueur de la balustrade de pierre délimitant le côté de la place faisant face à l’hôtel de Crillon.

Dans un dernier appel lancé au micro, j’eus alors l’idée de demander aux nombreuses personnes présentes de porter, en voiture ou à pied, ces fleurs à la Chapelle Expiatoire où nous savions qu’elles pourraient être accueillies avec les innombrables bougies que nous n’avions pas eu l’autorisation de pouvoir allumer.

Un cortège se mit rapidement en route. Les fleurs couvrirent bien vite les autels de la chapelle, le sol de la crypte, celui de l’église supérieure, les marches extérieures qui y conduisent. Il en arrivait encore. Spontanément, les porteurs recouvrirent les tombes aménagées de chaque côté du jardin. Plus d’un millier de pots à feu furent allumés. Le soir était tombé et nous partions lorsqu’une dernière fois j’ai voulu me retourner pour admirer ce spectacle quelque printanier, aux accents féériques et funèbres.

Il fallait se rendre à l’évidence : les menées ourdies par Jack Lang n’avaient pas eu un grand effet. Mais surtout, par une initiative providentielle des forces police qui, peut-être par zèle, avaient voulu hâter la fin de l’hommage rendu à Louis XVI, ces manœuvres avaient revêtu de notre retraite d’un caractère prophétique.

Le ministre, qui avait cherché à faire interdire à tout prix cette journée de commémoration en y faisant apporter le trouble et la confusion, avait finalement contribué, bien involontairement, à donner à cette manifestation civile un caractère presque mystique : deux siècle, jour pour jour, après l’exécution de Louis XVI, les fleurs offertes en sa mémoire par les Parisiens, les Français et bien d’autres personnes venues de l’étranger, au lieu de finir l’après-midi dans une benne à ordure, venaient orner l’endroit où le corps mutilé du souverain avait été déposé mais, davantage encore, recouvraient, dans un authentique sens chrétien du pardon des offenses, les tombes d’un certain nombre des ennemis du roi, qui l’avaient condamné, et dont les dépouilles avaient été ensevelies en ce même cimetière de la Madeleine, après leur exécution capitale, place de la Concorde !

L’histoire de ces diverses commémorations mériterait d’être écrite. Les archives ont été conservées et seront peut-être un jour ouvertes par des chercheurs ou des sociologues. A chaque fois, des fioretti viennent émailler la gravité du moment ou rehausser davantage l’allégresse de l’instant.

Il revient peut-être à Monseigneur Fortunato Baldelli, nonce apostolique en 2004, d’avoir su résumer en une seule et brève formule tout ce que ces élans populaires successifs pouvaient signifier. Au sortir de la cathédrale de Saint-Denis, le mardi 8 juin 2004, à la personne qui le raccompagnait à sa voiture, après avoir assisté à la messe solennelle en l’honneur du Sacré-Cœur célébrée à l’occasion de la déposition du cœur de Louis XVII dans la crypte de la basilique, il réitéra cette réflexion à plusieurs reprises tant il se montrait impressionné : « Je crois que je viens d’assister à la résurrection de la France » !

Jacques Charles-Gaffiot
Historien

Publié dans Action Légitimiste | Tagué , , | 2 commentaires