Louis Chiren, Maître imagier de la « flotte providentialiste” offre aux royalistes « Louis Dieudonné » dans le chapître « Au service du roi ».

AVIS IMPORTANT DE LOUIS  CHIREN,  Artiste et poète inspiré, d’oeuvres catholiques et royales

https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete

     “La Charte de Fontevrault » * fondée par Monsieur Alain Texier le 25 août 1988 en l’abbaye royale homonyme, a l’autorisation de reproduire les textes ainsi que les oeuvres picturales de Louis Chiren pour l’ensemble de ses oeuvres.

(*) LETTRE DE VENISE (3 mai 2009) ; le confessionnal de Sainte-Marie-des-Français. http://charte.de.fontevrault.over-blog.com/article-31726284.html

Le lien ci-aprés vous donnera aussi accès  à d’autres illustrations d’accompagnement . N’hésitez pas à l’activer.https://louischiren6.wixsite.com/peintreetpoete/louis-dieudonn%C3%A9

   NOTES

Cette œuvre est née le 11 septembre. Elle a survolé les 12 et 13 pour s’achever le 14 septembre 2020

   Le 11 septembre 1709, Louis XIV alors que le royaume était menacé d’invasion nommait le maréchal de Villars (1)  à la tête de l’armée. Ce dernier n’obtiendra pas la victoire mais stoppera la coalition formée en majorité de troupes autrichiennes et hollandaises lors de la bataille de Malplaquet (2) . Les pertes du duc de Marlborough étant considérables, ce dernier se retirera avec ses troupes mettant un terme à l’invasion, le maréchal blessé partira pour Versailles.

       Le 12 nous fêtions le saint nom de Marie, la mère du Roi des rois elle-même issue d’un don du Ciel est à l’origine de la naissance de Louis Dieudonné comme vous le savez. Le 13 septembre 1515, François 1er triomphait des Suisses à Marignan (3). De cet épisode naîtra l’engagement des troupes Suisses au service de nos rois (4).

       Enfin le 14 septembre nous fêtions l’exaltation de la Sainte Croix. Cette vénération se rattache aux solennités de la dédicace de la basilique de la Résurrection (5)  érigée sur le tombeau du Christ.

    Cette illustration réalisée en techniques mixtes vous présente le roi Louis XIV chevauchant son cheval blanc.  Comme pour ses prédécesseurs, les peintures officielles reprendront ce thème sous son règne. Le grand roi soucieux d’asseoir son pouvoir dont-il  avait éprouvé les écueils nomma le peintre Pierre Mignard (6)  afin de réaliser plusieurs toiles équestres célébrant ses victoires en représentant son autorité. Charles Le Brun (7)  ainsi que d’autres peintres en réaliseront également selon une longue tradition remontant aux statues antiques.

   Ici le cheval exécute une levade ou courbette consistant à se tenir sur ses membres postérieurs en levant les deux antérieurs. Cette maîtrise de l’art équestre démontre le talent du cavalier, capable de diriger la force de l’animal en lui faisant réaliser une figure élégante et difficile. Au figuré ce pourrait être l’image du roi usant de ses pouvoirs afin de s’entourer de talents divers capables de transformer le pays en l’élevant toujours plus haut.

​    Selon les versions, le roi tient un bâton de commandement, une cravache ou bien une canne d’équitation. Sur cette illustration c’est une canne qu’il pointe vers la France ornée du Sacré-Cœur de Jésus, dirigeant notre regard.

Nous pouvons remarquer sur certaines œuvres la position de la canne qui allant dans le prolongement du front de l’équidé fait penser à une licorne (comme ici). Ce grand siècle féru de symbolisme et ne laissant rien au hasard, les artistes avaient probablement un message à faire passer. Dans le physiologus (8) , ce bestiaire chrétien si influent dans l’imagerie jusqu’au moyen Âge, on représente la licorne entre la chèvre et le cheval. Le cheval l’emportera par la suite, sa robe sera blanche et son front présentera cette corne, tel le narval. Le physiologus compare le Christ à une licorne spirituelle, la corne symbolisant l’unicité de la nature divine et la taille moyenne de  l’animal l’humilité du Seigneur. Le blanc comme dans l’héraldique est le signe de la pureté.

      La licorne pouvait même renvoyer à la Sainte Vierge, la corne étant la flèche spirituelle, le rayon solaire, une épée de Dieu. Il existe ainsi des toiles désignées comme des « Annonciation à la licorne » symbolisant l’incarnation du Fils de Dieu dans le sein de  Marie. Dans cette illustration qui reprend ce thème, nous pouvons penser que s’il y eut un porte Christ, notre Sauveur à son tour porte son lieutenant, il le guide et le protège, il l’inspire de ses rayons divins, il lui indique la direction, il lui donne le feu de l’action, celle qui élève et qui sauve.

​    Le premier roi du Sacré-Cœur, par Dieu donné à la France selon son dessein, était destiné à consacrer ses armes, le royaume et sa lignée au Divin Cœur. La demande fut faite comme vous le savez par l’entremise de sainte Marguerite Marie en 1689. Il semble que cette volonté ne fut pas honorée (9)  et après un règne long et prolifique, le roi aura à supporter bien des malheurs.

      La perte qui le marquera probablement le plus sera la mort de ses six enfants légitimes dont le grand dauphin qui sera emporté en avril 1711. Mais l’hécatombe ne s’arrêtera pas là car il perdra deux petits-fils (le troisième Philippe V étant placé sur le trône d’Espagne) deux arrières petits-fils, le dernier de cette fratrie montera sur le trône sous le nom de Louis XV.

    La marque que ce roi a laissée dans l’histoire de France est immense. Dans le prologue de son livre « Louis XIV » daté de 1947, (librairie Fayard, à la page 25), Louis Bertrand (10)  de l’académie française (je précise au passage que je n’ai pas d’admiration particulière pour cet homme, je cite juste son analyse) évoquait avec une ferveur engagée ce que l’on doit à ce monarque :

      « C’est un devoir de justice à remplir que d’essayer de restituer à ce héros, si absurdement défiguré par les passions politiques, son vrai visage. Renan écrivait, dans sa réforme intellectuelle et morale, que le mépris de la France du passé est « la plus honteuse profession qu’on ait jamais faite d’ingratitude et de bassesse, de roturière vilenie ». En effet, il est honteux que la France ait l’air de renier une gloire comme celle de Louis XIV, de ne pas connaître l’homme qui, non seulement lui a donné son rang dans le monde moderne, mais qui l’a faite, depuis ses frontières jusqu’à son mécanisme administratif. Les Français du XIXème siècle n’ont même pas osé mettre son nom sur le piédestal des statues. Celle de Lyon, comme celle de Montpellier et même, chose stupéfiante celle de Versailles est anonyme. Il a fallu le voile du latin pour faire passer l’inscription qui se déchiffre sur le monument de la place des Victoires »

   Ce déni pour celui qui verra sa descendance sombrer tragiquement (11)  mais dont-on usurpe la gloire pour servir le système qui aura œuvré à cette déchéance, va dans le sens de la décadence où se trouve notre terre et à laquelle nous assistons chaque jour.

     Et pourtant comme dans un message post mortem, le grand roi en tenue d’apparat assumant sa fonction de roi Très Chrétien nous indique le chemin et la marque de la victoire par le Cœur de Jésus. Cette inspiration est renforcée par les dates de création honorant le Saint Nom de Marie, notre madone qui l’accorda à la France et l’aboutissement par l’adoration de la Sainte Croix en lien avec le saint sépulcre.

      Lorsque l’on sait que le premier geste de Louis XIV était de se signer chaque matin dans cette chambre royale de Versailles alignée sur le grand canal dessinant une Croix, rendant gloire à Dieu. Où l’on soulèvera plus tard le secret de cet axe caché reliant avec précision le grand canal et la chambre du roi (située dans l’ancien bâtiment de chasse de Louis XIII) avec le tombeau du Christ à Jérusalem.

Les éléments de cette toile se révèlent peu à peu semant l’espoir en nos cœurs malgré la noirceur du moment.

Louis semble nous dire : gardez confiance, celui qui vient accomplira le vœu qui m’avait été demandé, ce royaume que nous avons servi avec amour appartiendra au Cœur du Christ et vous connaîtrez un temps de paix et de prospérité sous sa protection.

——-

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude-Louis-Hector_de_Villars

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Malplaquet

(3) https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Marignan

​(4) https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2016/08/10/hommage-aux-gardes-suisses-tombes-pour-leur-serment-le-10-aout-1792/comment-page-1/

(5) https://fr.wikipedia.org/wiki/Église_du_Saint-Sépulcre_(Jérusalem)

(6) https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Mignard

(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Le_Brun

(8) https://fr.wikipedia.org/wiki/Physiologus_de_Berne

(9) https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2018/06/26/et-si-louis-xiv-avait-reellement-mis-le-sacre-coeur-sur-ses-emblemes-et-specialement-sur-les-pieces-de-monnaie-medium-a-grande-diffusion/

(10) http://www.academie-francaise.fr/les-immortels/louis-bertrand

(11) https://fr.wikipedia.org/wiki/Descendance_de_Louis_XIV

 

AVIS IMPORTANT

     Permettez moi ,cher lecteur , d’attirer votre attention sur une une étrangeté. Alors que d’habitude les commentaires sur les oeuvres magnifiques de Maître Chiren sont nombreux , cette  mise en ligne  ci ne semble pas  avoir attitré l’attention de nos lecteurs. à part un commentaire d’habitude  si j’ose ainsi m’exprimer.

   La cause ne peut pourtant pas être  sa publication initiale dans le   corps du blog et non plus  comme  vous y avez été  habitués au fil des  commentaires. Ce changement  de perspective  dont la  fonction – QUE  J’APPROUVE  GRANDEMENT- est de ne pas  consommer- à l’excès de la place disponible dans ce blog n’aurait pas dû vous traumatiser.

  Alors merci de ne pas imposer une avanie supplémentaire  au roi soleil en faisant  suivre  mon appréciation de la  vôtre .

Alain TEXIER.

A propos Charte de Fontevrault

Né à Loudun (Anjou) le 17 décembre 1945, dans une fratrie de trois garçons dont j'étais le cadet, et royaliste depuis mon entrée à la Faculté de Droit et des Sciences économiques de Limoges, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Action Catholique, Action Providentialiste, Archives de la Charte de Fontevrault, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Louis Chiren, Maître imagier de la « flotte providentialiste” offre aux royalistes « Louis Dieudonné » dans le chapître « Au service du roi ».

  1. Exellant ! Très beaux. Seulement deux mots : ACTION ROYALE.

  2. Marie-Agnès Lacour dit :

    Maitre vous vous surpassez chaque fois et vous nous donnez toujours plus de raison de vous louer car en vous louant nous louons Dieu sa très Sainte Mère et son LIeu-tenant qui va bientôt nous revenir

    • Louis Chiren dit :

      Bonjour Madame Lacour,
      merci de nous tourner les yeux vers le seul Maître et Sauveur et de notre Mère du Ciel pour cette terre de France qui amorce je crois sa descente au tombeau avant la résurrection espérée.
      Que vienne le pré carré du roi, que Jeanne accomplisse sa dernière mission.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s