Anton, Ivan, Boris, et moi…

Biens chers amis,

www.youtube.com/watch?v=ueTm7aNyqJY

NDLRB. Si le lien ci-dessus ne s’ouvre pas en cliquant  dessus,  merci de le coller  dans la barre de  votre navigateur . MercI.

      Fontevristes et providentialistes, mais aussi légitimistes et bons royalistes de tout bord, puristes des lois de succession au Royaume de France, nous pouvons tous être finalement unis pour reprendre en cœur le refrain de la chanson « Ivan, Boris et moi » de la regrettée Marie Laforêt, mais en changeant quelques noms.

Au lieu de :

« An-ton, I-van, Bo-ris et moi ; Re-bec-ca, Po-la, Yo-han-na et moi ; Sa-cha, So-nia, Ba-sile et moi ; Di-mi-tri, Ya-ni, Na-ta-cha et moi… », nous pouvons chanter :

« Phi-lippe, Fran-çois, Louis et LE-ROI, Charles-Or-land, Xa-vier, Hugues et LE-ROI, Jo-a-chim, et Jean, Charles et LE-ROI » !

        Mais oui, ces neufs noms qui se répètent inlassablement au cours des âges capétiens sont aussi ceux d’aînés mâles qui n’ont jamais régné parce qu’écartés de la succession de leur lignée par le Ciel. Le Roi du Ciel et Roi de France (Jeanne), ayant Son plan bien précis sur la forme de la ramure qu’Il voulait pour Son arbre « Francia Gallia », tel un jardinier, a émondé très régulièrement, très fréquemment, et parfois vigoureusement, soit des bourgeons, soit des tigelles, ou encore des branches bien formées.

        Quand j’évoque ces aînés mâles, je veux parler de frères aînés de rois qui, eux, sont effectivement montés sur le trône à la mort de leur père.

        Un des exemples caractéristiques est celui des fils de Charles VI pendant la période troublée de la guerre de Cents Ans. Celui qui va régner à la mort de son père est Charles VII, seulement cinquième fils du roi… Pourtant il ne devait pas régner, car il y avait plus aînés que lui, et dans l’ordre : Charles (mort à 3 mois), Charles (mort à 9 ans), Louis (mort à 18 ans) et Jean (mort à 19 ans).

        Dans cette dynastie capétienne, et pour la majorité des cas, le phénomène consiste en une mise à l’écart (par la mort) de frères aînés du roi qui va régner ; mais à partir du règne de Louis XIV, et c’est l’autre exemple caractéristique, nous allons trouver des générations entières qui seront écartées du trône, comme la génération du Grand-Dauphin, puis celle du Petit-Dauphin son fils, mais aussi celle du Dauphin, fils de Louis XV.

       Il est bon maintenant de faire connaître la liste, dans l’ordre depuis Hugues Capet, de tous ces aînés qui n’ont pas été « choisis », mais bien plutôt écartés par le Roi du Ciel et Roi de France… en considérant que les noms avec les astérisques sont des fils de roi régnant, associés au trône et « vraiment sacrés » du vivant de leur père, ce qui provoque encore de nos jours entre les historiens un litige au sujet du numéro d’ordre des « Philippe ».

     et c’est là où, maintenant, nous pouvons tous reprendre en chœur le refrain de la chanson :

01. *Hugues II (18 ans)

02. *Philippe II (15 ans)

03. Philippe (9 ans)

04. Louis (16 ans)

05. Louis (13 ans)

06. Jean Ier (4 jours)

07. Jean (4 ans)

08. Jean (7 mois)

09. Charles (3 mois)

10. Charles (9 ans)

11. Louis (18 ans)

12. Jean (19 ans)

13. Louis (2 ans)

14. Joachim (4 mois)

15. François (4 heures)

16. Charles-Orland (3 ans)

17. François (6 mois))

18. Charles (1 mois)

19. François (1 mois)

20. François (18 ans)

21. Génération 1 – Louis GD (49 ans)

22. Génération 2 – Louis PD (29 ans)

23. Génération 3/ 1 Louis (1 an)

24. Génération 3/ 2 Louis (5 ans)

25. Génération 4 – Louis (36 ans)

26. Génération 4/ 1 Louis (10 ans)

27. Génération 4/ 2 Xavier (1 an)

Vous avez bien remarqué qu’il y a 27 aînés écartés de la royauté effective par le Roi du Ciel, et cela pour obtenir 33 rois capétiens régnants, depuis Hugues Capet jusqu’à Louis XVI (Royauté de Droit Divin uniquement)… et si l’on compte bien, on fait le constat que près de la moitié des mâles dynastes, 45% exactement (27 sur un total de 60), ne sont pas retenus.

C’est-à-dire qu’il y a presque autant d’élus que de rejetés !

Autrement dit, le Christ Roi de France définit la suite de Ses oints comme Il l’entend, avec le Lieutenant le plus approprié à l’époque en cours, et au plan précis qu’Il a sur Son Royaume temporel, en faisant passer la Loi Salique de succession APRES SON PROPRE CHOIX, loi qui n’est en fait qu’un verrou évitant tout choix humain entre deux choix divins…

C’est ainsi que nous sommes, à chaque génération de nos rois, ramenés à « l’Election davidienne » du Très-Haut !

La connaissance et la prise de conscience de ce fait qui crève maintenant les yeux, mais que personne n’a jamais évoqué (je crois) jusqu’à présent, amènent à trois conclusions irréfragables :

1. LA SUCCESSION « SALIQUEMENT MÉCANISTE » AU TRÔNE DE FRANCE EST UN LEURRE !

      Elle n’est que le sophisme argumentaire d’une simple royauté purement humano-laïque.

2. LA SUCCESSION « SALIQUEMENT AUTHENTIQUE » EST TOUJOURS DE DROIT ET DE CHOIX DIVINS !

    L’élection du 1er mâle de la fratrie est un choix divin. Dieu laisse faire… Son intervention passive.

     L’élection d’un cadet de rang ultérieur est aussi un choix divin… Dieu opère… Son intervention active.

3. DANS LA SUCCESSION SALIQUE, L’INTERVENTION DIVINE EST TOUJOURS LIBRE ET VOLONTAIRE !

La Liberté et la Volonté du Très-Haut se manifestent selon trois moyens :

                . Le premier est la conservation de la vie du dynaste aîné,

                . Le deuxième est le retrait de la vie des dynastes aînés jusqu’au rang de l’élu,

                . Mais il y en a un troisième possible, celui-ci rarissime, merveilleux et miraculeux : C’est le retrait du dynaste par la mise en réserve de sa personne puis de sa branche, en vue de l’émergence de son fruit, prévu à une époque ultérieure, prédestinée, le fruit comme l’époque étant connus de Dieu Seul.

       Il est évident que ce dernier moyen exalte éminemment et parfaitement la Liberté divine.

A chaque succession de nos rois, Dieu laisse faire, Dieu retire ou Dieu réserve…

ALORS OUI, LA ROYAUTE FRANÇAISE EST BIEN PROVIDENTIELLE !

 

    Chouandecoeur

 

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Action royaliste, Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Anton, Ivan, Boris, et moi…

  1. Nous pourrions même dire, à l’intention de ses contempteurs, qu’en France LA ROYAUTE N’EST PAS ABSOLUE MAIS (comme vous le dites si bien) QU’ELLE EST PROVIDENTIELLE. Chacun devrait s’en souvenir.

  2. Irène Pincemaille dit :

    On peut donc supposer à bon droit que le successeur mis en réserve est bien Louis XVII ! donc ses successeurs. Il nous faut donc garder l’espoir et préparer le terrain bien que nous ne nous prenions nullement pour St Jean Baptiste, mais pour faire en sorte que ce prince choisi par Dieu rencontre le moins d’obstacles possibles sur sa route qui sera forcément semée d’embûches !!!
    Amitiés à tous.

  3. Gouverneur(e),

    Nous ne sommes pas -naturellement Saint Jean Baptiste mais si celui-ci est le Saint Patron de la Charte de Fontevrault, ce ne doit pas être sans raison. Dieu ne dédaigne pas avoir besoin des hommes.

  4. Jean DEWEER dit :

    Saint Jean l’Evangéliste, Saint Jean Baptiste, prénommé en mémoire du premier, fêté le 24 juin pour ne pas avoir une fête trop proche de l’anniversaire. Aplanir le terrain pour la parousie qui est l’entière responsabilité du Christ…. Au repas du Christ sont conviés tous ceux qui ne sont pas trop éloignés de la tradition chrétienne…

  5. Ping : Il n’y a que Dieu a décider non pas quel prétendant régnera sur le trône de France mais qui sera Son Lieutenant sur le trône de Saint Louis. | La Charte de Fontevrault

  6. Ping : Il n’y a que Dieu a décider non pas quel prétendant régnera sur le trône de France mais qui sera Son Lieutenant sur le trône de Saint Louis. | La Charte de Fontevrault

  7. Catoneo dit :

    Bonjour,
    Ayant le projet d’un rebond motivé sur Royal-Artillerie, j’aimerais gagner un peu de temps en demandant à Chouandecoeur d’identifier pour moi les numéros 7, 18, 19 et 20.
    J’ai noté que Louis-Joseph-Xavier de France (1781-1789), aîné de Louis XVI, n’est pas compté.

    Le sujet ouvre plusieurs questions qui feraient un bon article.
    A vous lire,
    C.

    • Chouandecoeur dit :

      Bonjour Catonéo,

      Ah, voilà quelqu’un qui suit !
      Vous avez détecté une erreur de nom. L’aîné mâle n° 7 n’est pas Jean (4 ans), mais Philippe (1 ans), fils de Philippe V le Long.
      Pour les autres :
      18. Charles (1 mois) > 3ème fils de Charles VIII,
      19. François (1 mois) > 4ème fils de Charles VIII.
      20. François (18 ans) > 1er fils de François Ier;

      Pour Louis Joseph Xavier, vous avez aussi raison, je l’ai oublié dans cet article, et il doit pourtant y être puisqu’il disparaît avant la fin de la Royauté de Droit divin qui se termine le 14 septembre 1791, remplacée par la 1ère Monarchie Constitutionnelle (1791-1792). Par contre c’est normal dans cette optique de ne pas compter Louis Charles (futur Louis XVII).

      Houlà, je vais être obligé de faire quelques vérifications de la liste et la préciser avant que vous n’en fassiez un article dont je vous remercie.
      Bien à vous,

      François-Xavier PACHOT (dit Chouandecoeur)
      PS : Seriez-vous d’accord pour me communiquer votre n° de téléphone ou de portable ?
      chouandecoeur@orange.fr).

  8. Jean DEWEER dit :

    Avant la fin des temps et l’éventuelle suite…
    Si le nom Bourbon est mentionné en sixains IV, XV, XXIV de Nostradamus, il ne l’est absolument pas dans les Centuries. Peut-être le devine-t-on à travers le vocable « Prince » et le nombre dix-sept martyres du quatrain VI-59.
    Le mot sceptre caractéristique du pouvoir se trouve en I- 32 62 II-69 IV-10 V- 6 14 48 VI- 3 24 VII- 23 VIII- 61 et X- 97. Seul ce dernier quatrain évoque un sceptre ignoré par ses détenteurs et probablement le roi perdu. Il contient le mot honnira, thème du honnissement voire du bannissement que l’on retrouve en IV-27 VI-90 dont l’inverse sont les honneurs en I-94 III-100 et X-71.
    Si quelqu’un doit réaliser les exploits du grand monarque, c’est d’abord un roi gaulois selon Nostradamus, donc probablement d’origine plus ancienne. On pense aux Mérovingiens…

  9. Ping : Ecologie royaliste.   Royaliste artillerie  , prenant appui sur les travaux de François-Xavier Pachot, Gouverneur nommé (2021-2024) de la Charte de Fontevrault, se penche sur la disparition des Dauphins. | «Le blog de la Charte de Fontev

  10. Nous pourrions même dire qu’en France LA ROYAUTE N’EST PAS ABSOLUE MAIS (comme vous le dites si bien) TEMPREREE PAR LES LOIS FONDAMENTALES DU ROYAUME DE FRANCE https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/09/23/les-lois-fondamentales-du-royaume-de-france-constitution-de-lancienne-france/ , REVELLEES ELLES-MEME PAR DIEU PAR LE SONGE D’HUGUES PACET ET DONC comme le dit Conseil dans l’espérence du Roi, QU’ELLE EST PROVIDENTIELLE.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s