FONTEVRISME ET LEGITIMISME. Texte mis en forme par Hervé Volto.

    Depuis la parution en 1914 de la thèse du Prince Sixte de Bourbon-Parme (18886-1934) *https://fr.wikipedia.org/wiki/Sixte_de_Bourbon-Parme     Le  traité d’Utrecht et les lois  fondamentales du Royaume  sur les Lois Fondamentales du Royaume et les travaux ultérieurs de tous les spécialistes du droit de l’Ancien Régime, aucun Royaliste ne songe plus à soutenir la validité des renonciations contenues dans le Traité d’Utrecht https://fr.wikipedia.org/wiki/Traité_d%27Utrecht  mais le débat crucial à propos du Prétendant ne s’en trouve pas clos pour autant… car il est une évidence que les Français ne peuvent ignorer : la Légitimité ne tient pas uniquement au bien-fondé des différentes exégèses consacrées aux renonciations de Philippe V.

Le plus Noble des Prince, le Comte Henri de Chambord, connaissait si bien cette vérité qu’il ne chercha jamais- n’ ayant pas reçut l’Onction et reconnaissant l’interruption de l’exercice de la fonction Royale- à se comporter en Roi.

Monument au Comte de Chambord. Sainte Anne d’Auray.

        N’anoblissant pas et ne conférant aucune distinction depuis son exil, le Comte de Chambord se refusa à toute Prétention, lui qui fut pourtant Roi “de Jure” pendant neuf jours.

        Il ne s’agissait pas pour le dernier Bourbon de France de démontrer une nouvelle fois son humilité. Le Comte de Chambord savait en revanche que l’interruption de la Légitimité Catholique et Royale avait éteint celle-ci et que seul le Sacre pourrait restaurer ce que l’usurpation avait profané. C’est là tout le fond de ce que l’on baptisa faussement “ l’affaire du Drapeau Blanc”  https://www.lhistoire.fr/henri-v-et-laffaire-du-drapeau-blanc mais qui en réalité reposait sur autre chose puisqu’en 1873, c’est principalement du Sacre dont il est question entre l’héritier des Rois Capétiens et la molle majorité Monarchique de la Chambre.

        Aujourd’hui, certains Royalistes emportés par leur dégout de l’Orléanisme politique croient voir dans le principe d’Aînesse l’autorité définitive qui fait le Roi. Or le principe d’Aînesse ne fut jamais à lui seul LA LOI. Il faut un aveuglement volontaire ou une profonde méconnaissance de l’Histoire pour ne pas convenir que le Sacre fut pendant plus de quatre siècles -de Pépin le Bref à Philippe Auguste- l’unique instrument de Légitimité à la disposition d’un Souverain alors contraint de faire Sacrer son héritier AINE SALIQUE, CATHOLIQUE, NE FRANCAIS et DE NAISSANCE LEGALE, de son vivant.

       La continuité entre le “Rex coronatus” https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_roi_est_mort,_vive_le_roi_! et le “Rex associatus” sera, tout au long de la dynastie Carolingienne et sous le règne de sept Rois Capétiens, la principale Loi Fondamentale. Pour cette raison même, elle sera par la suite la Loi Centrale, l’axe même de tout même de tout l’édifice des règles de succession. Résumé par l’adage “ le Roi est mort… vive le Roi !”, c’est autour d’elle que viendront s’agréger l’ensemble des Lois Fondamentales ultérieures données par Dieu au premier Roi de la III° Race lors du Songe d’Hugues Capet https://chartedefontevraultprovidentialisme.wordpress.com/2013/09/23/les-lois-fondamentales-du-royaume-de-france-constitution-de-lancienne-france/ .

     Elle ne peut par conséquent être méprisée ou ignorée.

       De quelque façon que l’on retourne le problème de la Légitimité, la plus importante des Lois Fondamentales ne peut donc être satisfaite. Le Sacre, qui doit être conféré qu’à l’AINE des Capétiens SALIQUE, CATHOLIQUE, NE FRANCAIS et DE NAISSANCE LEGALE, manque à toutes les constructions dynastiques et, en attendant, une renaissance Royale qui permettra de s’appuyer à nouveau sur les Lois Fondamentales du Royaume de France, il est vain de chercher dans les seuls principes complémentaires du Sacre, l’assise d’une démonstration probante de la Légitimité Catholique et Royale de tel ou tel Prince.

      En effet, toutes les arguties n’y changeront rien, le Roi en France est bel et bien caché et la Royauté Française endormie, Alphonse XIII d’Espagne ne fut jamais Alphonse I° de France et dans le remarquable édifice juridique qui contribua à faire de la France la première des nations, rien ne peut nous aider maintenant à définir un Prince incontestable dans son principe.

Nous, fontevristes, nous ne serons pas Providentialistes en vertu d’une particulière argumentation destinée à affirmer l’exclusive Légitimité des Bourbons  Espagnols, des Bourbons-Parme ou des Orléans, mais bien parce qu’il et établi que c’est cette qualité vérifiée du Choix Divin qui fonde notre engagement et nous offrons notre obéissance aux Princes de la Croix, convaincus par les prophéties du Grand Monarque que c’est dans cette branche cachée mais sereinement héritière de “ l’esprit de Froshdorff” que la charte de Fontevrault trouvera le chef Aîné capable de renouer le vieux pacte national, plutôt que dans les Princes des branches molles ou félonnes.

L’escarboucle des providentialistes re-dessinée par M. l’ Abbé Pohu, aumônier général des Fontevristes. au lendemain du Chapître extraordinaire  du vendredi 29 novembre 2019 de la Charte de Fontevrault

    Le Providentialisme n’est donc pas un système. C’est l’obsession du Sacre ajouté au constat historique que seule la branche issue de Saint-Louis n’a jamais dérogé à la Tradition et que ses princes, en en renonçant jamais à l’esprit de combat de leur maison, ont été fidèles quand leurs cousins restaient étrangers par le Sang ou l’esprit. Le Fontevrisme repose donc sur la certitude que la Maison Capétienne a ainsi gagné, devant toutes les autres Maisons, le droit de commander en France aux Royalistes d’action.

    Après diverses discussions, il est convenu de formaliser un « credo » du Royalisme traditionaliste, développé par un argumentaire développé au chapitre Fontevriste extraordinaire tenu le Vendredi 29 novembre 2019  dans les accueillants locaux de l’Hôtel de la Croix Blanche, le  bien nommé à Fontevraud l’abbaye. 

Les points suivants y sont à inclure :

1. Le Christ, Roi de France

2. Le pacte de Reims (bénédictions et malédictions),

3. Le Sacre et sa signification (l’infusion en la personne Royale de la III° Personne de la sainte Trinité et la reconnaissance publique de Dieu comme source de toute autorité),

4. La Triple Donation https://jeannetripledonation.forumactif.com/forum

5. Le choix personnel / le choix divin (le Songe d’Hugues Capet),

6. Le choix divin antérieurement à la loi de succession (Le Pacte de Tolbiac),

7. La fonction régalienne (grâce d’état particulière issue du Sacre)

    Quand au futur Roi de France qui n’appartiendrait pas à la Maison de notre préférence, il va de soi que nous lui ferions hommage dès la première seconde qui suit son Sacre !

Hervé J. VOLTO, CJA, Président Honoraire de la Charte de Fontevrault (président 1991-1994), chroniqueur et mémorialiste, membre du chapitre Général et Délégué Officiel pour l’Italie.

  • Sixte de Bourbon-Parme — de son nom complet : « Sixte Ferdinand Marie Ignace Pierre Alfonse Robert Michel François Charles Louis Xavier Joseph Antoine Pie Thadée Jean Sébastien Paul Blaise Stanislas Benoit Bernard Marc de Bourbon https://fr.wikipedia.org/wiki/Sixte_de_Bourbon-Parme 

A propos Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme
Cet article, publié dans Blogs et sites catholiques, Blogs et sites providentialistes, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour FONTEVRISME ET LEGITIMISME. Texte mis en forme par Hervé Volto.

  1. la couronne dit :

    Bonjour,

    Vous parlez souvent du forum de  » la triple donation ». Voici ma demande, la source. :-
    « A quand remonte cette appellation et quel en est l’auteur? »
    Je vous remercie par avance de votre réponse.

    • je transmets votre demande à François Xavier Pachot et je vous dirai ( ou il vous dira ) dans ce fil
      de discussion – la réponse- ou les éléments de réponse qu’il aura pu m’apporter.

  2. la couronne dit :

    Je vous remercie, cher Monsieur, d’avoir pris ma demande en considération.
    Comme vous l’avez compris, c’est important de connaître les sources de cette Appellation..
    J’attends donc les réponses de cette personne..
    Bien cordialement

  3. J.M. dit :

    Ravi de voir l’apparition du Sacré-Cœur dans l’escarboucle.

    Christus rex in sacris cor meum.
    Cor meum ibi cunctis diebus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s