Naundorff , suite mais pas forcément fin.

Annuaire Royaliste Arom   avec l’aimable autorisation du CRIL 17.

PUISSENT CES REMARQUES PRECISES APPORTER A CHACUN LES REPONSES QU’ILS ATTENDENT.

http://cril17.eu/adnmt-de-louis-xvii-et-de-naundorff-resultats-des-recherches-du-pr-gerard-lucotte

Philippe Lyoen

20 mai, 10:12

Les résultats d’une analyse accréditent l’hypothèse que le fils de la Reine Marie-Antoinette et de Louis XVI, Roi de France et de Navarre ne serait pas mort en 1795 à la prison du Temple, mais cinquante ans plus tard, le 10 août 1845 à Delft en Hollande.

Enfin ! Grâce à l’ADN, l’un des plus grands mystères de l’Histoire, l’un des plus polémiques aussi, est en train de s’éclaircir. 

Le mythe de Karl-Wilhelm Naundorff, mort en Hollande en 1845, qui a toujours prétendu être Louis XVII, le fils de Marie-Antoinette et de Louis XVI emprisonné à l’âge de 7 ans au Temple et décédé officiellement en 1795, est relancé par une nouvelle révélation.

Alors que des études ADN commandées par les Bourbon il y a une quinzaine d’années pour en finir avec ce soit disant «imposteur» avaient «définitivement» attesté que Naundorff n’était pas Louis XVII.

Or, des analyses démontreraient que l’un de ses descendants est bien un Bourbon.

Cette découverte inédite revient au Professeur Gérard Lucotte, Généticien et Anthropologue, et à l’historien M. Bruno Roy-Henry, à l’initiative de cette enquête dans les profondeurs moléculaires. 

C’est grâce à la contribution d’un descendant mâle de Naundorff-Louis XVII, qui a soumis ses gènes au microscope du Professeur Lucotte. 

Il s’agit d’Hugues de Bourbon, 44 ans, demeurant en France, bien que d’autres descendants de Naundorff-Louis XVII vivent actuellement au Canada notamment Charles-Louis de Bourbon, Duc de Berry.

Tous les descendants de Naundorff-Louis XVII portent officiellement le nom de Bourbon.

Un nom légalisé par des actes de naissance Anglais et Hollandais ainsi que par plusieurs jugements de la justice Hollandaise et française. 

Hugues de Bourbon est l’arrière-arrière-arrière petit fils de Charles Louis-Duc de Normandie dit Naundorff évadé de la prison du Temple.

Avec les résultats de l’analyse ADN, Hugues de Bourbon, descendant de Naundorff -Louis XVII, «fait bien partie de la famille Bourbon».

Les prélèvements sur Hugues de Bourbon ont eu lieu à La Rochelle en 2013.

L’étude a porté sur les marqueurs du chromosome Y (spécifique de la lignée masculine). 

Au contraire de la précédente, il y a 15 ans, qui portait sur l’ADN mitochondrial (spécifique de la lignée féminine), prélevé sur Anne de Roumanie, descendante de Marie-Antoinette par la branche Habsbourg, et avait été comparé à l’ADN contenu dans un os de Naundorff. 

Ces recherches, conduites par le Professeur Cassiman, avaient alors exclu toute parenté maternelle Habsbourg. 

L’analyse du chromosome Y du descendant Naundorff –Louis XVII a été comparée avec l’haplotype des Bourbon grâce à «un profil du chromosome Y» de la maison royale établi par le Professeur Cassiman. 

Le résultat permet de retrouver chez Hugues de Bourbon l’essentiel des marqueurs du chromosome Y des Bourbon.

Comme l’a conclu le professeur Lucotte, Hugues de Bourbon fait bien partie de la famille Bourbon.

Les résultats de l’analyse ont été publiés dans la revue scientifique International Journal of Sciences et ont été présentés par le généticien devant les partisans de la survivance de Louis XVII.

Outre la vérité historique, les enjeux et passions sont de taille, compte tenu des intérêts patrimoniaux et de la prétention symbolique au Trône de France. 

Cette découverte du Professeur Lucotte et de M. Roy-Henry n’est que la première étape d’une série de travaux à venir. 

Pour savoir si Naundorff était bien Louis XVII, il faut encore établir son ADN complet. 

Pour cela, des cheveux de Naundorff-Louis XVII ont été récupérés par des scientifiques. 

Ils chercheront à prouver que l’ADN mitochondrial Habsbourg démenti il y a quinze ans est bel et bien dans ses cheveux. 

Ces scientifiques remettent en cause la qualité et l’authenticité des prélèvements d’os sur Naundorff, lors de ces tests anciens, car le cercueil avait été ouvert en 1950 lors de la restauration du tombeau.

Le point sur ces expertises ADN 

Il est important de savoir que les expertises pratiquées sur une mèche de cheveux de Naundorff annulent définitivement les résultats de celle qui avait été pratiquée par le Professeur Cassiman sur le morceau d’os (humérus pour certains, tibia pour d’autres) qui excluait définitivement Naundorff comme Louis XVII.

Par ailleurs il n’y avait aucun rapport entre l’ADN contenue dans cet os et l’ADN des descendants de Naundorff sic.

Enfin, pour information, le Professeur Lucotte a travaillé sur des mèches de la Duchesse d’Angoulême, Madame Royale, Louis XVII, enfant, et Marie-Antoinette.

Les travaux vont compléter ceux pratiqués en juillet 2014 sur les marqueurs ADN de Naundorff-LOUIS XVII par l’étude du profil de son chromosome Y.

Pour quatorze des STRs Y étudiés les valeurs alléliques sont identiques à celles de Hugues de Bourbon, descendant vivant de Naundorff-Louis XVII à la 4° génération. 

Ces résultats établissent qu’Hugues de Bourbon est relié à Naundorff-Louis XVII par sa lignée paternelle.

Aussi, à partir de résultats reproductibles d’ADN extraits des cheveux authentiques de Naundorff, il a été déterminé son sous-haplogroupe ADN- mitochondrial ; cet haplogroupe est HVO, selon la nomenclature ADNmt moderne .

Dans cette étude, il a été comparé le profil STR du chromosome Y de Naundorff à celui, déjà publié (Professeur Lucotte et M. Roy-Henry, 2014), de Hugues de Bourbon, né en 1974, descendant actuel de Naundorff à la 4° génération. 

Le but était de vérifier le lien de descendance patrilinéaire d’Hugues de Bourbon à partir de Naundorff en la personne de Louis XVII.

Matériels et Méthodes 

L’ADN génomique de Naundorff utilisé est celui qui a été extrait de son cheveu qui possédait un bulbe et présentait de nombreuses pellicules. 

De cet ADN, amplifié à 15 STRs- Y en utilisant le kit d’amplification AmpFirst Identifiler ( Amp FIRSTY filer TM, Applied Biosystems), selon les instructions données par le fabricant (Ce kit d’amplification est spécialement adapté à l’étude de l’ADN ancien). 

Les résultats de l’amplification du gène amélogénine ont déjà été publiés montrant que Naundorff-Louis XVII est XY. 

Les quinze STRs étudiés sont les suivants : DYS19 (=DYS394), DYS385a. et b. DYS389I et II, DYS390 (=DYS708), DYS391, DYS392, DYS393 (=DYS395), DYS438, DYS439 (=GATA- A4), DYS448, DYS456, DYS458 et DYS635 (=GATA-C4). 

Afin de détecter les plus longs allèles STR, nous avons procédé à trois analyses successives avec un degré de sévérité progressif.

Résultats 

Les résultats obtenus comparant 15 valeurs alléliques d’STRs-Y de Naundorff-Louis XVII, à celles correspondantes à Hugues de Bourbon.

Au premier passage, les valeurs alléliques de Naundorff-Louis XVII sont identiques à celles déjà publiées de Hugues de Bourbon concernant : DYS19 =14, DYS385a =11, DYS389I = 13, DYS391=12, DYS392 = 13, DYS393 = 13, DYS438 = 12, Y-GATA-A4 =12, DYS456 = 15 et DYS458 = 18.

Pour le deuxième passage, la valeur allélique de Naundorff-Louis XVII pour DYS385.b =14, identique à celle de Hugues de Bourbon.

La valeur DYS389.b est calculée ainsi (DYS389II moins DYS389I) ; pour ce deuxième passage la valeur allélique de Naundorf-Louis XVII pour DYS389.b = 16 est identique à celle de Hugues de Bourbon. 

A ce deuxième passage aussi, l’allèle de Naundorff-Louis XVII pour Y-GATA-C4 = 23 est identique à celui de Hugues de Bourbon.

C’est au troisième passage seulement que la plus longue valeur pour DYS390 =24, identique à celle de Hugues de Bourbon fut déterminée. 

Au troisième passage aussi, la valeur allélique de Naundorff pour DYS448 = 18. 

Cette valeur est légèrement différente (=19) de celle de Hugues de Bourbon.

Discussion 

Hugues de Bourbon est bien descendant de Naundorff par la voie masculine. 

Le profil STR-Y de Naundorff-Louis XVII déterminé est donc identique (excepté pour DYS448) à celui de Hugues de Bourbon pour presque 15 sites. 

Ces valeurs démontrent que Hugues de Bourbon, descendant vivant de Naundorff à la 4° génération est relié à lui par une chaine ininterrompue des descendants: 

Charles-Edmond de Bourbon, Charles-Louis-Mathieu de Bourbon, Charles-Louis-Edmond de Bourbon de marqueurs ADN-Y identiques.

Datation de l’ancêtre commun entre Hugues de Bourbon et les autres Bourbon français et Canadiens.

Indépendamment aux recherches du Professeur Lucotte, déjà en 2013, il avait été prélevé à trois parents vivants ( Axel de Bourbon-Parme, Sixte-Henri de Bourbon-Parme et João-Henrique d’Orléans-Bragance) masculins de la Maison de Bourbon et il avait été établi leur profil Y commun pour trente et un STRs. 

Comparés à celles d’Hugues de Bourbon, les valeurs alléliques d’Hugues diffèrent de celles communes aux trois Bourbons pour seulement trois STRs : DYS390 = 24 (mutation d’une étape mutationelle plus) versus 23, DYS391 = 12 (mutation de deux étapes mutationnelles plus) versus 10 et DYS456 = 15 (mutation deux étapes mutationnelles en moins) versus 17. Naundorff-Louis XVII a des valeurs alléliques variables identiques à celles d’Hugues de Bourbon.

Conclusions 

Les résultats rapportés dans la présente étude concernant la comparaison de marqueurs génétiques du chromosome Y entre Karl Wilhelm Naundorff en la personne de Louis XVII et Hugues de Bourbon établissent que K.W. Naundorff possède 14 valeurs alléliques identiques à celles d’Hugues de Bourbon, pour les 15 étudiées. 

Par conséquent, Hugues de Bourbon est bien le descendant à la 4e génération par la voie masculine de la branche de la Maison de Bourbon à partir de Naundorff en la personne de Louis XVII.

Sources scientifiques : International Journal of Sciences.

 

Publicités

A propos alaintexier

La Saint Martial des Ardents, vers le 12 novembre, peut -et doit- redevenir la grande fête locale de la ville de Limoges. Ce blog propose plusieurs moyens pour y contribuer dont l'opération "Loupiotes" et " les Rencontres littéraires". Pour y aider , une seule adresse courriel : sm.ardents@orange.fr
Cet article, publié dans Blogs et sites survivantistes, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Naundorff , suite mais pas forcément fin.

  1. Cril17 dit :

    J’invite M Philippe Lyoen à se procurer mon livre  » Louis XVII Autopsie d’une fausse vérité  » auprès de DPF -Chiré [ http://www.chire.fr/form-contact.aspx ] il pourra y découvrir pourquoi il n’est pas raisonnable aujourd’hui de penser que Naundorf aurait été Louis XVII.

  2. Irène Pincemaille dit :

    Mais cher Monsieur, votre livre est simplement une réhabilitation du fossoyeur Bertrancourt si injustement calomnié depuis 2 siècles ! Vous avez fait un remarquable travail de géomètre et d’arpenteur et vous avez, justement, eu le mérite de relater l’existence de 3 marches qui, autrefois, séparaient le niveau du sol de l’église de celui du cimetière, marches enfouies depuis longtemps et donc ignorées de ce courageux fossoyeur qui risquait sa vie en voulant donner une sépulture décente à celui qu’il croyait être le petit Roi et qui NE L’ÉTAIT PAS !
    Donc rien à voir avec le destin ultérieur de Louis XVII, qu’il ait été Naundorff ou un autre !!
    Je suis parfaitement de l’avis de l’article présent, depuis longtemps convaincue de cette identité, conviction s’appuyant sur des faits et non de simples hypothèses.
    Je vous présente mes salutations.

    • Cril17 dit :

      Merci Madame pour votre très bienveillante intervention ; mais peut-être n’avez-vous pas lu la dernière édition de mon livre d’août 2017 où je fais l’examen critique de la théorie de Jean-Pascal Romain – ( absente des éditions précédentes épuisées ) – qui était jusqu’alors la version retenue par la tradition naundorfiste pour tenter d’expliquer comment et dans quelles circonstances  » Louis XVII – Naundorf  » aurait pu s’évader du Temple ?

  3. Dans le livre LA RUMMEUR DE DIEU, on découvre que Naundorff avait fondé sa propre église protestante aux Pays Bas. il était convaincu qu’il était le vrai réformateur de l’Eglise d’alors… et donc que l’Eglise Catholique Romaine de l’époque était dans l’erreur ! Une loge l’aurait enrolé et l’affaire Naundorff serait une manipulation maçonnique. Mais les Chevaliers de Foi auraient retourné l’arme contre ses utilisateurs et usé de l’imposteur Naundorff pour égarer les recherches sur Louis XVII et permettre que le vèritable Enfant-Roi puisse avoir été mis à l’abrit à l’étranger ! La descendance de Louis XVII serait-elle redevenue Française au XX°siècle ? eT Ou se trouve DONC cette descendance?

    Il y existe deux hypothèses :

    1. Naundorff n’étant pas Louis XVII, comme le revèle un livre, NAUNDORFF, VRAI PRINCE, FAUX PRETENDANT, mais le fils adultérin du dernier PRINCE DE CONDE (ce qui en fait donc le demi-frère de l’infortuné Duc d’Enghien fusillé sur ordre de Napoléon), dont la cuisinière hollandaise se nommait EMMA NAUNDORFF et avec qui il trompa son épouse, Bathilde d’Orléans, le futur Grand Monarque serait le descendant Salique du véritable Louis XVII évadé de l’enfer du Temple mais on ignore complètement où se trouve cette descendance, qui est celle des LYS COUPES. C’est l’hypothèse des Survivantsites.

    2. Le futur Grand Monarque ne descendrait de Louis XVII que par sa mère, petite-fille du petit-fil de l’Enfant-Roi, et membre de la branche coupée des Lys, et descend par son père de la Branche Aînée de Saint-Louis, qui est celle des Bourbons-Montpensier-de-Valois-et-de-La Croix, lignée oubliée mais Légitime, dont le Masque de Fer fut l’incarnation comme l’instrument Divin du témoignage de la permanance de la Légitimité: on ignore totalement, là aussi, où se trouve cette double descendance, dont on ne connaitrait que le nom:HENRI-Louis de Bourbon-Montpensier de Sainte-Croix de Valois DE LA CROIX, Duc de Bretagne, de jure SMTC HENRI V DE LA CROIX (comme il y eu un Pilippe VI de Valois, le titre d’Henri V étant encore valable depuis la renonciation du Comte de Chambord). De nombreuses prophéties nous annoncent un Grand Monarque issu de la BRANCHE AINEE DE SAINT LOUIS comme de la branche coupée des Lys. C’est l’hypothèse des Providentialistes.

    Si l’Enfant-Roi Louis XVII a bien survécu, le mérite incombe à tous les Princes du Sang de France, les Rois d’Espagne, les Empereurs d’Autriche, les Aristocrates Français membres de l’Ordre de la Congrégation des Chevaliers de la Foi, et les membres de la Noblesse du Saint-Empire Germanique qui ont pris leurs respensabilités pour l’Enfant-Roi put être mis à l’abrit loin des fureurs de la Révolution dite Française. CHERCHER A RETROUVER SA DESCENDANCE AVANT L’HEURE DE DIEU SERAIT METTRE DANS L’EMBARAS, VOIRE EN DANGER, CERTAINES FAMILLES ROYALES ACTUELLEMENT REGNANTES OU PRETENDANTES AVEC LESQUELLES ELLE EST APPARENTEE !!!

  4. Chouancecoeur dit :

    à M. Philippe Lyoen
    Attention de ne pas faire dire au professeur Gérard Lucotte ce qu’il n’a pas dit :

    Vous dites dans votre article :
     » Comme l’a conclu le professeur Lucotte, Hugues de Bourbon fait bien partie de la famille Bourbon. »

    Je confirme qu’il a dit cela lors de sa conférence à la Biennale Blanche du samedi 21 octobre 2017, mais en précisant bien que « faire partie de la famille » signifie que ce lien remonte au début des Bourbons (Robert de Bourbon) et en aucun cas de Louis XVI.

    Il a bien signifié par là que Hugues de Bourbon, s’il descend bien de Naundorff en ligne directe, ne descend aucunement de Louis XVI… Donc Naundorff ne peut être louis XVII.
    Bien à vou
    s,

    Chouandecoeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s